Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Conseils pour acheter un poêle à granules

Par Frédéric Perron Mise en ligne : 18 octobre 2008 Shutterstock

Conseils pour acheter un poêle à granules Shutterstock

Chauffer au bois n’est pas de tout repos: il faut déplacer et fendre les bûches, ramasser les résidus de bois, allumer le feu et l’alimenter régulièrement.

Si vous aimez sentir l’arôme du bois et regarder les flammes danser, mais que vous considérez l’utilisation d’un poêle à bois comme une corvée, le poêle à granules est peut-être un bon achat pour vous. Ces poêles peuvent fonctionner sans arrêt jusqu’à 24 à 48 heures, selon la capacité de la trémie (le gros entonnoir d’alimentation du poêle) et la demande en chauffage. Le débit de chaleur est aussi plus régulier que celui d’un poêle à bois. Par contre, comme les poêles à granules renferment des ventilateurs, certains utilisateurs les trouvent bruyants.

>> À lire aussi: Foyer: gaz naturel, bois, propane ou éthanol?

Comment ça marche?

On verse le contenu d’un à deux sacs de granules dans la trémie (1), puis on allume le poêle en montant le thermostat. Une vis sans fin (2) achemine les granules vers la chambre de combustion (3). Un ventilateur pousse l’air chaud dans la maison et un autre envoie les gaz de combustion vers l’extérieur (4). Ces opérations étant effectuées par des moteurs électriques, vous devez brancher le poêle dans une prise de courant murale de 120 volts. Les poêles à granules consomment environ 300 watts en continu, soit l’équivalent d’un ordinateur ou d’un téléviseur. Une cheminée de 1,5 m est généralement installée, ce qui empêche les gaz de combustion d’entrer à l’intérieur en cas de panne d’électricité. Si vous n'avez plus de courant, le poêle cessera de fonctionner. Pour éviter ce problème, vous pouvez acheter une ou deux batteries marines de 12 volts à décharge profonde, un onduleur et un chargeur (de 300 à 450 $ pour l’ensemble). Avec un tel système, si le courant coupe, la batterie prend le relais pendant un maximum de 12 heures. Pour plus d’autonomie, vous pouvez aussi opter pour une génératrice. Au moins une fois par semaine, il faut ramasser les cendres, nettoyer la vitre et faire une inspection visuelle. Au moins une fois par année, certains éléments mécaniques doivent être lubrifiés et la cheminée doit être ramonée.

>> À lire aussi: Entretien d'appareils de chauffage: gare aux tactiques trompeuses

Et la certification?

Il existe deux types de normes pour les poêles à bois et à granules: des normes de sécurité et des normes d’émissions. Du côté de la sécurité, choisissez un poêle certifié par l’Association canadienne de normalisation (CSA) ou par les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC). Pour ce qui est des émissions, en vertu d’un nouveau règlement qui devrait entrer en vigueur dans les prochains mois, tout poêle à bois ou à granules de bois vendu au Québec devra être certifié selon la norme établie par l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis ou par la CSA. Certains poêles à granules sont exemptés si leur ratio entre l’apport d’air de combustion et le matériel brûlé excède 35:1. Selon l’EPA, les poêles à bois certifiés émettent de 65 à 68 % de particules fines de moins que les poêles à bois ordinaires. Avec les poêles à granules, cette réduction atteint 89 %.

Les assureurs et les municipalités demandent généralement que l’appareil soit certifié CSA ou ULC. Certains assureurs recommandent l’achat d’une batterie pour maintenir l’alimentation du poêle en cas de panne d’électricité. Dans certaines municipalités, il faut obtenir un permis. L’appareil doit être installé selon les normes du fabricant, idéalement par un professionnel qui détient une licence avec la sous-catégorie 10. Pour vérifier si un entrepreneur a bien obtenu cette licence, contactez le Registre des détenteurs de licence RBQ sur le site Internet de la Régie du bâtiment du Québec ou en appelant au 1-866-315-0106.

