Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

(4) Articles

(33) Produits

(0) Fiches

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Écoétiquettes: la grande confusion

Par Clémence Lamarche et Audrey Parenteau Mise en ligne : 15 juin 2012  |  Magazine : juillet 2012

logo eco mist

Photo: Shutterstock

Non toxique, sécuritaire pour la vie aquatique, sans phosphate, biodégradable: les allégations sont légion, mais peu sont crédibles.

Les étiquettes vertes attirent les consommateurs soucieux de réduire leur impact sur l’environnement. Les fabricants de produits d’entretien ménager l’ont bien compris et ils rivalisent d’imagination pour offrir des nettoyants «bons» pour l’environnement.

L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) et Éthiquette.ca ont ainsi recensé une quarantaine d’écoétiquettes dans leur rapport sur Les stratégies de positionnement vert dans le secteur des produits d’entretien ménager au Québec (PDF), publié en 2010. Et parmi les 33 produits testés par Protégez-Vous, 26 ont des prétentions écologiques! Mais comment savoir si l’emballage dit vrai? Il faut rechercher les logos officiels.

Les écoétiquettes reconnues


«Il n’existe que deux logos officiels», dit Fabien Durif, directeur de l’OCR. Choix environnemental/ÉcoLogo (au Canada) et Design for the Environment (aux États-Unis) sont les seules écoétiquettes reconnues par les autorités publiques. Or, à peine 7 des 26 produits testés qui se présentaient comme verts ont un de ces logos officiels qui garantit qu’ils ont été analysés selon des normes strictes par des organismes indépendants.

logo EcoLogo

Les normes ÉcoLogo, créées par le gouvernement du Canada, sont maintenant reconnues à travers l’Amérique du Nord. Elles tiennent compte du cycle de vie complet des produits et sont conçues «de manière que seuls les meilleurs 20 % des produits commercialisés puissent obtenir la certification», selon le rapport de l’OCR. La conformité aux normes ÉcoLogo est également vérifiée par TerraChoice, la tierce partie mandatée par le gouvernement canadien.

logo Design for the Environment

De son côté, Design for the Environment est un programme de l’Agence­ de protection de l’environnement des États-Unis. Il certifie que chaque ingrédient utilisé dans la fabrication des produits est analysé en fonction de son potentiel de risque sur la santé humaine et sur l’environnement. Les produits qui affichent ce logo sont aussi analysés par une tierce partie.

Autodéclaration environnementale

Une foule d’autres écoétiquettes trônent sur les emballages des produits d’entretien ménager. Parmi eux, on trouve les écoétiquettes qui se conforment à des normes établies par une tierce­ partie, mais dont l’application n’est pas soumise à une vérification. «Si on achète ces produits, on peut seulement se fier aux bonnes intentions des fabricants», dit Fabien Durif.

logo OCDE

Le logo «biodégradable selon les normes de l’OCDE [Organisation de Coopération et de Développement économiques]» est l’écoétiquette la plus largement répandue. Au total, huit des nettoyants testés portent ce logo ou une allégation qui en fait mention.

Les fabricants prétendent que leur produit se conforme aux critères de l’OCDE. Mais, dans les faits, rien ne le prouve, puisque l’OCDE ne procède à aucune vérification.

logo animaux

Le logo «non testé sur les animaux» est lui aussi courant sur les produits, bien qu’il ne soit soumis à aucune vérification. Il diffère d’un emballage à l’autre, mais prend généralement la forme d’un lapin.

Allégations maison

Les fabricants inventent eux aussi une foule d’autres logos et allégations maison. Nous avons relevé, sur les étiquettes des produits testés, une multitude de logos et d’affirmations non réglementés: ingrédients naturels inoffensifs, durable pour notre planète, non toxique, etc. Difficile de savoir si toutes les prétentions écologiques des fabricants sont fiables, car ils donnent généralement peu d’information, ou n’en donnent pas du tout, au sujet de leurs normes. En l’absence de vérification par un organisme indépendant, la prudence est de rigueur.

logo OCDE
logo Planet People
logo vie aquatique
mention sans phosphate

Par ailleurs, une quinzaine de produits affichent la mention sans phosphate. Or, la loi limite déjà la quantité de phosphate qu’un produit peut contenir à 0,5 %.

On trouve également sur le marché des nettoyants qui possèdent simplement des noms et un graphisme à connotation écologique, sans pour autant porter une écoétiquette, reconnue ou maison. C’est le cas de trois de nos produits testés: Bio-Life Nettoyant pour surface tout usage, Eco Mist Solutions Professionnel tout usage et Simple Green Nettoyant tout usage.

logo bio-life
logo bio-life
logo simple green
Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.