Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Bouchonné, oxydé, vinaigré… quoi faire quand votre vin a mal tourné

Par Annick Poitras
retour_du_vin_SAQ

La Société des alcools du Québec (SAQ) a vendu près de 175 millions de litres de vin d’une valeur de 2,504 milliards de dollars en 2019-2020. Sur le lot, environ 1,3 bouteille sur 1000 a été rapportée par des clients insatisfaits de la qualité de leur pinard.

Un vin qui ne peut être consommé en raison d'une défectuosité relative à sa fabrication peut être échangé ou remboursé, selon certaines conditions, indique par courriel Linda Bouchard, agente d’information à la SAQ, qui détaille les défauts les plus fréquents.

Le vin peut être bouchonné, c’est-à-dire contaminé par une molécule appelée TCA qui est présente dans le bouchon de liège dès la mise en bouteille. Lorsqu’un vin est bouchonné, on constate une odeur de moisi, de renfermé ou de carton mouillé.

«Avec les nouvelles technologies, qui éliminent presque totalement les risques de contagion, beaucoup moins de vins bouchonnés se retrouvent sur le marché aujourd’hui», souligne Linda Bouchard.

Un vin peut aussi être oxydé. Dans ce cas, malgré son jeune âge, le vin rouge prend une couleur «brique» ou brune et dégage une odeur très forte de pruneau. Le vin blanc aura pour sa part une robe plus foncée et dégagera une odeur excessive de caramel.

Enfin, un vin peut être vinaigré; il s’agit alors d’un défaut olfactif caractérisé par une odeur de vinaigre.

Lire aussi: Tout savoir sur le retour, l’échange ou le remboursement d’un produit

Les conditions à remplir pour un retour

«L’échange ou le remboursement d’un produit défectueux est possible, mais n’est pas automatique», poursuit Linda Bouchard. Le produit retourné doit d’abord être évalué pour permettre à la SAQ de conclure que le vin est altéré en raison d’un défaut de fabrication et non en raison de facteurs liés à sa conservation ou à une manipulation inadéquate par le client.

D’ailleurs, «une bouteille rapportée doit être remplie au moins aux trois quarts», signale-t-elle encore. Aucun remboursement ou échange ne sera possible si la bouteille rapportée par le client est vide.

Dans le cas où la défectuosité du vin ne peut être validée sur-le-champ, le produit sera acheminé au laboratoire de la SAQ pour être évalué par des experts. Un délai est alors à prévoir pour un éventuel échange ou remboursement.

Un vin de garde peut aussi être retourné s’il est question d’un défaut de fabrication. Pour les vins et spiritueux rares dont le millésime n’est plus disponible, une recherche permettra de retrouver le prix correspondant au produit au moment de l’achat.

Le délai recommandé de conservation du produit sera cependant considéré dans l’analyse. Un vin qui n’est pas de garde et qui est consommé après la durée de conservation recommandée pourrait être inapte en raison d’une durée de conservation beaucoup trop longue, et non d’un défaut de fabrication.

Sur ce, santé!

Lire aussi : 27 vins rosés évalués

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.