Quel type de granules utiliser?

La vaste majorité des poêles à granules fonctionnent à partir de granules de bois faits de sciure ou de résidus de bois compressés. Pour entre 3,75 $ et 5,25 $, on peut s’en procurer des poches de 18,1 kg (40 lb) dans la plupart des quincailleries à grande surface. Selon Daniel Olivier, ingénieur à l’Association des professionnels du chauffage, la qualité des granules est plus constante que celle du bois. «On entend toujours des histoires de gens qui paient pour une corde d’érable et qui reçoivent de l’épinette, dit-il. La qualité des granules est mieux contrôlée.» La texture des cendres produites peut varier selon qu’on utilise des granules de bois mou ou de bois dur. Les avis divergent à savoir lesquelles sont les moins salissantes et les plus faciles à ramasser. Pour vous faire votre propre idée, essayez quelques poches de différentes sortes de granules avant d’en acheter en grande quantité.
Photo: les granules de bois sont déposés dans la trémie, le gros entonnoir d'alimentation du poêle.

Comment choisir le bon poêle?

Les poêles à granules ont un mode de fonctionnement et des caractéristiques assez semblables. Selon Richard Mironchuck, technicien pour une entreprise de distribution d’appareils de chauffage, les poêles en fonte ont une plus longue durée de vie que ceux qui sont fabriqués en acier et ils diffusent mieux la chaleur. Par contre, ils sont de 10 à 15 % plus chers. Il faut choisir un appareil qui a la bonne capacité de chauffage. En général, on utilise ces appareils comme source d’appoint, mais dans certains cas ils peuvent répondre à la majeure partie de vos besoins de chauffage. Tout dépend des divisions de votre maison.

Comme les murs empêchent une répartition égale de la chaleur entre les pièces, plus votre maison compte de divisions, plus il sera difficile de la chauffer au complet avec un poêle à granules. Si ce dernier est situé dans un sous-sol ouvert, vous devriez pouvoir chauffer la plupart des pièces du rez-de-chaussée en installant des grilles de ventilation. Par contre, si le plus grand espace ouvert de votre maison est une pièce double, vous devriez plutôt choisir un poêle qui servira à chauffer uniquement cet espace. Les fabricants fournissent des données qui permettent de sélectionner un appareil dont la capacité répond à vos besoins. Par exemple, pour chauffer un espace de 167 mètres carrés (1800 pieds carrés) ou moins, un poêle de 40 000 BTU devrait convenir.

Certains poêles à granule sont conçus pour être installés dans un foyer. On peut contrôler le poêle à granules à l'aide d'un thermostat mécanique, d'un thermostat électronique ou d'une télécommande.

Combien ça coûte?

Selon les détaillants que nous avons contactés, un poêle à bois et un poêle à granules d’une capacité de 40 000 BTU reviennent à environ 3500 $, cheminée et installation incluses. Le poêle à granules coûte un peu plus cher à l’achat, mais sa cheminée est plus abordable, ce qui fait que la facture totale est à peu près la même. D’après Richard Mironchuck, les poêles à granules ont une durée de vie de 15 à 20 ans, contre 20 à 25 ans dans le cas des poêles à bois. Si vous chauffez actuellement à l’électricité, un poêle à granules ne semble donc pas être un investissement très rentable compte tenu de sa durée de vie et des faibles économies réalisées. Par contre, dans une grande maison où le chauffage électrique ne produit pas assez de chaleur, un poêle à granules peut être un bon achat. Il s’agit d’un investissement plus rentable si vous l’utilisez pour remplacer le chauffage au mazout ou au gaz.

Prix par million de BTU en tenant compte du rendement

Source

Coût par unité*

Valeur énergétique (BTU) par unité

Rendement**

Coût par million
 de BTU

Électricité

7,33 ¢/kWh

3412

100 %

21,48 $

Bois***

100 $/cordeau

7 898 184

80 %

15,83 $

Granules

248 $/tonne métrique
(4,50 $/sac de 18,1 kg)

18 766 836

80 %

16,52 $

Mazout

1,19 $/litre

36 826

80 %

40,22 $

Gaz naturel

72 ¢/m3

35 925

80 %

24,98 $

Propane

91 ¢/litre

23 980

80 %

47,44 $

* Tarifs en vigueur en juin 2008, taxes en sus.

