Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

(3) Articles

L'Europe

Par Lyne Larouche et Martin Dionne (chargé de projet), Rémi Leroux (journaliste) Mise en ligne : 14 août 2017

Les destinations intéressantes ne manquent pas en Europe et la proximité des pays comme le faible coût des transports facilitent les découvertes. Dans cet article: infos intéressantes à propos de l'Europe de l’Ouest, l'Europe de l’Est, la Croatie, le Portugal, la Roumanie et la Grèce.

Europe de l’Ouest

île de Santorin (Grèce), Paris (France), Helsinki (Finlande), Madère (Portugal)

En 2015, l’Europe a enregistré plus de 4,7 millions de visiteurs canadiens, selon le Conference Board du Canada. Chaque année, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne accueillent les deux tiers des touristes canadiens. 

À ne pas manquer: la Finlande

« C’est un pays qui présente de nombreux atouts, explique Jennifer Doré Dallas. Comme d’autres pays nordiques, la Finlande a développé une offre touristique “quatre saisons”, la qualité de vie y est exceptionnelle et de nombreuses initiatives mettent en valeur le tourisme hivernal. » Dans ces conditions, et si vous êtes amateur de sports d’hiver, pourquoi payer un billet d’avion 1 000 $ pour le Yukon, alors que vous pouvez aller vers une destination plus « exotique » pour moins de 700 $ ? s’interroge la blogueuse.

Europe de l’Est

Chipka (Bulgarie), Prague (République Tchèque), Transylvanie (Roumanie), Poznan (Pologne)

La proximité entre eux des pays de l’Europe de l’Est et les faibles distances entre les capitales constituent des atouts importants. En atterrissant en Hongrie, par exemple, vous pourrez facilement rayonner en Slovaquie, en République tchèque et en Autriche, voire en Pologne. « Les voyages en [autocar] ne sont vraiment pas chers, affirme Jennifer Doré Dallas. C’est une belle occasion de visiter les principales capitales d’Europe de l’Est. » La distance entre Prague, en République tchèque, et Vienne, en Autriche, est d’environ 300 km, soit à peine plus qu’entre Montréal et Québec.

Rachel Latour suggère même de vérifier les prix de Montréal vers Paris, puis de Paris vers certaines capitales d’Europe de l’Est desservies par les transporteurs à rabais. Cette stratégie pourrait s’avérer très économique, selon la période où vous partez.

La Moldavie, la Pologne et la Roumanie ne sont pas des pays touchés par le tourisme de masse, note Jennifer Doré Dallas. Ces destinations réservent quelques belles surprises (la randonnée dans les Carpates en Roumanie, par exemple) que vous n’aurez pas à partager avec des autocars de touristes étrangers. Inversement, la Croatie est une destination très courue depuis une quinzaine d’années. Le coût de la vie y a fortement augmenté, et l’offre touristique ressemble aujourd’hui à celle des grandes stations balnéaires d’Espagne ou de France.

À ne pas manquer: la République tchèque

La République tchèque est remarquable pour le voyageur qui recherche confort et accessibilité, estime Jennifer Doré Dallas. Prague, sa capitale, regorge de lieux et monuments exceptionnels : la Vieille Ville, le pont Charles, la place Venceslas, le vieux cimetière juif dans le quartier Josefov, l’horloge astronomique médiévale de l’hôtel de ville, etc.

Plus de détails sur la Croatie

À voir, à faire en Croatie

Les cinq grandes régions du pays.

• Croatie centrale (Središnja Hrvatska): Zagreb et ses environs. Châteaux médiévaux, dont ceux du Zagorje (de Veliki Tabor et de Trakošćan), vignobles, stations thermales et paysages vallonnés.
• Dalmatie: prisée des touristes, avec ses paysages de carte postale et ses richesses historiques. Zadar (murailles, palais, ruines romaines, etc.), croisière sur l’Adriatique et visite de très belles îles dont Brač, Mljet et Biševo (grotte bleue), etc. Plusieurs lieux inscrits à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, dont Dubrovnik (surnommée «la perle de l’Adriatique»), HvarŠibenikSplitTrogir.
• Istrie (Istra): pour sa gastronomie, son histoire (cités médiévales, vestiges romains à Pula, basilique euphrasienne de Poreč*), sa beauté (parc national des îles Brijuni) et ses stations thermales.
• Kvarner: parc national Plitvice* avec ses lacs aux eaux bleues et ses 92 chutes. Voir aussi les îles de Krk et de Cres (particulièrement la région de Tramuntana). Station balnéaire d’Opatija.
• Slavonie: parcs naturels de Papuk (géo-parc*) et de Kopački Rit (zones humides, observation d’oiseaux), vestiges archéologiques de Vinkovci, cathédrale de Dakovo.

* Sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Autres sites inscrits à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO: forêts primaires et anciennes de hêtres des Carpatestombes médiévales stećciouvrages de défense vénitiens: Stato da Terra - Stato da Mar occidental.

À déguster en Croatie

• Selon les régions, les poissons et fruits de mer, dont le calmar (lignje), et les viandes (agneau, porc ou bœuf, race Boškarin).
• Ragoût de bœuf épicé (pašticada), «boulettes» d’agneau et de bœuf hachés grillés (čevapi, parfois, avec du porc et du bœuf), viande hachée grillée (pljeskavica), plats aux truffes, risotto noir (Crni rižot), fromage de brebis de l’île de Pag, jambon cru (pršut), pâtisserie salée au fromage (štrukli).
• Desserts: sorte de mille-feuilles (kremsnite), glaces (sladoled), etc.

