Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

À la recherche de petits prêts accessibles

Par Carole Côté
argent Sevenstock Studio/Shutterstock.com

Si on dispose de moyens modestes, est-il possible de recourir à de petits prêts pas trop dispendieux sans tomber dans les griffes des prêts rapides aux taux exorbitants?

Un dicton dit qu’il faut de l’argent pour faire de l’argent. Et c’est vrai, si l’on en juge par le survol que nous venons de faire sur les possibilités d’emprunt de petits montants quand on ne dispose pas de ressources financières suffisantes. Pour l’exercice, nous avons cherché comment emprunter 5 000 $ sans recourir aux services des prêts rapides à taux élevés.

« Pour de petits prêts, il y a rareté », confirme Francine Hamel, intervenante budgétaire et en défense des droits à l’ACEF de Québec, qui compte près de 30 ans d’expérience. Les conditions de prêt les plus avantageuses sont accessibles aux gens qui ont de l’argent ou qui en ont déjà eu, grâce à leur bon dossier de crédit. Difficile, en effet, d’obtenir un prêt pour un petit montant si l’on ne croise pas ces deux paramètres…

>> À lire aussi : Prêts rapides : une spirale infernale

Les petits prêts des grandes institutions

La hausse des taux directeurs fait grimper le coût du crédit à la consommation, ce qui se traduit inévitablement par des taux plus élevés pour les consommateurs dans les institutions financières.

Souvent, le montant minimal qu’on peut demander est de 7 500 $, pour un prêt auto par exemple, et les taux sont d’au moins 13 %. Ils peuvent être moins élevés si vous empruntez une plus grosse somme dans certaines institutions financières.

Heureusement, il est parfois possible d’emprunter moins. Chez BMO, par exemple, le montant minimal pour un prêt personnel est de 5 000 $, et le taux varie pour chaque personne : « Il est déterminé sur une base individuelle en fonction du dossier de crédit, explique Vanessa Pettinicchio, directrice d’une succursale de cette institution. Plusieurs solutions s’offrent à nos clients pour l’obtention d’un prêt personnel inférieur à 5 000 $. »

Desjardins, de son côté, propose son sélecteur de produit de financement pour permettre à l’emprunteur de faire le meilleur choix : « Les taux varient en fonction du marché, du montant emprunté, du type de taux (fixe ou variable) et du nombre de mois de remboursement », mentionne Valérie Lamarre, porte-parole de Desjardins. Ces outils, disponibles sur le site de l’institution, permettent de faire des simulations en fonction de différents paramètres et d’ajuster nos besoins à notre capacité de rembourser.

Petits achats : zéro intérêt, en quatre versements ou plus

Plutôt que ces prêts des institutions traditionnelles dont les intérêts peuvent vite grimper, il existe quelques solutions moins coûteuses – certaines incluent même des prêts sans intérêt! À la condition de pouvoir payer votre dû… rubis sur l’ongle !

Mine de rien, de nouveaux joueurs sont en effet arrivés sur le marché. Vu la multiplication de leurs offres, on peut penser que leurs propositions séduisent les consommateurs.

De qui s’agit-il ? De Sezzle, Pay Bright et autres entreprises du genre qui offrent la possibilité de payer vos achats en quatre versements ou plus, selon votre cote de crédit. L’offre est faite au moment de passer à la caisse, sur les lieux mêmes de la vente.

Canadian Tire, de son côté, propose 24 versements égaux sans intérêt pour les achats d’au moins 200 $. Home Depot a un système semblable pour ses bons clients.

Cette méthode de paiement permet de répartir vos achats sur une plus longue période, sans qu’il vous en coûte un sou d’intérêt, ce qui n’est pas le cas avec une carte de crédit régulière dont il faut entièrement payer le solde à la fin du moins pour éviter les intérêts.

Coûts d’emprunt : nuls si vous respectez les conditions. On aime ça. L’offre de ces entreprises est alléchante à la condition de payer sans faillir ce que vous devez. On peut presque dire qu’il s’agit d’un emprunt sans intérêt.

Soyez futé en payant le montant prévu au moment attendu. Car ces entreprises ne font pas cela pour vos beaux yeux : elles tirent leurs revenus des comptes en souffrances.

Achats moyens : financement « gratuit » par cartes de crédit

C’est un peu le même principe que de payer par versements égaux sans intérêt, mais, dans ce cas-ci, il s’agit d’achats plus importants, comme des électros et des meubles.

Par exemple, avec Versements Visa, qui existe depuis l’année dernière mais dont l’offre se bonifie, il est possible de fractionner son paiement sans intérêt. Les modalités et les offres varient selon les paramètres fixés par le détaillant, lequel se voit payer immédiatement et en totalité.

Ces offres sont variables selon le client (cote de crédit, espace disponible sur sa carte de crédit) et sont connues au moment où celui-ci utilise sa carte Visa au terminal de paiement d’une caisse. Un message s’affichera pour proposer de payer en plusieurs versements ou en un seul, à sa convenance.

« Un plus grand nombre de commerces proposent ces offres », dit Valérie Lamarre, de Desjardins. Mais cette manière d’étaler les paiements n’est pas offerte à tous. Il faut disposer d’une limite de crédit et d’un montant disponible suffisant pour en bénéficier. Cette solution n’est pas offerte à ceux qui, par exemple, ont des comptes en souffrance ou de très petites limites de crédit sur leur carte. Et, encore là, le piège se refermera sur les mauvais payeurs qui ne respectent pas l’entente.

>> À lire aussi : Qu’est-ce qui mène à l’endettement ?

