Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Par Julien Amado (journaliste) et Clémence Lamarche (chargée de projets), en partenariat avec la Fondation CAA-Québec

Vous vous questionnez sur la manière dont nous avons testé les alcootests ? Voici comment nous avons procédé.

En collaboration avec le Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale du ministère de la Sécurité publique du Québec et la Fondation CAA-Québec, Protégez-Vous a évalué 10 alcootests, soit huit appareils électroniques et deux produits à usage unique.

Six participants ont bu de l’alcool dans un environnement contrôlé, supervisés par une équipe de toxicologues. Après avoir mangé et attendu 20 minutes (sans boire ni manger), les participants ont commencé le test.

Chaque alcootest a été évalué lorsque les sujets ont atteint différents taux d’alcoolémie : 120 mg d’alcool/100 ml de sang (0,12), 80 mg/100 ml (0,08) et, finalement, 50 mg/100 ml (0,05). Les participants ont d’abord soufflé dans l’éthylotest Alco-Sensor IV RBT-IV, appareil utilisé par la Sûreté du Québec et dont les résultats sont admissibles en cour. Les sujets ont ensuite utilisé les alcootests de notre évaluation.

Test sur simulateur de conduite

En partenariat avec la Fondation CAA-Québec, le test sur simulateur de conduite a été réalisé grâce à la participation de quatre conducteurs. Les participants ont d’abord conduit le simulateur sans avoir bu. Ils ont ensuite pris le volant alors que leur taux d’alcoolémie était de 50 mg/100 ml (0,05), de 80 mg/100 ml (0,08), puis de 120 mg/100 ml (0,12). Ce test a été réalisé sous la supervision de toxicologues.

Protégez-Vous est un organisme sans but lucratif indépendant de toute influence commerciale, car soutenu par ses abonnés. Ses experts effectuent chaque année des dizaines de tests sur des milliers de produits, dans des laboratoires spécialisés.

Lire l'article
Panne en auto électrique: ça fait jaser, mais…

Que faire si le véhicule électrique que vous conduisez tombe en panne? En gros: la même chose que si vous tombiez en panne au volant d’un véhicule à moteur thermique. Il y a bien quelques nuances, mais, pour paraphraser le CAA Québec, une auto, c’est une auto, qu’elle soit à l’électricité ou à essence.

Lire l'article
Vous cognez des clous au volant? Vous êtes en danger… et dangereux!

Savez-vous précisément quand vous vous êtes endormi hier, une fois la tête posée sur l’oreiller? Non? Dites-vous que c’est la même chose au volant: vous ne saurez pas à quel moment vous vous assoupirez – pour peut-être ne plus jamais vous réveiller. Quelques trucs pour éviter de faire partie des sombres statistiques.

Lire l'article
Voitures hybrides et électriques: 10 histoires portées devant les petites créances

Batterie qui ne charge plus, autonomie insatisfaisante, conflit lié à une borne de recharge, véhicule électrique usagé qui ne remplit pas ses promesses… Voici les mésaventures de dix propriétaires de voitures électriques ou hybrides qui se sont retrouvés devant la Cour des petites créances. Certains ont gagné leur cause, d’autres pas.

Lire l'article
Litige à la suite de l’achat d’une auto: voici quoi faire

Problème de moteur, vice caché, transmission défectueuse, rouille prématurée… Qu’il s’agisse d’une voiture neuve ou usagée, plusieurs options permettent de régler un litige. Voici ce qu’il faut savoir à propos des garanties, des rapports d’experts et des autres éléments qui vous aideront à obtenir réparation.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.