Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Quoi savoir avant d'installer un composteur dans sa cour

Par Protégez-Vous
Shutterstock

Composter les matières organiques permet de réduire le volume de déchets enfouis et de disposer des matières organiques de façon écologique. Qui plus est, le compost est un excellent amendement pour le sol et il favorise la croissance des végétaux tout en leur assurant une meilleure résistance aux maladies et aux insectes.

Composter ses résidus de table ou ses résidus de tonte est donc un geste gagnant à tous points de vue. Les composteurs domestiques sont vendus un peu partout : dans les boutiques de produits écologiques, les grandes surfaces, les quincailleries. La plupart sont faits en plastique (certains imitent la pierre) ou en bois. Il en existe aussi à tambour rotatif, ce qui permet de brasser plus facilement le compost.

Votre choix sera influencé par le volume de déchets que vous désirez traiter et par l’emplacement du composteur (si vous le placez sur un balcon, vous en choisirez forcément un plus petit). Il est préférable d’opter pour un modèle doté d’un couvercle, pour éviter que les animaux n’aillent s’y aventurer, et de trous d’aération, pour que l’oxygène puisse procéder à la dégradation des matières. Vous pouvez aussi fabriquer votre composteur en assemblant une structure de bois que vous déposerez à même la terre.

La taille

Pour déterminer la taille de votre composteur, faites d’abord la liste déchets que vous voulez composter : résidus de tonte, feuilles, déchets organiques. Il faut ensuite calculer environ 1 L par m2 de pelouse et 100 L par personne pour les déchets organiques. À cela s’ajoute le volume requis pour composter les feuilles. Si la surface de votre terrain est très importante, vous pouvez faire du compost en tas, sans utiliser de composteur.

Les prix

Ils varient principalement en fonction de la taille et de la finition du composteur (ceux en bois sont souvent plus chers) et vont de 60 à 480 $ (pour une capacité de 300 à 400 L). Vous pouvez aussi vous procurer un bac de 4 L à installer sur le comptoir de cuisine ou à l’intérieur d’une porte d’armoire (8 $).

L’emplacement

Installez votre composteur directement sur la terre dans un endroit à demi ombragé (idéalement dans la cour latérale ou arrière), facilement accessible en toute saison, où le sol se draine bien et où l’accumulation de neige n’est pas trop importante (les composteurs en plastique peuvent être déposés sur des dalles de béton). Essayez de choisir un emplacement qui permettra de le dissimuler : près d’une haie, d’un cabanon, etc.

Commencer le compostage

Déposez au fond du composteur une petite couche de branches minces qui faciliteront le drainage et la circulation d’air. Ajoutez les déchets mélangés à de la terre. Référez-vous à la liste ci-dessous pour connaître les matières qui sont compostables et celles qui ne le sont pas.

Le compostage étant un processus aérobie (qui nécessite de l’oxygène), il importe de brasser le compost régulièrement, soit toutes les trois semaines. Il faut aussi le garder humide pour que les organismes décomposeurs puissent se développer (humide comme une éponge essorée ; ni plus, ni moins).

Ce sont les microorganismes qui prolifèrent dans le sol ou dans les résidus organiques qui les décomposent et les transforment en compost.

Déchets compostables

  • Résidus de tonte et de taille (en petits morceaux)
  • Fruits et légumes (il faut toutefois couper les peaux de banane et les pelures d’agrumes en très petits morceaux car elles se décomposent difficilement)
  • Marc et filtres à café
  • Féculents (pâtes, riz, pain)
  • Coquilles d’œuf
  • Sciure
  • Cendres (en petites quantités)
  • Papier en petits morceaux

Déchets non compostables

  • Mauvaises herbes
  • Matières grasses
  • Litière pour chat
  • Bois traité
  • Os
  • Plastique
  • Métaux
  • Verre
  • Papier ciré
  • Styromousse
  • Restes de viande (à moins de les broyer)
  • Plantes à graines ou malades

Combien de temps pour avoir du bon compost ?

Si vous compostez dans un composteur, vous obtiendrez votre première récolte de compost au bout de trois à six mois (le compostage en tas nécessite deux fois plus de temps). Quelques signes que votre compost est prêt : sa couleur brune, sa texture fine et sa légère odeur de sous-bois (qui ressemble à celle de la terre). Vous pouvez aussi avoir recours à un accélérateur de compost, composé de microbes et d’enzymes et conçu pour accélérer l’activité bactérienne dans les composteurs. Ce type de produit est non toxique et 100 % naturel. On en ajoute au compost toutes les deux semaines. Coût : environ 22 $ pour 650 ml (32 oz).

Le saviez-vous ? Plusieurs villes du Québec, dont Gatineau, Sherbrooke, Lennoxville et le Canton d’Orford, ont mis en place un service de collecte des matières compostables. Renseignez-vous auprès de votre municipalité.

>> À lire aussi: Comment aménager un jardin écologique, Les bienfaits du jardinage écologique et Comment récupérer l'eau de pluie

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.