Cartes de crédit à intérêt peu élevé

Est-ce une autre avenue ou une pente glissante ? Il est possible de financer des achats avec des cartes de crédit à faible taux, comme MBNA Master Card ou CIBC Visa. Mais attention, il s’agit d’offres ponctuelles et pour une durée de 6, 10 ou 12 mois. Après quoi il faudra payer le solde résiduel, sous peine de voir des intérêts s’ajouter.

MBNA, qui appartient à la Banque TD, a parfois des offres promotionnelles à un taux de 1,99 % moyennant des frais de transfert de 1 % du montant transféré. Encore là, ce sont des offres à l’intention des clients dont le crédit est impeccable. L’avantage est que le taux d’intérêt est fixé pour la durée de la promotion.

Un lecteur de Protégez-Vous a évoqué un « prêt » de 17 000 $ à 0 % d’intérêt moyennant des frais initiaux de transfert de 338 $ avec une carte de ce genre. Durée de cette promotion : 18 mois. Difficile de faire mieux. À la condition de pouvoir rembourser ! 

Il existe plusieurs cartes à taux réduits : faites aller vos claviers pour trouver celle qui pourrait vous convenir le mieux. Le site d’Hardbacon est un bon point de départ pour vos recherches.

Avec ce type de crédit, on ne le dira jamais assez, assurez-vous de respecter les échéances. En cas de doute, passez votre tour ! Il est aussi possible de verser plus que le solde indiqué pour régler sa dette plus vite.

>>  À lire aussi : Savez-vous vraiment comment sont calculés les intérêts sur votre carte de crédit ?

Marges de crédit : des taux un peu plus élevés

Entre les promotions sans intérêt aux points de vente et les emprunts par cartes de crédit à taux réduit, se trouvent les marges de crédit. Les marges hypothécaires ont des taux plus avantageux que les marges régulières parce qu’elles sont garanties par un actif immobilier, ce qui diminue le risque pour le prêteur.

Les marges de crédit ont la particularité d’être très flexibles, en ce sens qu’il n’y a généralement pas d’obligation de faire des versements mensuels, comme c’est le cas avec les autres types de crédit. Le hic, c’est que les intérêts continuent de s’accumuler au fil du temps; or, depuis les interventions de la Banque du Canada, ils coûtent plus cher. À la Banque Manuvie, par exemple, le taux d’intérêt d’une marge était de 3,95 % en mars 2021, puis de 4,2 % en mars 2022 et de 7,45 % à la fin de novembre. Ça change vite la donne ! À utiliser avec précaution, donc.

Microcrédit : petits montants, grands besoins

L’aide de dernier recours en matière de financement, c’est le microcrédit. Il s’adresse à une clientèle de gens à faibles revenus qui n’ont pas accès au crédit traditionnel et pour lesquels il n’y a pas d’autre solution, que ce soit pour l’achat d’un matelas ou d’une paire de lunettes, ou pour un déménagement.

Une des conditions pour en bénéficier est que le prêt de microcrédit vienne régler une situation unique, ponctuelle et urgente. Il ne couvre donc pas l’aide alimentaire.

« En acceptant l’offre de microcrédit, il faut accepter de mener une démarche budgétaire en parallèle », dit Émilie Laurin-Dansereau, conseillère à l’ACEF du Nord de Montréal, qui indique que les prêts de son organisation sont d’un montant maximal de 600 $ remboursable sur 18 mois sans intérêt.

« On fonctionne sur la base de la confiance », ajoute-t-elle. Chez nous, il n’y a pas d’enquête de crédit ni de demandes de références. Les gens qu’on aide sont contents et, pour eux, c’est important de respecter leurs engagements. »

Emprunter selon ses moyens

Avant d’emprunter, il faut se souvenir qu’il s’agit d’une dette, même s’il s’agit d’un petit montant, ce que ne manque pas de rappeler la conseillère des Associations coopératives d’économie familiale (ACEF).

Il est essentiel, tant pour votre santé mentale que pour votre situation financière, d’emprunter de manière responsable, c’est-à-dire à l’intérieur des limites de votre budget, et d’éviter de céder à la tentation des souliers à la mode, de manucures tous azimuts ou du cellulaire dernière mouture si vous n’en avez pas les moyens.

« Quand on s’endette pour payer ses dettes, on est dans le trouble », rappelle d’ailleurs France Hamel, conseillère à l’ACEF de Québec, qui voit défiler dans son bureau des gens vivant des situations très difficiles, quasiment inhumaines.

Trop s’endetter a de nombreuses conséquences, notamment sur votre tranquillité d’esprit et votre travail. Selon une récente étude de l’Institut national de la paie citée par La Presse, un travailleur stressé par sa situation financière passera environ 30 minutes par jour à gérer ladite situation plutôt qu’à travailler ! À quand les cours sur le budget à l’heure du lunch ?

>> À lire aussi : Littératie financière : à peine la note de passage

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Stéphane Demets
    07 Décembre 2022

    Intéressant. Vous avez toutefois manqué l'occasion d'analyser la nouvelle offre de prêts de Postes Canada, premier produit financier à l'essaie dans le cadre plus large d'un éventuel service de banque postale.

  • Par Gilles Verret
    07 Décembre 2022

    Il existe aussi une très belle façon d’emprunter et de prêter de l’argent entre les gens en évitant d’enrichir les institutions traditionnelles ou les prêteurs à taux exorbitants. Il s’agit des prêts entre pairs à l’aide de plateforme numérique de prêts comme la startup ontarienne goPeer corp. Une belle façon d’aider ceux pour qui il est difficile d’avoir accès au crédit traditionnel tout en diversifiant ses investissements!