Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Études: comment investir dans un REEE sans se tromper

Par Nathalie Côté
Dossier - REEE

150 000 dollars: c’est la somme que votre bébé pourrait avoir à payer, une fois devenu jeune adulte, pour son baccalauréat. Pour aider votre enfant à joindre les deux bouts lorsqu’il sera étudiant, vous pouvez mettre de l’argent de côté dès sa naissance en cotisant à un régime enregistré d’épargne-études (REEE).

Ces cotisations ne sont pas déductibles de votre revenu comme dans le REER, mais elles croissent à l’abri de l’impôt. Elles donnent droit par ailleurs à des subventions alléchantes des gouvernements provincial et fédéral.Évidemment, plus vous commencez tôt à épargner, plus la cagnotte sera élevée grâce aux rendements accumulés. Prenez le temps de magasiner auprès de diff&eacut
Accédez à cet article gratuitement. Il suffit de vous inscrire à nos infolettres.
N'ayez plus aucune limite

Pour lire cet article et obtenir un accès illimité à tout le site ...

à partir de 3,75 $*
Bénéficiez de lecture supplémentaire

Il vous suffit de vous inscrire à nos infolettres.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Martin Daigneault
    20 Février 2015

    Vous pouvez aussi recycler vos contributions. Quand un enfant fait des études post-secondaires, vous retirez pour lui les montants permis et les réinvestissez dans le REEE du 2e enfant. Comme ça vous obtenez 2 subventions sur le même capital (soit une fois par enfant, et ainsi de suite pour chaque enfant.

     22
  • Par ERIC GLOUTNAY
    13 Octobre 2015

    Bonjour, bon article merci. J'ai ouvert un REEE pour chacun de mes 3 enfants dès leur naissance, à une période où je m'y connaissais moins et surtout dans un moment où on est moins objectif (on nous contacte presque dès le retour de l'hôpital, on ne sais trop comment ils obtiennent l'information). J'ai donc fait affaire avec un fournisseur de REEE collectif sans connaître les autres options (individuel ou familial). J'ai réalisé plus tard les contraintes associées à ce type de REEE. Un bon rapport a été fait sur l'état des lieux de ces régimes au Canada pour le gouvernement, voici le lien : http://publications.gc.ca/collections/collection_2009/rhdcc-hrsdc/HS4-55-2008F.pdf. Les sommes disponibles dans un REEE collectif peuvent être encore meilleures qu'un REEE individuelle, ça dépend des années (# d'enfants y ayant droit vs # d'enfants qui ce sont retirés et donc qui ont remis leur intérêt dans la cagnotte collective). Mais une des grandes contraintes c'est que les montants remis le sont partiellement à chaque année d'étude complétée, selon les régimes ça peut être par exemple 25% par an sur un programme de baccalauréat de 4 ans. Il faut donc compléter le programme pour avoir droit à tout le montant. Aussi ils sont obligés de faire des placements sécuritaires, on comprends, mais je suis ceux-ci depuis longtemps (2 fournisseurs différents) et les rendements ne sont pas terrible. Bien sûr les subventions gouvernementales compensent largement ces pauvres rendements. Donc collectif ou individuel, je crois qu'investir dans un REEE vaut la peine de toute façon.

     18
    Par Martin Daigneault
    20 Février 2015

    Les meilleurs REEE sont les collectifs où l'argent inutilisé par un enfant eut-être utilisé par l'autre. Meilleure stratégie d'investissement est de pouvoir investir dans ce que l'on veut, comme un REER autogéré, sinon, des rendements de CPG c'est pas très fort et au bout de 18 ans, un bon rendement peut faire une énorme différence

     7