Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

(3) Articles

Amériques et Caraïbes

Par Lyne Larouche et Martin Dionne (chargé de projet), Rémi Leroux (journaliste) Mise en ligne : 14 août 2017

Pour les Québécois, les pays d'Amérique centrale, d'Amérique du Sud et des Caraïbes sont parmi les destinations les plus avantageuses. Aussi dans cet article: infos intéressantes à propos du Nicaragua et de la Colombie.

Antigua (Guatemala), Chichénitzá (Mexique), Bogotá (Colombie), Machu Picchu (Pérou)

L’Amérique centrale, l’Amérique du Sud et les Caraïbes font partie de ce « Sud » qui, année après année, ne cesse d’attirer les touristes québécois. Les raisons ne manquent pas : la mer, le soleil, les plages de sable fin, un coût de la vie abordable ou encore la relative proximité géographique. En volume de réservations, les villes de Cancún et de Riviera Maya (Mexique), de Punta Cana (République dominicaine), de Varadero et de La Havane (Cuba), sans oublier la Jamaïque, comptent parmi les destinations les plus populaires du transporteur aérien Air Transat.

Selon nos voyageuses, le Nicaragua­ est une destination à ne pas manquer en Amérique centrale. Ce pays est très accessible et beaucoup moins touristique que le Costa Rica et le Panama. Le coût de la vie y est moins élevé, confirme Rachel Latour. C’est un pays qui dispose des mêmes attraits que ses voisins avec une offre touristique très variée. Vous pouvez vous reposer dans un hamac au bord de l’eau et faire du surf ou des randonnées dans la jungle, ou encore visiter Managua­, la capitale. Les idées ne manquent pas, y compris pour ceux qui voyagent en solo. Jennifer Doré Dallas recommande cette destination « les yeux fermés ».

Plus de détails sur le Nicaragua

Côte du Pacifique

• León: ville coloniale, ruines de León Viejo* et cathédrale de Léon*.

• Granada, ville coloniale, et Masaya (marché de l’artisanat et Parc national du volcan Masaya).

• Lac Nicaragua et ses îles (volcans, vestiges archéologiques, faune et flore): Ometepe et archipel de Solentiname.

• Río San Juan: balade sur ce fleuve entouré de la jungle dont une partie est protégée (Reserva Biológica Indio Maíz).

• Reserva Natural Estero Padre Ramos (+ flore et faune sauvages) et Refugio de Vida Silvestre de la Flor près de San Juan del Sur (de juillet à janvier): observation des tortues de mer.

• Réserve naturelle Pilas-El Hoyo: volcan Cerro Negro.

Partie centrale

• Matagalpa: montagnes et culture du café.

– Estelí: pour ses cigares; canyoning dans les gorges Somoto; réserves naturelles de Miraflor et Tisey.

Côte des Caraïbes

– Las Islas del Maíz (connues sous Corn Islands, petite et grande îles): plages, plongée et pêche en haute mer.

– Laguna de Perlas et Cayos Perla: archipel, plages de sable blanc, plongée ou observation de tortues, etc.

* Sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

À déguster au Nicaragua

Gallo pinto: riz frit et fèves rouges parfois accompagnés de viande.

Nacatamals (tamales – sorte de sandwich cuit dans une feuille de bananier avec riz, porc ou poulet ou légumes).

Vaho (viande, bananes plantains et yucca, généralement accompagnés d’un peu de salade de chou).

Indio viejo: maïs, viandes, tomates et oignons.

Quesillos: tortillas au fromage et oignons marinés.

Tostones: tranches de bananes plantains frites, parfois recouvertes de fromage fondu.

Information pratique pour le Nicaragua

Capitale: Managua

Langue officielle: espagnol (langues indigènes et anglais dans certaines régions)

Électricité: 120 V – 60 Hz

Décalage horaire: -2 h (heure d’été, HAE); -1 h (heure normale de l’Est, HNE)

Climat: tropical humide. Ouragans ou tempêtes tropicales: surtout en septembre et octobre

Quand y aller: de novembre à début mai (haute saison: de décembre à avril)

Internet: un peu partout en Wi-Fi.

