Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Par Guillaume Jousset
La toiture solaire photovoltaique

Un système de toiture photovoltaïque (PV) permet de produire de l’électricité pour les appareils fonctionnant sur 120 volts. Quant aux toits verts, ils sont présentés comme un bon isolant acoustique et thermique.

Toiture solaire photovoltaïque

Un système de toiture photovoltaïque (PV) permet de produire de l’électricité pour les appareils fonctionnant sur 120 volts. Il est composé de modules photovoltaïques (ex. bardeaux, panneaux ou tapis de cellules photovoltaïques fabriquées à base de silice), d’un contrôleur, de batteries et d’un onduleur. Un tel système peut soit fonctionner de façon autonome, soit être couplé au réseau d’Hydro-Québec. Dans ce cas, l’installation doit être confiée à un électricien et approuvée par un inspecteur d’Hydro-Québec moyennant des frais de 400 $.

Avant même de songer à installer un système PV, demandez à des experts (ex. Énergie solaire Québec, Hydro-Québec) de vous aider à définir vos besoins énergétiques et à établir la faisabilité de votre projet. Vérifiez aussi que votre maison est déjà «solaire passive», c’est-à-dire qu’elle est conçue pour bénéficier au maximum du rayonnement solaire. Pour cela, son agencement doit favoriser l’orientation est-ouest pour tenir compte de la course solaire, elle doit favoriser la fenestration vers le sud et son étanchéité doit être optimale.

Vous pouvez suivre des ateliers formation sur le fonctionnement, l’installation et l’entretien d’un système PV. Cependant, rappelez-vous qu’une toiture électrique ne constitue pas un investissement rentable ni une source d’énergie alternative assez puissante pour répondre aux besoins d’une maisonnée standard (26 484 kWh/an), surtout en l’absence de toute subvention, contrairement à ce qui est le cas dans d’autres provinces, comme l’Ontario qui expérimente, avec un certain succès un programme de rachat garanti lancé depuis près de deux ans.

>> À lire aussi: Mode d'emploi pour alimenter sa maison à l'énergie solaire

Le prix des panneaux photovoltaïques - pour un petit système - oscille entre 2,60 et 5 $/W. Il est même possible d’acquérir des panneaux solaires recyclés. Quant aux câbles, onduleurs, piles et autres appareils, il faut compter des frais allant de 1 000 à 10 000 $ et même plus selon le type d’installation. Aux tarifs actuels, vous ne pourrez rentabiliser votre investissement avant au mieux 25 ans, et aucune subvention ni aucun programme de soutien ne sont offerts au Québec. Il demeure plus avantageux et économique: d’installer un système de secours au gaz naturel, au propane ou à l’huile;  de bien isoler son habitation; d’acheter des électroménagers écoénergétiques; de réduire sa consommation électrique.

La toiture végétale (toit vert)

En règle générale, la végétalisation d’un toit s’accomplit sur une pente faible (minimum 2 %) afin qu’il soit possible d’évacuer l’eau résiduelle vers un drain. Ce type de toiture doit être installé par une entreprise spécialisée dans le domaine. Les toits des nouveaux immeubles sont plus propices à la confection d’une toiture verte que les toits existants, qui ne sont généralement pas conçus pour soutenir les charges combinées de neige et de substrat de croissance. Enfin, il est fortement déconseillé d’installer une toiture végétale sur un toit recouvert d’une membrane d’asphalte, car l’étanchéité peut être désuète et ce matériau est déjà très pesant à la base.

Avantages:
- Apparence végétale (possibilité d’y faire pousser des légumes)
- Réduit les pertes de chaleur en hiver
- Bloque les rayons ultraviolets
- Agit comme un isolant acoustique

Inconvénients:
- Coûteux
- Lourd; peut nécessiter un renforcement de la structure
- Retient l’eau
- Vulnérable aux fuites d’eau
- Réalisation et implantation s’étalent sur plusieurs années
- Entretien régulier (arrosage régulier du toit les trois premières années; élimination des pousses de peupliers et d’herbe à poux aux six mois)
- Le sol sec risque de s’envoler par grands vents pendant la première année tant que le développement du système racinaire n’est pas optimal

Prix:
- Prix global: de 15 à 30 $/pi2 selon le type de projet pour le toit vert
- Réfection de la toiture: de 9 à 15 $/pi2
- Installation des matériaux: de 15 à 25 $/pi2 végétation comprise
- Entretien du toit (les deux premières années): de 1 à 2 $/pi2
- Honoraires d’ingénieur pour déterminer les capacités portantes du bâtiment: de 500 à 800 $

Généralement installée sur un toit plat, la toiture végétale est composée d’une membrane d’étanchéité recouverte d’une couche de terre appelée substrat et dans laquelle sont plantés des végétaux de petite taille. Les toits verts sont présentés comme un bon isolant acoustique et thermique. Cependant, cette solution n’est pas accessible à tous, compte tenu de son coût et du fait que tous les toits ne peuvent accueillir de tels aménagements.

Pour réduire les îlots de chaleur créés par les toits plats, vous pouvez aussi opter pour un matériau de recouvrement blanc comme les membranes EPDM (terpolymère d’éthylène-propylène-diène) ou TPO (polyoléfine thermoplastique) ou bitume élastomère. Ils sont un peu plus chers que des bardeaux d’asphalte, mais leur durée de vie est supérieure (50 ans environ) et ils sont entièrement recyclables en fin de vie. Fiez-vous à l’indice de réflexion solaire publié par le manufacturier. Faites appel à une entreprise spécialisée pour la pose de ce type de matériau, car l’opération nécessite des précautions particulières quant à son étanchéité.

Vous pouvez aussi faire recouvrir une toiture en bitume de concassé blanc. Il est à noter que dans nos climats, l’utilisation de toits blancs reste controversée. Certaines municipalités demandent des toits blancs pour réduire le phénomène des îlots de chaleur, mais les experts restent divisés sur les gains énergétiques au final, puisqu’un toit foncé permet quant à lui d’économiser de l’énergie au printemps et en automne. 

>> À lire aussi: comparatif des revêtements de toiture (2016), enquête sur les couvreurs (2014) et rénovation de la toiture et des revêtements (2013)

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.