Information pratique pour la Croatie

• Capitale: Zagreb
• Langue officielle: croate 
• Électricité: 230 V – 50 Hz, fiches rondes (adaptateur nécessaire) 
• Décalage horaire: + 6 h (heure d’été, HAE); + 5 h (heure normale de l’Est, HNE) 
• Climats: continental dans les terres, voire alpin en montagne, méditerranéen sur la côte de l’Adriatique.
• Quand y aller: de mai à septembre (haute saison en juillet-août). 
• Internet: Wi-Fi gratuits, principalement sur la côte ouest. Beaucoup de cybercafés. 
• Indicatif du pays: 385

Argent en Croatie

• Monnaie: kuna croate (Kn, HRK). Pour 1 $ CA, comptez de 4,85 à 5,44 Kn. Plusieurs endroits acceptent l’euro ou indiquent les prix en euros. Les taux de change sont donnés avec le minimum et le maximum relevés entre le 12 août 2016 et le 12 août 2017 (source: XE currency).
• Budget quotidien: de 70 à 185 $ CA (de 400 à 1 000 Kn). Il s'agit d'une estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d'une personne pour manger, dormir (occupation double) et faire une activité.
• Cartes de crédit: Visa, MasterCard et American Express acceptées dans la plupart des banques, hôtels et restos. Espèces dans les plus petits restos, les magasins de taille modeste et les chambres d’hôtes.
• Devises: banques, postes, guichets automatiques et bureaux de change (mjenjačnice). Ces derniers prennent souvent une commission de 1 à 1,5 %, mais leurs heures d’ouverture sont plus longues que celles des banques. Possible de changer de l’argent également dans plusieurs agences de voyages, hôtels et campings.
• Guichets automatiques: nombreux dans le pays.

Santé en Croatie

• Aucun vaccin obligatoire. L’eau du robinet est potable.

Sécurité en Croatie

• Les routes secondaires sont souvent étroites ou mal entretenues. Lorsqu’il pleut, les routes de l’Istrie et celles qui longent la côte de l’Adriatique sont glissantes et n’ont pas de glissière de sécurité; étroites, elles sont souvent congestionnées durant les vacances.
• Des mines antipersonnel sont encore présentes sur le territoire. Les zones à risque sont clairement indiquées par des panneaux. Évitez les chemins non balisés dans ces zones désignées.

Formalités d'entrée et de sortie pour la Croatie

• Passeport valide pendant au moins trois mois après le départ de la Croatie.
• Inscription auprès de la police locale: la faire dans les 48 heures de votre arrivée si vous résidez chez un particulier. Les hôtels et les établissements d’hébergement le font pour vous, mais assurez-vous que cela a été fait, à défaut de quoi vous êtes passible d’une amende et risquez l’expulsion.
• Visa: aucun.
• Ambassade du Canada: Prilaz Gjure Dezelica 4, Zagreb, [email protected]

Transport en Croatie

• Avion: pas de vols directs depuis Montréal. Vols avec escale en Europe.
• Autocar: réseau d’autocars bien développé (frais pour les bagages). Si possible, réservez vos billets à l’avance, surtout l’été.
• Train: souvent en retard. Pas de ligne le long de la côte.
• Voiture: utilisation des phares en tout temps. La présence de la police est obligatoire en cas d’accident (composez le 92).
• Limite légale d’alcoolémie: 0,5 g/L, mais 0 si le conducteur est impliqué dans un accident. Si panne d’essence, obligation de porter un gilet fluorescent. Autoroutes payantes.

À rapporter de la Croatie

Dentelle de Pag, lin tissé à la main, broderie de soie, cravate de Zagreb, cristal de Samobor, etc.

Bon à savoir
 
• Hôtels et chambres d’hôtes: la plupart facturent de 20 à 30 % de plus pour un séjour de moins de trois nuits.
• Le service dans les restaurants est souvent lent ou un peu désorganisé. Soyez patients !
• Certains restaurants, principalement autour du bassin méditerranéen, facturent le pain et le couvert.
• On ne fait pas la bise en Croatie, on sert la main.

Ressources

Office national croate de tourisme

Plus de détails sur le Portugal

À voir, à faire au Portugal

– Lisbonne (ville aux sept collines): les quartiers Alfama (Castelo de São Jorge), Ajuda et Belém (monastère des Hiéronymites et tour de Belém*), et Bairro Alto (resto, fado, etc.), ainsi que, Praça do Comércio (arc de Triomphe et galeries à arcades), les belvédères, l’ascenseur Santa Justra et le tramway jaune (ligne 28).

– Porto et le Douro: Ribeira (quartier historique, pont Luiz I et monastère de Serra do Pilar)*, après le pont Luiz I (Ponte de Dom Luís I), la Vila Nova de Gaia (chais et dégustation de porto), les façades ou les intérieurs de monuments ornés d’azulejos (dont la gare de São Bento et l’église do Carmo), la cathédrale Sé, l’église et la tour des Clercs (Igreja e torre dos Clérigos), l’église São Francisco et le Palácio da Bolsa.

– Le Douro (en croisière ou en voiture): la région viticole du Haut-Douro*, Lamego (vieille ville fortifiée) et le parc naturel do Douro (d’où peut partir la croisière). En allant vers le nord, le centre historique de Guimarães*, ville médiévale d’importance.

– Algarve: les falaises et les plages (dont celles de Lagos), le Parque Natural da Ria Formosa, le cap Saint-Vincent près de Sagres (cabo de São Vicente, châteaux, sites romains, réserve naturelle, etc.), Faro (plage et centre historique).

– Les Açores: l’archipel aux paysages luxuriants et volcaniques (sources thermales, falaises, cratères), le centre d’Angra do Heroismo* de l’île Terceira et le paysage viticole de l’île du Pico* (champs de lave).

– Sintra: le paysage culturel de Sintra* et les palais (Palacio da Pena et Palacio National de Sintra).

* Sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Parmi les autres lieux inscrits sur la liste de l’UNESCO: le couvent du Christ à Tomar, les monastères de Batalha et d’Alcobaça le centre historique d’Évora, les sites d’art rupestre préhistorique de la vallée de Côa et de Siega Verde, la forêt laurifère de Madère, la ville de garnison frontalière d’Elvas et ses fortifications et l’Université de Coimbra – Alta et Sofia.

À déguster au Portugal

Heures des repas: généralement de 12 h à 14 h 30 (dîner) et de 19 h 30 à 22 h 30 (souper).

Les petiscos (amuse-gueules, olives, fromage, pain, etc.) servis d’office à votre table vous seront facturés si vous y goûtez!

Soupes: la caldo verde (chou, navet, pomme de terre et rondelles de chorizo), l’açorda de mariscos (à base de divers fruits de mer) ou de camarões (à base de crevettes) incluant, selon les recettes, ail, œufs, coriandre et mie de pain.

Poissons (peixe) et fruits de mer: la morue en général, dont le baccalau com natas (morue à la crème), le caldeirada de peixe (bouillabaisse de poissons avec tomates, pommes de terre et riz), le cataplana (ragoût de fruits de mer au vin, à l’ail et à la tomate), les sardinhas assadas (sardines grillées).

Viandes: le porc sous plusieurs formes (lombo [filet], leitão [cochon de lait], etc.), le carne de porco à Alentejana (de l’Alentejo, à base de morceaux de filet de porc et de palourdes), le cozido à portuguesa (sorte de pot-au-feu), les viandes grillées, le francesinha (sorte de croque-madame, mais avec de la saucisse et du bœuf baignant dans la sauce), les saucisses (dont les chouriços).

Desserts: les pâtisseries sont très appréciées des Portugais. Une des plus populaires est la pastei de Nata (spécialité de Lisbonne, petit flan saupoudré de cannelle).

Information pratique pour le Portugal

Capitale: Lisbonne

Langue officielle: portugais

Électricité: 230 V – 50 Hz, fiches rondes (adaptateur nécessaire)

Décalage horaire: +5 h (heure d’été, HAE); +6 h (heure normale de l’Est, HNE)

Climat: tempéré; à l’intérieur des terres, l’été peut être caniculaire et l’hiver, rigoureux.

Quand y aller: de mai à octobre (haute saison: juillet-août).

Internet: accès payant dans certains cafés et de nombreux bureaux de poste (service Netpost). Accès Wi-Fi dans certains espaces publics (hôtels, aéroports, restaurants).

Téléphone: cabines publiques avec pièces ou cartes téléphoniques (bureaux de poste, certains kiosques de tabac, magasins MEO, etc.). On peut aussi acheter une carte SIM locale.

Indicatif du pays: 351

Argent au Portugal

Monnaie: euro (€). Pour 1 $ CA, comptez de 0,66 à 0,72 €. Les taux de change sont donnés avec le minimum et le maximum relevés entre le 12 août 2016 et le 12 août 2017 (source: XE currency).

Budget quotidien: de 60 à 175$ CA (de 50 à 125 €). Il s'agit d'une estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d'une personne pour manger, dormir (occupation double) et faire une activité.

Cartes de crédit: acceptées presque partout, mais les petits établissements peuvent exiger des espèces.

Devises: banques et bureaux de change.

Guichets automatiques: réseau national de guichets (MB pour «multibanco») ouverts 24 h. Peuvent accepter CIRRUS.

Pourboire: service compris dans les restaurants, mais l’ajout de 5 à 10 % du montant total est apprécié. Pour les taxis, il est habituel d’arrondir la somme due ou de laisser un pourboire de 5 à 10 %.

Santé au Portugal

Cas de rougeole signalés.

Prévoir une protection contre les piqûres d’insectes vecteurs de maladies (dont le virus du Nil occidental et la leishmaniose) dans certaines régions du sud.

Sécurité au Portugal

Prendre les mesures de sécurité de base. Attention aux vols à la tire dans les lieux plus touristiques (par exemple, le tramway des lignes 15E et 28E).

Transport au Portugal

Avion: vols directs de Montréal vers Lisbonne, Ponta Delagada et Porto.

Voitures: Gilet réfléchissant et triangle de signalisation obligatoires dans la voiture. En cas d’accident, vous devez vous ranger sur l’accotement et en faire usage. Feux de croisement obligatoires en tout temps. Postes de péage sur les autoroutes: si le mode de paiement est électronique, vérifiez auprès du locateur s’il y a un dispositif de paiement inclus dans le véhicule. Autrement, vous devrez faire le paiement aux bureaux de poste (CTT) ou dans les bureaux «Rede payshop». Les amendes doivent être payées sur-le-champ sinon la voiture peut être confisquée jusqu’au moment du paiement.

Formalités d'entrée et de sortie pour le Portugal

Passeport valide pendant au moins trois mois après le départ du Portugal.

Visa: aucun (séjour ≤ 90 jours).

Ambassade du Canada: Avenida da Liberdade 198-200, 3e étage, 1269-121, Lisbonne
[email protected]

Consulat: Rua Frei Lourenço de Santa Maria No. 1, 1e étage, Apartado 79, 8000-352 Faro
[email protected]

À rapporter du Portugal

Azulejos et produits de céramique (assiettes, etc.) et linge de maison en dentelle.

Ressources

Office du tourisme du Portugal: www.visitportugal.com

Plus de détails sur la Roumanie

À voir, à faire en Roumanie

– Banat et Crișana: Timişoara (nommée «Petite Vienne» ou «cité des parcs et des jardins», places Victoriei, Libertatii et Unirã, cathédrale orthodoxe, vieux tramway), Oradea (places Unirii et Republicii-Ferdinand), parc national Beuşniţa – gorges de la Nera (rafting, lac Ochiul Beiului, cascades Bigăr, Beusnitei, etc.), parc national Semenic – gorges du Caraş (forêt de hêtres, grottes, dont celles de Comarnic et du Buhui), station thermale Băile Herculane, gorges Les portes de fer (Porțile de Fier), parc national Domogled-Vallée de Cerna (plusieurs gorges, dont Corcoaia), gorges du Danube (Clisura Dunării, naviguer entre Bubova et Eşelniţa), parc naturel Apuseni (randonnée, ski, cascades, grottes des Ours, de Glace et du Vent).

Note: les Carpates sont une vaste chaîne de montagnes qui se déploie sur plusieurs pays d’Europe centrale. En Roumanie, elles couvrent plusieurs régions, et un même massif peut s’étendre lui aussi sur plusieurs d’entre elles – c’est le cas des monts Apuseni.

– Bucovine et Moldavie: églises peintes de Bucovine* (fresques sur les murs extérieurs, église du monastère de Suceviţa peinte à l’intérieur et à l’extérieur), forteresse et citadelle du trône de Suceava, Iaşi (ville aux sept collines, Palais de la culture, cathédrale Métropolitaine, plusieurs églises, dont celle des «Trois Hiérarques»), Târgu Neamţ et alentours (forteresse et monastère de Neamţ), Piatra Neamț (vieille ville, musées, mont Colza), monts Ceahlău et Rarău (ski, randonnées), gorges de Bicaz, Ciocăneşti (village aux maisons de bois peintes de bandeaux aux motifs traditionnels), vignobles (dont ceux d’Odobeşti et de Cotnari).

– Dobroudja: delta du Danube* (réserve naturelle, forêt de Letea, dunes, chevaux sauvages, lacs et marais, ornithologie, pêche et navigation), plages sur la mer Noire (dont Vadu et Mamaia) et stations balnéaires (dont les bains de boue d’Eforie Nord), parc national des monts de Mãcin (randonnées, steppes), Constanţa (vieux port, vestiges archéologiques), Histria (vestiges de la Grèce antique), citadelle d’Enisala.

– Maramureş: églises en bois*, Vişeu de Sus (train à vapeur dans la vallée de la Vaser), Săpânţa (croix en bois peintes et colorées du «cimetière joyeux», cascade des chevaux), portes sculptées à l’entrée de Vadu Izei, monts Gutâi (réserve géologique Creasta Cocoşului, vallées de la Mara et du Coşău).

– Munténie: route de Transfăgăraşan (traverse les Carpates), vallée de la Prahova et parc national des monts Bucegi (mégalithes aux formes étranges, escalade, etc.), Sinaia (châteaux de Peleș, de Pelişor et de Foişor), Berca (parc des «volcans de boue»), monastère de Căldăruşani, montagnes de Buzău (habitations troglodytes, église épiscopale), musée de l’ambre de Colti, Argeş (gorges, monastère de Curtea, vestiges de la citadelle de Poienari), Slănic Prahova (cathédrale-canyon de sel et lacs salés Miresei, Baia Baciului ou Baia Verde), Târgoviște (cour et église princières, tour de Chindia).

– Bucarest: palais Cantacuzino Athénée roumain, palais du Parlement, musées (national d’art, d’Histoire nationale, du Paysan roumain et d’Histoire juive), parcs Herăstrău et Carol, jardin et lac Cişmigiu, quartier Lipscani (vieille ville, église Stavropoleos et auberge Hanul lui Manuc), église princière (Biserica Domnească) de la Cour ancienne, non loin de Bucarest (palais de Mogoşoaia).

– Olténie: monastère de Horezu* et autres monastères ou ermitages (Cozia, Tismana etc.), parc national Buila-Vânturărița (gorges, grottes), Târgu Jiu (complexe culturel du sculpteur Brancusi, rafting sur la rivière Jiu), Craiova (musée d’art, ville universitaire), Polovragi et alentours (monastère au cœur des gorges de l’Olt, grottes Polovragi et Muierilor), Ponoarele et alentours (pont naturel, forêt de lilas, lac, grotte Topolnița).

– Transylvanie: cités saxonnes médiévales (Braşov, Sighişoara* et Sibiu), villages avec églises fortifiées* (Biertan, Calnic, Dârjiu, Prejmer, Saschiz, Valea Viilor, Vişcri), château de Bran (improprement nommé château de Dracula), château des Corvin à Hunedoara (Castelului Corvinilor), forteresse de Râşnov, Alba Iulia (forteresse et citadelle, cathédrales orthodoxe et catholique), Târgu Mureş (citadelle médiévale, palais de la culture, place des Roses – Piata Trandafirilor), parc naturel Apuseni et alentours (colonnes de basalte Detunata, forteresses de Rădesei, gorges de Râmeţ, grotte-glacier de Scărişoara, gorges de Turda – cheile Turzii), parc national Retezat (réserve de la biosphère, lacs glacières), parc national Piatra Craiului.

À déguster en Roumanie

Zacuscă: assortiment de légumes (aubergine, poivron, oignon, champignon) finement hachés et mis en conserve. Servi comme condiment ou en apéritif sur du pain.

Sarmale: feuilles de choux ou de vigne farcies de riz, de viande (porc épicé, parfois mélangé à du veau ou de l’agneau), de champignons, d’herbes et de légumes.

Ardei umpluti: poivron farci (farce similaire à celle des sarmale).

Mămăligă (sorte de polenta): plat de base ou servi comme accompagnement avec des sarmale, du fromage blanc légèrement aigre, de la tochitura (viande de porc, saucisse, foie de volaille, œuf, sauce tomate, fromage), ou d’autres plats traditionnels.

Mititei ou mici: petites saucisses grillées, à base de viande aromatisée aux herbes.

Cârnații de Pleșcoi: saucisses épicées, séchées et fumées, à base de chèvre et de mouton.

Ciorba: soupe-repas au goût légèrement aigre à base de légumes et d’herbes (dont livèche, oseille ou estragon). Ajout de jus de citron, de vinaigre, de mirabelles vertes ou de bors (liquide de son de blé fermenté). Également: ciorba de poisson ou de viande. Servis avec des croûtons, de la crème aigre épaisse (smântână), de l’ail écrasé ou du piment fort.

Muşchi: grillades de filet mignon (porc, parfois bœuf).

Chiftele: boulettes de viande et de légumes, frites, épicées (ail, aneth, persil); peuvent être mijotées en sauce tomate.

Saramura: poisson grillé ou frit, puis mariné dans une eau saumurée à base de sauce tomate, d’herbes et de piment fort.

Plăcintă: fait de pâte briochée ou feuilletée, de forme carrée, le plus souvent sucré. Carré aux pommes (plăcintă cu mere), au chocolat (plăcintă cu ciocolată), au fromage (plăcintă cu brânză), à la viande (plăcintă cu carne), etc.

Desserts: papanaşi (beignets sucrés au fromage blanc, recouverts d’une confiture par exemple), cozonac (gâteau brioché avec raisins de Corinthe, loukoums, noix, etc.), alivenci (gâteau au fromage frais).

Information pratique pour la Roumanie

Capitale: Bucarest

Langue officielle: roumain

Électricité: 230 V – 50 Hz, fiches rondes (adaptateur nécessaire)

Décalage horaire: + 6 h (heure d’été, HAE); + 7 h (heure normale de l’Est, HNE)

Climat: continental (étés chauds et hivers froids), avec des nuances en montagne et près des côtes.

Quand y aller: de fin avril à octobre (haute saison en juin-août; il peut faire très chaud, particulièrement dans le sud). Pour skier: de décembre à la mi-avril.

Internet: dans les cybercafés (dans la plupart des villes) et Wi-Fi dans un nombre croissant d’hôtels.

Téléphone: cabines publiques avec cartes d’appel dans les villes et possibilité d’acheter une carte SIM locale (si possible, essayez-la avant de payer). Pour se procurer une carte d’appel: kiosques à journaux ou supermarchés.

Indicatif du pays: 40

Argent en Roumanie

Monnaie: leu roumain (lei au pluriel, RON). Pour 1 $ CA, comptez de 3,00 à 3,27 lei. Les taux de change donnés correspondent au minimum et au maximum relevés entre le 5 décembre 2016 et le 5 décembre 2017 (source: XE currency).

Budget quotidien: de 30 à 140 $ CA (de 98 à 458 lei). Estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d’une personne pour manger, dormir (en occupation double) et faire une activité.

Il vaut mieux avoir sur soi des espèces, de préférence des petites coupures afin de payer les choses du quotidien (artisanat local, pourboires, titre de transport, etc.).

Cartes de crédit: MasterCard et Visa acceptées dans les hôtels, restaurants et commerces des grandes villes. American Express n’est pas acceptée partout. Espèces ailleurs dans le pays.

Note: même si un établissement indique qu’il accepte ce type de paiement, vérifiez que c’est bien le cas avant de faire votre achat.

Guichets automatiques: nombreux dans les grandes villes, rares ailleurs.

Devises: banques, bureaux de change (casa de schimb ou birou de schimb valutar) et grands hôtels. Changer de l’argent dans la rue est illégal. Les billets en mauvais état (déchirés, vieux) peuvent être refusés. Vous ne pouvez ni acheter ni vendre de lei au Canada. Avant de quitter la Roumanie, convertissez-les en présentant votre reçu de change ou de retrait.

Pourboire: non obligatoire, mais il est conseillé de prévoir 10 % de l’addition au restaurant. Si vous êtes satisfait du service, arrondir le prix de la course de taxi ou offrir de 3 à 5 lei par jour au personnel de chambre.

Santé en Roumanie

Aucun vaccin obligatoire, mais il est conseillé d’être vacciné contre les hépatites A et B et contre la rougeole (résurgence). Prendre les précautions nécessaires pour vous protéger contre les insectes porteurs de maladies (dont l’encéphalite à tiques) si vous allez en zones rurales.

Sécurité en Roumanie

Zone de forte activité sismique. Risques d’avalanches.

Ne répondez pas à un soi-disant policier en civil qui veut contrôler vos papiers, voir vos cartes de crédit ou votre argent, ou qui vous accuse d’échanger des devises illégalement. Les vrais agents de police ne demandent que vos papiers d’identité.

Vols: Évitez, si possible, de circuler dans certains quartiers de Bucarest (ex.: près de la gare du Nord). Soyez vigilants dans les transports publics et dans les gares: des bandes organisées, dont certaines avec enfants, y sont actives. Évitez d’utiliser les guichets situés dans la rue.

Photographier les immeubles gouvernementaux et les installations militaires est interdit.

Possession, usage ou trafic de drogues: peines sévères.

Transport en Roumanie

Avion: vols directs Montréal-Bucarest (du début juin au début octobre).

Voiture: permis de conduire canadien valide (séjour ≤ 90 jours). Ayez à portée de main le document d’immatriculation du véhicule et la preuve d’assurance. Extincteur, trousse de premiers soins et triangle de signalisation doivent être dans le véhicule. Gardez les phares allumés en tout temps.

Alcool au volant: tolérance zéro.

Attendez l’arrivée des policiers en cas d’accident. Obtenez de leur part une copie du rapport d’accident.

Réseau routier en mauvais état en dehors des grandes artères urbaines et des autoroutes (marquage déficient, routes mal éclairées et délabrées). Vérifiez l’état des pneus chez le locateur. Évitez de conduire la nuit en dehors des grandes villes (bétail errant, charrettes sans phares tirées par des chevaux, etc.). Nombreux chauffards.

Vignette obligatoire (RoVinieta ou taxa de drum) pour se déplacer à l’extérieur des grandes villes. Vérifiez qu’elle se trouve dans le véhicule (incluse avec la location).

Autocar (autobuzul): liaisons fréquentes et relativement rapides. Les véhicules des grandes compagnies sont plus confortables que ceux des compagnies locales. Ces dernières sont souvent les seules à aller dans de petits villages. Achat des billets: possible auprès du chauffeur.

Minibus (maxitaxi): de 9 à 16 places, confortable et bon marché, assure des liaisons régulières de Bucarest vers les grandes villes et parfois entre chacune d’elles. Destination peinte sur la carrosserie. Part lorsque plein. Faites attention à vos bagages et à votre portefeuille.

Train (trenul): réseau étendu même dans de petites localités, bon marché, généralement fiable, mais de confort variable.
Différents types de trains: pour les dessertes locales, cursa (souvent bondé, lent, s’arrête dans tous les villages). Sur les grandes lignes, personal (lent, train omnibus), rapid (dessert tout le pays, bonnes conditions), accelerat (très lent, à éviter) et IC (Intercity, confortable, rapide et bon marché).
Dans tous les cas, réservation recommandée auprès d’une agence CFR (Societatea naţională a Căilor ferate române) ou à la gare (une ou deux heures avant le départ). La réservation ou l’achat de billet de train peut être fastidieux. N’hésitez pas à demander de l’aide.

Taxi: tarifs indiqués sur la vitre. Avant de monter, assurez-vous que le compteur affiche le bon tarif. Tarifs plus élevés la nuit et en dehors des limites de la ville. À l’aéroport de Bucarest, adressez-vous au kiosque prévu à cet effet pour trouver un taxi à juste prix. Évitez de héler un taxi dans la rue, réservez-le plutôt à partir d’un hôtel ou d’un commerce. Évitez de vous rendre seul en taxi dans des régions éloignées.

Formalités d’entrée et de sortie pour la Roumanie

Passeport: valide pendant au moins trois mois après le départ du pays.

Visa: aucun (séjour ≤ 90 jours à l’intérieur d’une période de six mois).

Ambassade du Canada: Rue Tuberozelor no 1-3, 011411, Bucarest, secteur 1

[email protected]

À rapporter de la Roumanie

Broderies (nappes, blouses, cuir), couvertures en laine, icônes sur verre, œufs peints de Bucovine, sculptures sur bois, cuillère en bois, tapis, porcelaines et céramique.

Ressources

Site officiel de l’Office de tourisme de Roumanie à Paris

Bon à savoir

Certains monastères hébergent les voyageurs à bon prix.

Il est plus fréquent de serrer la main que de faire la bise.

Plus de détails sur la Grèce

À voir, à faire en Grèce

– Athènes et alentours: Acropole* (Parthénon, Érechthéion, Propylées, temple d’Athéna Nikê, ancien théâtre de Dionysos, agora, etc.), parlement (place Syntagma), musées (Goulandris d’art cycladique et d’art grec ancien, musée national d’archéologie et musée de l’Acropole), quartier de Plaka (animé, dédale de rues étroites).

– Archipel du golf Saronique: proche d’Athènes, paysages variés, îles très touristiques. Égine, Hydra (station balnéaire, sans véhicules à moteur, nombreux monastères), Poros, Spetsès et Salamine.

– Delphes: site archéologique* de la Grèce antique (sanctuaire d’Apollon, musée, panorama sur la vallée, nichée sur un flanc du mont Parnasse).

– Région de la Thessalie: Thessalonique (monuments paléochrétiens et byzantins, marché et musées), monastères des Météores* édifiés au sommet de pics rocheux (grès).

– Péninsule du Péloponnèse: richesses archéologiques et diversité de paysages (Épidaure*, Mycènes et Tirynthe*, Corinthe, Mystras*, Olympie*, Nauplie, ville portuaire vénitienne, Monemvassia, ville médiévale et chemin de fer à crémaillère traversant les gorges de Vouraïkos).

– La Crête: île montagneuse, plateaux, collines et plages de sable doré. Palais de Knossos près d’Héraklion, Rethymnon (port, forteresse vénitienne), plateau du Lassithi (routes pittoresques, anciens moulins à vent), gorges de Samaria, Agia Roumeli (eaux limpides), Loutro (plages et eaux cristallines) Paleochora (village de pêcheurs), La Canée (ou Hania, vestiges historiques, port vénitien), Matala (village de pêcheurs, grottes, plages).

– Archipel des Cyclades: maisons blanches, plages de sable doré, mer turquoise. Prisé par les touristes. Parmi les îles les plus connues, Mykonos (belles plages, ville animée et fleurie), Santorin (caldeira envahie par la mer et cernée de falaises, plages de sable noir), Amorgos (île du film Le Grand Bleu, montagneuse, plusieurs randonnées possibles), Délos*, Paros, Naxos (montagneuse et vallons fertiles, oliviers, vergers, etc.) et Sifnos (vallées fertiles, nombreuses églises, plages de sable fin). Andros, Kéa, Sérifos et Sikinos sont plutôt fréquentées par des touristes grecs.

– Archipel du Dodécanèse: Rhodes (ville médiévale fortifiée, palais des Grands Maîtres, hôpital et rue des Chevaliers, village blanc de Lindos, son acropole et son panorama saisissant); Symi, Kos et Patmos sont très courues (belles plages, eau turquoise, vestiges archéologiques, dont le monastère de saint Jean «le théologien» et la grotte de l’Apocalypse de Patmos, etc.). Moins touristiques: Tilos (plages, randonnées, ornithologie, forteresse médiévale), Lipsi (belles plages, criques isolées) et Kassos (îlot rocheux, poiriers, oliviers et figuiers, grottes).

– Archipel des îles Ioniennes: plages, eaux turquoise, petits villages, grottes marines, vignobles, oliveraies, forêts de pins et de cyprès. Sept îles: Céphalonie, Corfou, Cythère, Ithaque, Leucade, Paxos et Zante. Corfou est parfois considérée comme la plus belle des îles grecques. Jolis villages et plages, dont Sidari et Agios Gordis. Paléokastritsa (plages, monastère de Panagia Théotokos, château d’Angélokastro), Koni (monastère des Vlachernes, bâti sur la quasi-totalité de la presqu’île), vieille ville de Corfou*.

– Archipel des Sporades: réserves marines, stations balnéaires, paysages verdoyants et villages blancs. Quatre îles (Alonissos, Skiathos, Skopélos et Skyros) touristiques et chères.

– Archipel du nord-est de la mer Égée: les principales îles sont Chios (paysages variés, montagneux, villages fortifiés, dont Mesta, belles plages), Icarie (île montagneuse, quelques belles plages, Agios Kiriakos, station thermale), Limnos (île volcanique verdoyante, grandes plages, vestiges archéologiques), Lesbos (île verte réputée pour son ouzo et son huile d’olive, plages et criques, jolis villages et ports), Samos (sites archéologiques d’importance, végétation luxuriante, montagnes bordées de forêts de pins, de sycomores ou de chênes), Samothrace (forteresse médiévale, sanctuaire des Grands Dieux [Cabires], cité antique, mont Fengari entouré de forêts de chênes, de platanes ou d’oliviers, cascades) et Thassos (paysages luxuriants, vestiges archéologiques, plages).

* Sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Autres sites inscrits sur la liste du patrimoine de l’UNESCO: Monastères de Daphni, de Hosios Loukas et Nea Moni de Chios, site archéologique d’Aigai (nom moderne Vergina), site archéologique de Philippes, temple d’Apollon Épikourios à Bassae et Mont Athos.

À déguster en Grèce

Entrées: salade grecque et mezzés (assortiment de hors-d’œuvre), dont baba ganouj (caviar d’aubergines), boulettes de viande, féta, hummus, légumes crus, olives, pieuvre grillée ou bouillie, taboulé, tarama (pâte onctueuse faite d’œufs de poisson), saganaki (bouchée de fromage enfarinée et grillée), spanakopita (chausson fourré aux épinards), tzatziki (yogourt, concombre et ail), etc.

Fromages: souvent faits à base de lait de brebis ou de chèvre ou les deux, plusieurs utilisés pour cuisiner (ex.: féta, graviera, haloumi, manoúri et kefalotýri).

Pain: dakos (pain grillé à l’anis souvent proposé en tartine avec des tranches de tomate et du féta arrosé d’huile d’olive), koulouri (couronne de pain au sésame), pita.

Plats: biftéki (boulette de viande hachée aux herbes), dolma (feuille de vigne ou de chou fourrée de riz ou de viande hachée; peut aussi être servie en entrée), keftédia (boulette de viande parfumée à la menthe et à l’origan), loukanika (saucisses épicées), moussaka (plat cuit au four à base d’aubergines et hachis d’agneau souvent recouvert de béchamel et de fromage), poissons et fruits de mer (en sauce, frits, grillés, etc.), souvlaki (brochette de porc, de mouton ou de veau) et gyros (veau, bœuf, dinde ou poulet rôti à la verticale et servi avec pita, tzatziki, tomates et oignons), soutzoukakia (boulettes de viande en sauce tomate), stifádo (ragoût de viande avec oignons, vinaigre, vin rouge et cannelle).

Desserts: amigdaloto (pâte d’amandes et de sucre), baklava, fruits, halva (nougat avec graines de sésame, amandes ou cacao), kadaïfi (cheveux d’ange en sucre imbibés de miel et garnis de noix), loukoum (cube moelleux et élastique, souvent à l’eau de rose, saupoudré de sucre à glacer, parfois garni de noix ou de fruits secs), loukoumádes (petites boules de pâte frite trempées dans le miel et saupoudrées de cannelle ou de sésame), rizogalo (riz au lait saupoudré de cannelle), yogourt grec, souvent servi avec miel et noix. 

Café et ouzo (alcool anisé).

Note: «Κατ.» signifie que le produit est surgelé. Cette abréviation est obligatoire dans les menus. Au restaurant, il n’est pas rare qu’on vous invite en cuisine pour que vous choisissiez votre poisson.

Information pratique pour la Grèce

Capitale: Athènes

Langue officielle: grec

Électricité: 230 V – 50 Hz, fiches rondes (adaptateur nécessaire)

Décalage horaire: + 6 h (heure d’été, HAE); + 7 h (heure normale de l’Est, HNE)

Climat: méditerranéen (étés chauds et secs, hivers humides, mais doux, sauf en montagne, où il fait plus froid).

Quand y aller: de mai jusqu’à mi-juin, septembre et octobre. Haute saison: de mi-juin à fin août.

Internet: cybercafés (lieux touristiques) et Wi-Fi gratuit dans plusieurs établissements (bars et hôtels).

Téléphone: on peut téléphoner dans des kiosques à journaux ou boutiques ayant un tiléfono me métriti (téléphone à compteur) ou acheter une carte SIM locale.

Indicatif du pays: 30

Argent en Grèce

Monnaie: euro (€). Pour 1 $ CA, comptez de 0,66 à 0,72 €. Les taux de change donnés correspondent au minimum et au maximum relevés entre le 23 novembre 2016 et le 23 novembre 2017 (source: XE currency).

Budget quotidien: de 42 à 153 $ CA (de 30 à 110 €). Il s’agit d’une estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d’une personne pour manger, dormir (en occupation double) et faire une activité.

Il vaut mieux avoir des espèces sur soi (petites coupures incluses), car de nombreux commerçants préfèrent ce type de paiement.

Cartes de crédit: Visa et MasterCard acceptées presque partout, moins dans les villages. American Express acceptée fréquemment dans les lieux touristiques, rarement ailleurs. Les établissements modestes acceptent peu ce type de paiement.

Note: vérifiez auprès du commerçant si son terminal fonctionne avant de faire votre achat.

Guichets automatiques: dans les villes et les lieux touristiques.

Devises: banques et bureaux de change. Évitez les «guichets de change automatiques» des grands sites touristiques, car la commission prélevée est élevée.

Banques: généralement ouvertes du lundi au vendredi, de 8 h à 13 h 30 ou 14 h.

Pourboire: généralement inclus au restaurant, sinon il est bien vu d'en donner un. Il est d'usage d'arrondir la somme dure aux chauffeurs de taxi et de donner  de 1 à 3 € aux préposés des traversiers et aux porteurs dans les hôtels.

Santé en Grèce

Plusieurs cas de rougeole signalés.

Prévoyez une protection contre les piqûres d’insectes vecteurs de maladies (virus du Nil occidental, encéphalite à tiques, leishmaniose, etc.).

Morsures de serpents venimeux: limitez les risques dans les sous-bois de certaines régions en portant des chaussures hautes, des chaussettes et un pantalon long.

Évitez le contact avec les animaux (domestiques ou sauvages), car la rage sévit dans certaines régions du sud.

L’eau n’est pas toujours potable dans les petits villages.

Note: la codéine est considérée comme une drogue. Si vous devez en apporter, demandez une copie de votre ordonnance à votre médecin ou, si le médicament que vous prenez est en vente libre, demandez au pharmacien de vous offrir un médicament similaire qui n’en contient pas.

Sécurité en Grèce

Manifestations politiques ou grèves: courantes à Athènes, place Syntagma et devant le parlement. Elles peuvent aussi perturber les services publics, dont les transports. Restez à l’écart et demeurez informé de la situation.

Usage ou trafic de drogues: peines d’emprisonnement sévères et lourdes amendes.

Les femmes seules peuvent faire l’objet d’attention soutenue de la part de certains hommes, principalement dans les lieux touristiques et en particulier dans les îles. Ils sont insistants et peuvent suivre une femme dans la rue. Ils ne sont généralement pas dangereux.

Athènes: soyez prudents dans les quartiers de Monastiraki et d’Omonia. Évitez de vous promener après la tombée de la nuit près des gares de train et d’autobus de Larissa et de Peloponissos.

Transport en Grèce

Avion: vols directs Montréal-Athènes, d’avril à la mi-octobre. Grand réseau de vols intérieurs.

Autocar: réseau très étendu, même dans de petits villages. Tarifs fixés par le gouvernement (environ 5 € les 100 km). Dans les zones plus isolées, le service est moins régulier (parfois une ou deux fois par semaine), les véhicules sont moins confortables et ne sont parfois pas dotés de toilette. Plusieurs gares routières dans les grandes villes (ex.: Athènes, Thessalonique). Assurez-vous de choisir la bonne. Possibilité d’acheter son titre de transport à bord, mais il faut parfois voyager debout en haute saison et sur des trajets fréquentés.

Train: réseau peu étendu dont la principale ligne dessert le nord du pays. Deux catégories: trains ordinaires et lents qui s’arrêtent à toutes les gares; trains interurbains, plus rapides et modernes, qui relient les grandes villes.

Bateau et traversier: peuvent être retardés en raison de la météo. Les tarifs changent fréquemment. L’hiver le service est rare, voire inexistant.

Voiture: taux d’accidents mortels parmi les plus élevés de l’Union européenne (terrain accidenté, agressivité de nombreux automobilistes, circulation souvent très dense, état de la route, etc.).

Permis de conduire canadien et permis de conduire international sont exigés.

Trousse de premiers soins, extincteur et triangle de présignalisation sont obligatoires. Assurez-vous qu’ils sont dans le véhicule avant de quitter l’agence de location.

Assurance obligatoire. En cas d’accident, attendre l’arrivée des policiers. L’assureur peut exiger un rapport de la police.

Limites légales d’alcoolémie: 0,24 % (contravention) et 0,5 % (constitue un délit avec détention immédiate du véhicule; amende et peine de prison, si reconnu coupable).

Taxi: jaune dans les villes, souvent équipé d’un taximètre et d’un GPS. Le tarif double entre minuit et 5 h. Supplément pour l’aéroport, les gares et chaque bagage de plus de 10 kg. En zone rurale, les taxis, gris, sont dépourvus de compteur. Convenez du prix avant de monter.

Formalités d’entrée et de sortie pour la Grèce

Passeport: valide trois mois après le départ de la Grèce.

Visa: aucun (séjour ≤ 90 jours).

Ambassade du Canada: 48, rue Ethnikis Antistaseos, Chalandri, 152 31, Athènes,
[email protected]

Consulat du Canada: 19, rue Kountouriotou Nord, 546 25, Thessalonique,
[email protected]

À rapporter de la Grèce

Bijoux en argent (spécialité d’Ioannina), «douceurs» (loukoums, petits fruits en sirop vendus en petits pots, etc.), komboloï (sorte de chapelet fait d’ambre, de bois d’olivier, de caroubier ou autre), ouzo, poteries et céramique, sacs tissés, sandales en cuir, savon à l’huile d’olive.

Ressources

Office de tourisme officiel (en anglais).

Bon à savoir

Tenues décentes exigées dans les lieux saints (pas de short ni de minijupe, épaules couvertes). Certains monastères sont interdits aux femmes.

Même si l’homosexualité est tolérée, il est préférable de ne pas manifester de signes d’affection en public.

Police touristique: peut vous aider si vous êtes victime d’un vol, par exemple. Peut également vous fournir de l’information touristique en l’absence d’office de tourisme. Composez le 1571: service en cinq langues, dont le français, de 7 h 30 à 22 h partout au pays.

Interdiction de pénétrer sur des sites militaires ou de les photographier.

Interdiction de sortir des objets antiques: les contrevenants sont passibles d’une peine de prison et d’une forte amende.

Avant de prendre une photo de sites archéologiques ou de lieux de culte (à l’intérieur comme à l’extérieur), assurez-vous que vous en avez la permission. À Delphes, par exemple, franchir un cordon pour prendre en photo un temple de plus près peut vous coûter très cher. La police veille et n’hésite pas à vous conduire au poste.

Motos et scooters: conduite dangereuse, surtout dans les îles. Dans les zones montagneuses, attention aux pierres qui jonchent parfois la route. Vérifiez bien les freins à la location.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 1 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Geneviève Dubé | 16 janvier 2017

    on ne connaît pas la légende...

    journalist Par Céline Montpetit de Protégez-Vous | 18 janvier 2017

    Bonjour Madame Dubé,
    Nous sommes désolés pour cet inconvénient. Nous avons ajouté la légende. Merci de nous avoir écrit.