Téléphone: achetez une carte SIM locale ou allez dans des pulperías (magasin, épicerie), des cybercafés ou des centres d’appels. Indicatif du pays: 505.

Argent au Nicaragua

Monnaie: córdoba oro (C$, NIO), nommé parfois «peso» ou «real» par les habitants du pays. Pour 1 $ CA, comptez de 21,29 à 24,26 C$. Les taux de change sont donnés avec le minimum et le maximum relevés entre le 12 août 2016 et le 12 août 2017 (source: XE currency).

Budget quotidien: de 10 à 284 $ CA (de 235 à 6 890 C$). Il s'agit d'une estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d'une personne pour manger, dormir (occupation double) et faire une activité.

Le dollar américain est accepté presque partout s’il n’est pas abîmé, mais il est conseillé d’avoir au moins 200 C$ en petites coupures.

Cartes de crédit: Visa, MasterCard et American Express acceptées dans la plupart des hôtels, restaurants et magasins des grandes villes. En dehors, utilisez la monnaie locale.

Guichets automatiques (cajeros automatícos): dans les grandes villes. Attention aux frais. Par sécurité, utilisez les guichets de lieux non isolés et évitez-les la nuit.

Devises: dans la plupart des banques et hôtels, dans les bureaux de change (casas de cambio) ou auprès des changeurs de rue assermentés (cambistas).

Pourboire: non obligatoire, mais apprécié :

• 1 $ US/bagage à l’aéroport ou à l’hôtel.

• Hôtels et restaurants des villes touristiques: si des frais n’ont pas été ajoutés, offrir environ 10 % de pourboire. Offrir quelques pièces dans de petits établissements ou des zones moins touristiques.

• Si vous louez une voiture, donnez de 10 à 20 C$ au «gardien» pour éviter des ennuis (vols ou vandalisme).

Santé au Nicaragua

Des cas d’infection par le virus Zika ont été observés. Les femmes enceintes ou qui désirent le devenir devraient reporter leur voyage.

Des cas de dengue, de chikungunya et de paludisme (malaria) ont été rapportés. Prendre les précautions d’usage contre les insectes porteurs de maladies (répulsifs, vêtements longs, moustiquaire, etc.).

Aucun vaccin n’est obligatoire, mais il est prudent de se faire vacciner contre les hépatites A et B, la rage et la rougeole.

Prendre de l’eau embouteillée en dehors de la capitale.

Il est conseillé de ne rien ingérer qui n’a pas été bouilli, cuit ou pelé.

Sécurité au Nicaragua

Même si le pays est plus sûr que ses voisins, la vigilance reste de mise, particulièrement dans les grandes villes comme Managua.

Les femmes sont souvent sifflées (pirópos) ou font l’objet de commentaires (Adios, amorrrr) ou simplement de “Tss-tss!”. Le mieux est d’ignorer ces comportements.

Les épaules des femmes peuvent être nues, mais il est conseillé d’avoir les jambes couvertes jusqu’aux genoux.

Seule, mieux vaut éviter de boire de l’alcool dans un bar le soir. Une plus grande prudence est recommandée aux femmes seules du côté des Caraïbes.

Formalités d'entrée et de sortie au Nicaragua

Passeport valide pendant au moins six mois après le départ du Nicaragua.

Visa (carte de touriste): à l’arrivée, taxe de 10 $ US (ou en C$) par personne en argent comptant seulement.

Frais de sortie ou frais d’aéroport: 32 $ US (généralement inclus dans le prix du billet d’avion).

Ambassade du Canada: 25, calle El Nogal, Managua, [email protected]

Transport au Nicaragua

Avion: vols directs Montréal-Managua.

Voiture: en dehors des grands centres, les routes sont souvent en mauvais état, particulièrement durant la saison des pluies. Un VUS pourrait être approprié. Après 23 h, il est permis de ne pas attendre aux feux rouges à Managua, en raison des risques d’agression. Il faut toutefois faire un arrêt.

Taxis: refusez que le taxi prenne d’autres clients que vous la nuit. Idéalement, choisir les taxis officiels, qui ont une plaque rouge, ou ceux qui ont un permis de guide touristique. Confirmez avant le départ le prix de la course.

À rapporter du Nicaragua

Hamacs, bijoux, peintures de Solentiname, chaussures en cuir de Masaya (faites à la main).

Ressources

Portail officiel de l’Office du tourisme du Nicaragua www.intur.gob.ni (en espagnol) et visitnicaragua.us (en anglais).

Plus de détails sur la Colombie

À voir, à faire en Colombie

– Région amazonienne

Observation de la faune et de la flore: Reserva Natural Palmarí, Parque Nacional Natural Amacayacu, remontée en canot des affluents du fleuve Yavarí, navigation sur l’Amazone ou la rivière Loretoyacu, lac Tarapoto (dauphins roses et pêche aux piranhas), village de Puerto Nariño (écotourisme, véhicules motorisés interdits).

– Région andine

Vaste région aux paysages variés: montagnes aux cimes enneigées, vallées, hauts plateaux, canyons, etc. Désert de la Tatacoa, Páramo de Ocetá, qui mène entre autres au Lago de Tota. Villa de Leyva et Barichara (village colonial), lagunes de Pozo Azules, Guatapé (vue du lac au sommet du monolithe El Peñol de Guatapé).

Bogotá: musées (dont les musées Botero, de l’Or et des Émeraudes), Plaza Bolívar, maison-musée Quinta de Bolívar, parc Simón Bolívar, églises de Santa Clara et de San Francisco.

Medellín: ville des fleurs, jardin botanique (collection d’orchidées), métro-câble reliant les quartiers de deux collines entourant la ville, parc Arví et place San Antonio et ses sculptures de Botero.

Paysage culturel du café de la Colombie*: ensemble de paysages agricoles et de centres urbains situés au pied des Andes; fermes, réserves naturelles de Los Yarumos et de Recinto del Pensamiento, réserve écologique Río Blanco (paradis ornithologique), Salento, randonnée dans la vallée de Cocora (palmiers géants), parc national naturel de Los Nevados, Termales San Vicente (sources thermales en montagne).

Tierradentro* (statues monumentales, vastes tombes souterraines précolombiennes) et San Agustín* (plus de 500 statues précolombiennes disséminées sur des collines verdoyantes).

– Région caribéenne

Ville de Carthagène des Indes (port, forteresses et ensemble monumental)*, îles San Andrés et Providencia, parc national de Islas de Rosario et San Bernardo (aquarium ouvert sur mer, coraux), parcs nationaux naturels Tayrona et de la Sierra Nevada de Santa Marta (randonnée dans la jungle jusqu’à la cité précolombienne Ciudad Perdida), désert de La Guajira et villages wayuus, centre historique de Santa Cruz de Mompox*.

– Région de l’Orénoque

Parc national naturel Sierra de La Macarena et sa rivière aux cinq couleurs, Caño Cristales, ses cascades et ses piscines naturelles. Vastes plaines herbeuses sillonnées de cours d’eau: observation de la faune (caïmans, anacondas, tortues, oiseaux, etc.).

– Région pacifique

Biodiversité exceptionnelle: parc national de Los Katíos* et sanctuaire de faune et de flore de Malpelo*, stations thermales de Bahía Solano et d’El Valle, parc national naturel Ensenada de Utría (observation de baleines à bosse, de dauphins, de requins-marteaux, de tortues, etc.). Îles de Gorgana et Malpelo, jardins tropicaux et plages de sable gris de Guachalito, navigation sur le Río Joví (cascades, mangroves près de Ladrilleros), ville coloniale de Popayán («la ville blanche», réputée pour ses processions durant la semaine sainte, pont du calvaire), ville de Cali (ou Santiago de Cali, capitale de la salsa, carnaval d’hiver, centre historique, chapelle San Antonio).

* Sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Autre site inscrit sur la liste du patrimoine de l’UNESCO: Qhapaq Ñan, réseau de routes andin.

À déguster en Colombie

Arepa: galette de farine de maïs fourrée à l’œuf, au beurre, au fromage, à la viande, etc. 

Empanada: petit chausson croquant fait de farine de maïs, farci notamment de viande, de pomme de terre ou de fromage.

Patacónes: bananes plantains écrasées et frites, accompagnent les plats salés comme l’arepa.

Ajiaco: soupe ou ragoût à base de poulet, contenant pommes de terre, maïs, crème épaisse, câpres et avocat. Plusieurs variantes possibles.

Bandeja paisa: plat de viande, riz, haricots rouges, chorizo, œuf, bananes frites, tomates et avocat.

Cazuela: bouillabaisse de la région des Caraïbes.

Sancocho: soupe nourrissante à base de viande (ou de poisson), contenant banane plantain, pomme de terre, maïs et manioc. Plusieurs variantes possibles.

Tamal: mets cuit dans des feuilles de bananier. Plusieurs mélanges possibles (ex.: viande, poisson, légumineuses, fruits).

À boire: jugos naturales (jus de fruits tropicaux) et café!

Information pratique pour la Colombie

Capitale: Bogotá

Langue officielle: espagnol

Électricité: 110 V – 60 Hz

Décalage horaire: – 1 h (heure d’été, HAE); 0 h (heure normale de l’Est, HNE)

Climat: varié selon les régions. Tropical humide (Amazonie et Caraïbes), montagnard avec des températures glaciales (plus de 3 000 m), tempéré (Bogotá) et désertique (La Guajira et Tatacoa).

Deux saisons, dont la durée et les dates peuvent varier d’une région à l’autre: l’été (verano), saison sèche de décembre à mars, et l’hiver (invierno), saison des pluies d’avril à novembre.

Quand y aller: de décembre à mars (les prix ont tendance à augmenter durant la Semana Santa avant Pâques et de la mi-décembre à la mi-janvier).

Internet: dans les cybercafés, et accès Wi-Fi dans la plupart des hôtels (grandes villes et villes de taille moyenne).

Téléphone: on peut utiliser des cabines publiques avec pièces ou cartes téléphoniques ou acheter une carte SIM locale.

Indicatif du pays: 57

Argent en Colombie

Monnaie: peso colombien (COP ou CO$). Pour 1 $ CA, comptez de 2 122,50 à 2 422,29 CO$. Les taux de change donnés correspondent au minimum et au maximum relevés entre le 8 novembre 2016 et le 8 novembre 2017 (source: XE currency).

Budget quotidien: de 20 à 145 $ CA (de 48 446 à 351 232 CO$). Il s’agit d’une estimation basée sur différentes sources et qui correspond aux dépenses quotidiennes d’une personne pour manger, dormir (l’hébergement est généralement en occupation double) et faire une activité.

Le dollar américain est accepté presque partout, mais il est conseillé d’avoir sur soi des pesos en petites coupures.

Cartes de crédit: Visa et MasterCard acceptées dans la plupart des établissements, sauf les petits commerces.

Guichets automatiques (cajeros automáticos): nombreux dans le pays. Par mesure de sécurité, utilisez les guichets de lieux non isolés et évitez-les la nuit. 

Devises: dans les bureaux de change (casas de cambio) et la plupart des banques et hôtels. Vérifiez les taux pratiqués: les guichets automatiques peuvent offrir des taux plus intéressants que ces établissements.

Le blanchiment d’argent est répandu dans le pays. Le passeport est exigé pour les transactions bancaires, et parfois la prise d’une empreinte du pouce. Ne changez jamais d’argent dans la rue ni pour aider un inconnu. Évitez d’avoir de grosses coupures sur vous.

Pourboire: non obligatoire, mais peut être inclus dans la facture (10 %), notamment dans les restaurants de catégories moyenne et supérieure. Selon la loi, l'accord des clients est nécessaire. Prévoir environ 2000 CO$ pour le bagagiste et la femme de chambre.

Santé en Colombie

Des cas d’infection au virus Zika ont été observés. Il est recommandé aux femmes enceintes ou qui souhaitent le devenir de reporter leur séjour.

Des cas de dengue, de chikungunya, de leishmaniose et de paludisme (malaria) ont été rapportés. Prendre les précautions d’usage contre les insectes porteurs de maladies (répulsifs, vêtements longs, moustiquaire, etc.).

Aucun vaccin n’est obligatoire, mais il est conseillé de se faire vacciner contre la fièvre jaune et la rage selon votre destination et la période de votre séjour. Les vaccins contre les hépatites A et B et la fièvre typhoïde sont aussi conseillés.

Boire de l’eau embouteillée en dehors de Bogotá.

Mal des montagnes: tout le monde peut en souffrir (étourdissement, maux de tête, souffle court, etc.), et il peut entraîner la mort. Selon votre état de santé, il peut être déconseillé d’aller en haute altitude (ex.: antécédents cardiaques ou neurologiques, grossesse). Renseignez-vous avant de partir.

Sécurité en Colombie

Le gouvernement canadien déconseille tout voyage dans un rayon de 20 km près des frontières du Venezuela et du Panama, ainsi que dans les ports de Buenaventura et de Tumaco.

Le gouvernement canadien conseille d’éviter tout voyage non essentiel dans certains départements.

Trafic de drogues interdit et sévèrement sanctionné. Dépistage rigoureux dans les aéroports internationaux (à l’entrée et à la sortie du pays). La consommation de drogues est fortement déconseillée.

Les femmes seules peuvent faire l’objet de harcèlement ou de violence verbale.

Zone sismique reconnue.

Attention à la scopolamine: cette drogue immobilise la personne exposée et la rend vulnérable (elle fait ce qu’on lui demande). Elle peut être ajoutée aux boissons ou soufflée au visage. Soyez vigilant si des inconnus s’approchent un peu trop de vous et vous offrent des brochures, vous demandent des renseignements ou veulent vous vendre des parfums.

Transport en Colombie

Avion: vols directs Montréal-Carthagène et Montréal-Île de San Andrés selon le moment de l’année. Compte tenu des divers problèmes routiers, l’avion est une bonne option lorsque les distances à parcourir sont importantes.

Voiture: plusieurs routes sont en mauvais état, la signalisation est peu visible et le code de la route n’est pas nécessairement respecté. Idéalement, conduisez uniquement le jour et empruntez les grands axes routiers. En cas d’accident, vous avez l’obligation légale de rester sur les lieux et ne pouvez déplacer le véhicule avant l’arrivée de la police (Policía de tránsito). À défaut, vous pourriez être tenu seul responsable de l’accident. Tolérance zéro pour l’alcool au volant.

Avant de prendre la route, renseignez-vous auprès des autorités locales pour vous assurer qu’une route est ouverte et sécuritaire, et connaître les conditions routières. Privilégiez les stationnements surveillés.

Autocar: réseau bien développé. Gare routière dans toutes les villes. Avant le départ, assurez-vous que votre trajet ne traverse pas des zones déconseillées.

Trois types de service: buse (confortable, air climatisé, longs trajets, surtout de nuit), buseta (minibus confortable, trajets de moins de quatre heures) et chiva (camionnette qui transporte marchandises et personnes et part lorsqu’elle est pleine, surtout en campagne).

Musique forte dans la plupart des cars. Pour les longs trajets, pensez à apporter une couverture ou des vêtements plus chauds et des bouchons d’oreilles, en raison de la climatisation et du bruit, même la nuit. Les routes sont souvent en mauvais état et certains trajets sont longs et sinueux.

Taxi: évitez de héler un taxi dans la rue, réservez-le plutôt à partir d’un hôtel, d’un restaurant, d’un magasin ou auprès d’une centrale de taxis autorisés. Demandez le prix de la course dans les taxis dépourvus de compteurs (particulièrement sur la côte caribéenne). N’hésitez pas à marchander si le prix ne vous convient pas ou prenez un autre taxi.

Contrôles routiers militaires: relativement courants en dehors des villes. Si on vous demande ¿De dónde vienes y adónde vas?, soyez prêt à donner votre point d’entrée en Colombie et où vous allez. Ayez une copie de votre passeport quand on vous demande documentación (ou pasaport).

Formalités d’entrée et de sortie pour la Colombie

Passeport: valide pour la durée du séjour en Colombie. Cette durée (de 30 à 90 jours) est déterminée par les agents d’immigration à l’arrivée.

Si vous entrez en Colombie par voie terrestre, faites apposer le timbre d’entrée dans votre passeport à la frontière. Sinon, lors d’un contrôle, les autorités pourraient exiger que vous retourniez à la frontière pour l’obtenir.

Visa: aucun.

Taxe d’entrée: 171 000 CO$ pour les Canadiens de plus de 14 ans et de moins de 79 ans. Cette taxe permet d’obtenir une carte platine (Tiquete Platinium), qu’il faut présenter lorsqu’on quitte le pays. Pas de taxe pour l’archipel de San Andrés, Providencia et Santa Catalina.

Taxe d’aéroport exigée: généralement incluse dans le prix du billet d’avion.

Ambassade du Canada: Carrera 7, No 114-33, Piso 14, Bogotá, [email protected]

Consulat du Canada: Edificio Centro Ejecutivo Bocagrande, Carrera 3, No 8-129, Oficina No 1103, Cartagena, [email protected]

À rapporter de la Colombie

Poteries, bijoux, émeraudes, objets en cuir, hamacs, tissus décoratifs colorés (molas), sacs faits à la main (mochillas), ponchos tissés (ruanas) et le sombrero vueltiao.

Ressources

Colombia – Information touristique
Parcs nationaux naturels (en anglais et en espagnol).

Bon à savoir

Il est interdit d’exporter certains artéfacts culturels.

Dans certains secteurs touristiques, un corps de police spécial peut vous aider au besoin. Ses agents sont en uniforme et portent un brassard Policía de Turismo.

 

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 2 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par CLAUDE CHAREST | 26 avril 2018

    Je suis allé au Nicaragua. Au mois d'avril. La chaleur était suffocante en plus de la sécheresse. C'était très désagréable. Les nicaraguayens m'ont dit que la saison touristique va de décembre à février. Sinon sécheresse et chaleur....Les prix sont assez élevés, hôtels et restaurants, et il y a peu de ressources pour les touristes. Le lac Nicaragua est très pollué. A éviter.

  • Par Pierre Fortier | 14 janvier 2017

    L'article laisse sous-entendre que l'auteur croit que le Mexique fait partie de l'Amérique centrale. Faites vos devoirs...

    Par MARTIN MARCHESSAULT | 16 août 2017

    Très constructrif M.Fortier

    journalist Par Céline Montpetit de Protégez-Vous | 17 janvier 2017

    Bonjour Monsieur,
    Merci pour votre commentaire. Nous avons choisi de traiter à part le Canada et les États-Unis, en proposant un classement par ville. C'est pourquoi le Mexique, qui se situe géographiquement en Amérique du Nord, a été intégré dans notre section Amérique centrale, Amérique du Sud et Caraïbes.