Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Julien Amado (images et montage) et Stéphanie Perron (narration)

Nous avons évalué 10 alcootests. Voyez, en images, comment s’est déroulé notre test.

Protégez-Vous en partenariat avec la Fondation CAA-Québec a évalué 10 alcootests:
• 2 modèles à usage unique vendus quelques dollars
• 1 appareil commercial, dont chaque utilisation coûte 2 $
• 5 dispositifs numériques
• 2 modèles à utiliser avec un téléphone intelligent

Le test s’est déroulé au laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du Ministère de la Sécurité publique du Québec, sous la surveillance de trois toxicologues. Nous avons fait appel à six volontaires qui devaient boire, en une heure et demie, une quantité d’alcool prédéfinie. Au total, il s’est bu une demi-bouteille de rhum, trois bouteilles de vin et 17 bières. Le taux d’alcool dans leur sang était presque deux fois supérieur à la limite légale de 0.08, c’est-à-dire 80 mg d’alcool pour 100 ml de sang.

Chaque participant a ensuite mangé un bon dîner et a attendu 20 minutes sans rien avaler avant de commencer à souffler dans les alcootests. L’appareil de référence, l'Alco-Sensor IV RBT-IV, est utilisé par la Sûreté du Québec et les résultats qu’il indique sont admissibles en cour.

Avant de souffler dans chacun des alcootests de notre évaluation, les participants devaient d’abord souffler dans l’appareil de référence de la SQ. Tous les résultats ont été pris en note et analysés afin de déterminer lesquels sont les plus fiables. Parmi les dix alcootests, seulement quatre ont obtenu des performances qui se rapprochent de l’appareil témoin de la SQ.

L’appareil commercial à 2 $ l’utilisation manque franchement de précision. Dans la majorité des cas, il a indiqué un taux d’alcool plus élevé que la réalité.

Ne gaspillez pas votre argent avec les alcootests à usage unique. Ils ne sont pas précis du tout et le changement de couleur des cristaux est difficile à interpréter.

Si vous avez acheté cet alcootest vendu environ 20 $ sur un site d’achats groupés comme Groupon ou Tuango (voir à 1:52 dans la vidéo), ne l’utilisez surtout pas! Il a obtenu une des pires notes de notre test. Pire encore: à plusieurs reprises, il a indiqué un taux d’alcool largement inférieur à la réalité. Dans le cas d’un des participants, il a affiché 0.05 alors que le taux réel était deux fois plus élevé!

Le simulateur de conduite

En plus de tester les alcootests, nous avons aussi évalué les effets de l’alcool sur la conduite grâce à un simulateur de CAA-Québec. Quatre conducteurs ont pris le volant alors qu’ils étaient totalement à jeun, et nous avons observé leur conduite. Ils ont ensuite commencé à boire quelques verres.

À 0.05, un seul conducteur se sentait capable de conduire. Les trois autres ont affirmé que s’ils étaient en situation réelle, ils auraient attendu un peu avant de prendre le volant. Personne n’a eu d’accident, mais la conduite était moins précise, surtout dans les virages.

À 0.08, personne ne se sentait apte à conduire, mais tous ont pris le volant, pour les besoins du test. Leurs réflexes étaient très affectés par l’alcool et ils réagissaient moins rapidement.

À 0.12, tous les participants ont eu des difficultés à suivre les indications du simulateur. Leur conduite était très imprécise et ils n’arrivaient pas conserver une trajectoire bien droite.

En conclusion, Protégez-Vous et la Fondation CAA-Québec rappellent que lorsqu’on boit, on ne conduit pas! Pour connaître la note attribuée à chacun des 10 alcootests, consultez les résultats de notre test. Pour consulter notre méthodologie en détail, cliquez ici.

Lire l'article
Panne en auto électrique: ça fait jaser, mais…

Que faire si le véhicule électrique que vous conduisez tombe en panne? En gros: la même chose que si vous tombiez en panne au volant d’un véhicule à moteur thermique. Il y a bien quelques nuances, mais, pour paraphraser le CAA Québec, une auto, c’est une auto, qu’elle soit à l’électricité ou à essence.

Lire l'article
Vous cognez des clous au volant? Vous êtes en danger… et dangereux!

Savez-vous précisément quand vous vous êtes endormi hier, une fois la tête posée sur l’oreiller? Non? Dites-vous que c’est la même chose au volant: vous ne saurez pas à quel moment vous vous assoupirez – pour peut-être ne plus jamais vous réveiller. Quelques trucs pour éviter de faire partie des sombres statistiques.

Lire l'article
Voitures hybrides et électriques: 10 histoires portées devant les petites créances

Batterie qui ne charge plus, autonomie insatisfaisante, conflit lié à une borne de recharge, véhicule électrique usagé qui ne remplit pas ses promesses… Voici les mésaventures de dix propriétaires de voitures électriques ou hybrides qui se sont retrouvés devant la Cour des petites créances. Certains ont gagné leur cause, d’autres pas.

Lire l'article
Litige à la suite de l’achat d’une auto: voici quoi faire

Problème de moteur, vice caché, transmission défectueuse, rouille prématurée… Qu’il s’agisse d’une voiture neuve ou usagée, plusieurs options permettent de régler un litige. Voici ce qu’il faut savoir à propos des garanties, des rapports d’experts et des autres éléments qui vous aideront à obtenir réparation.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.