** Afin de ne pas favoriser une technologie plutôt qu’une autre, nous avons considéré des taux d’efficacité de 80 % pour tous les appareils, sauf l’électricité, dont le rendement d’environ 100 % est bien établi. En fait, le taux d’efficacité des appareils varie beaucoup selon leur âge et les technologies utilisées.

*** La valeur énergétique du bois varie selon l’essence et son taux d’humidité. Dans ce cas-ci, il s’agit de bois dur mélangé et séché à l’air.

 

Économie selon le type de chauffage principal

Chauffage actuel

Électricité

Mazout

Gaz naturel

Facture annuelle

1048 $

1963 $

1219 $

Remplacé à 75 % par...

Bois

Granules

Bois

Granules

Bois

Granules

Économie annuelle

207 $

162 $

893 $

847 $

335 $

290 $

Temps pour rentabiliser
l’achat de l’appareil (3500 $)

16,9 ans

21,7 ans

3,9 ans

4,1 ans

10,4 ans

12,1 ans

Calculs basés sur les données du tableau ci-dessus pour une maison de 158 m2 (1700 pi2), taxes en sus. Dans le cas des poêles à granules, l’économie annuelle tient compte d’une consommation d’électricité de 20 $.

Les poêles à bois ordinaires émettent plusieurs contaminants, notamment:

  • des particules fines (PM2,5)
  • des composés organiques volatils (COV)
  • des hydrocarbures aromatiques
  • polycycliques (HAP)
  • des oxydes d’azote (NOX)
  • du monoxyde de carbone (CO)
  • des dioxines et des furanes

Les particules fines contribuent au smog urbain et peuvent entraîner des problèmes de santé comme la bronchite et l’asthme. Un poêle à bois ordinaire émet autant de particules fines en 9 heures qu’un poêle certifié qui fonctionne pendant 60 heures ou qu’une voiture intermédiaire qui parcourt 18 000 km. Les poêles à bois certifiés EPA ou CSA dégagent moins de particules fines que les poêles ordinaires, et les poêles à granules sont encore moins polluants. Selon la Ville de Montréal, qui songe à implanter un programme pour inciter les citoyens à remplacer leur vieux poêle à bois par un appareil plus propre, les poêles à granules sont une bonne solution de rechange, tout comme les appareils au gaz naturel, au propane et à l’électricité. De plus, contrairement au gaz naturel et au propane, les granules de bois sont une source d’énergie renouvelable et carboneutre (tout comme le bois).

Faut-il installer un détecteur de CO? La plupart des détaillants considèrent que non, car les poêles à granules émettent très peu de monoxyde de carbone (CO). N’empêche que, selon Dany Robitaille, chef de division au Service des incendies de Sherbrooke, on n’est jamais trop prudent. «Dans notre municipalité, la réglementation oblige les gens qui ont un poêle à bois à installer un détecteur de CO. Pour les appareils à granules, ce n’est pas obligatoire, mais c’est fortement recommandé. Il y a toujours un risque d’émanation», explique-t-il.

Émissions de particules fines

Appareil

Particules
 émises (g/kg)

Réduction

Poêle à bois ordinaire

18,5

Poêle à bois EPA non catalytique

6

68 %

Poêle à bois EPA catalytique

6,2

65 %

Poêle à granules

2

89 %

Source: EPA.

Ressources utiles
Agence de l’efficacité énergétique
Association des professionnels du chauffage d'appoint
Guide du chauffage au bois résidentiel

Photos de ce dossier: Réjean Poudrette et Shutterstock

>> À lire aussi: Ce qu’il faut savoir avant d'acheter une thermopompe

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison