Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Méfiez-vous des (trop belles) promesses!

Par Rémi Maillard
Truc-46-2

Le vendeur vous promet une facture d’électricité réduite de moitié? Ne le croyez pas sur parole!

Si on vous laisse entendre que la thermopompe ou les panneaux solaires que vous convoitez ne vous coûteront au final presque rien, en raison des importantes économies d’énergie que vous réaliserez tout en profitant de programmes gouvernementaux, méfiez-vous! La réalité est en effet plus complexe. Comme il est impossible de vérifier ce genre d’allégations, demandez au vendeur d’inscrire les économies qu’il vous vante dans le contrat. S’il refuse, il est probable qu’il ne s’agit là que de fausses promesses. Dans le cas des panneaux solaires, Hydro-Québec propose un outil de calcul capable d’estimer les coûts liés à leur acquisition et à leur installation, la valeur annuelle de l’énergie qu’ils peuvent produire et le temps nécessaire pour récupérer son investissement.

Pour les thermopompes, des simulations réalisées par Transition énergétique Québec (TEQ) montrent que, par rapport à un système de chauffage à plinthes électriques, un appareil mural, par exemple, génère des économies annuelles d’énergie comprises entre 12 et 25 % pour un modèle Energy Star, et entre 15 et 30 % pour une thermopompe murale dite « basse température » (qui fonctionne en dessous de -12 °C). À noter que ces pourcentages varient en fonction de l’isolation et de l’étanchéité à l’air de l’habitation. Par conséquent, ne croyez pas un vendeur qui vous « garantit » par exemple que votre thermopompe sera « amortie en trois ans ». Dans les faits, les experts indépendants s’accordent pour reconnaître qu’il est presque impossible de quantifier précisément les économies d’énergie, et donc d’argent, réalisables. Selon TEQ, il est néanmoins réaliste d’estimer qu’une facture de chauffage (mais pas d’électricité) pourrait être divisée par deux dans le cas d’une thermopompe murale basse température. En revanche, avec un modèle plus basique (qui cesse de fonctionner à -12 °C), le bilan est moins bon, avec une baisse d’environ un tiers de la facture de chauffage, car vous aurez besoin d’un chauffage d’appoint.

Que vous ayez affaire à un commerçant itinérant ou à un vendeur en magasin, ne signez jamais un contrat sur-le-champ : en général, une offre qui vous est faite aujourd’hui sera encore valable demain. Pensez aussi à réclamer au vendeur qu’il vous remette un exemplaire du contrat qu’il s’apprête à conclure avec vous; vous pourrez ainsi le lire à tête reposée. En cas de refus, laissez tomber. Enfin, si vous croyez qu’il a tenté de vous induire en erreur, contactez l’Office de la protection du consommateur pour le signaler.

Profitez d’un coup de pouce du gouvernement

En tant que propriétaire, c’est à vous de vérifier si vous avez le droit ou non de bénéficier des programmes Chauffez vert ou Rénoclimat, tous deux administrés par TEQ. Ne vous fiez jamais aux dires d’un vendeur, car son intention n’est pas de vous faire profiter de telle ou telle mesure gouvernementale, mais bien de vous vendre son produit. À noter que ni TEQ ni Hydro-Québec ne font de la sollicitation téléphonique ou des campagnes de porte-à-porte pour des programmes en efficacité énergétique. Si vous pensez être victime de sollicitation frauduleuse, consultez le site web de TEQ.

Ce truc est extrait du guide 100 TRUCS Consommateurs, vos droits au quotidien, réalisé en partenariat avec l'Office de la protection du consommateur. À l'occasion de ses 50 ans, l'Office offre ce guide gratuitement à tous les consommateurs.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.