Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

(5) Articles

Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous ici

Accédez à cet article gratuitement

Il suffit de vous inscrire à nos infolettres

Vous recevrez maintenant nos infolettres par courriel. Sachez que vous pouvez vous désabonner en tout temps en suivant le lien "Me désabonner" dans le bas d'une infolettre.

Êtes-vous bien assuré contre les inondations?

Par Frédéric Perron Mise en ligne : 22 mai 2018  |  Magazine : juin 2018 Shutterstock.com

Shutterstock.com

De plus en plus d’assureurs offrent une protection contre les inondations. Pouvez-vous obtenir une telle couverture, et à quel prix ?

Denis Lesperance demeure à Deux-Montagnes, sur le bord de la rivière des Mille-Îles. Chaque année au printemps, le niveau de l’eau monte un peu. Sa maison est située à une vingtaine de mètres du cours d’eau, qui déborde rarement de plus de trois ou quatre mètres vers sa maison.

Pour lui comme pour des milliers de Québécois, l’exceptionnelle crue des eaux du printemps 2017 a été un choc. « Pendant trois semaines, mes voisins et moi avons réussi à bloquer l’eau avec des sacs de sable, raconte-t-il. Mais la nature a été plus forte que nous. » L’eau a fini par recouvrir tout son terrain, s’infiltrant aussi dans sa maison. Il estime les dommages à sa propriété à plus de 100 000 $.

Comme Denis Lesperance, très peu de sinistrés détenaient dans leur police d’assurance habitation un avenant (protection supplémentaire) couvrant les inondations. Seuls quelques assureurs, comme Aviva, offraient ce produit à l’époque. L’assureur a d’ailleurs dédommagé environ 350 clients, pour un montant total de six millions de dollars, à la suite des inondations.

Le gouvernement provincial se charge de dédommager les sinistrés qui n’étaient pas couverts par un avenant. Mais le processus est long et pénible, constate Denis Lesperance. Il a fait sa demande en juin 2017 et n’avait toujours rien reçu quand nous lui avons parlé, en février 2018. Il a donc dû emprunter auprès de sa banque pour payer les travaux de réfection.

Un nouvel avenant

Auparavant, les assureurs offraient seulement deux avenants pour couvrir les dégâts d’eau : l’un pour les dommages d’eau du sol et des égouts (par exemple, en cas de refoulements d’égouts), et l’autre pour les dommages d’eau au-dessus du sol (par exemple, en cas d’infiltration d’eau par le toit).

Depuis environ un an, plusieurs assureurs, dont Intact Assurance et sa filiale Belairdirect, Desjardins Assurances et sa filiale La Personnelle ainsi que La Capitale Assurances générales, ont emboîté le pas à Aviva et proposent désormais un avenant pour le débordement de cours d’eau.

Il est offert tant aux propriétaires qu’aux locataires et couvre les dommages au bâtiment, aux dépendances (un cabanon, par exemple), aux biens meubles ainsi que les frais de subsistance. Le montant maximal de la couverture, ainsi que son prix, varie selon l’assureur et le niveau de risque que présente la propriété en fonction de son emplacement.

Assurable ou pas ?

Dans les zones à faible risque (en région montagneuse, par exemple), la plupart des assureurs intègrent gratuitement et automatiquement l’avenant contre les débordements de cours d’eau à la police de leurs assurés.

Les propriétés à risque élevé d’inondation ne peuvent pas être couvertes. À titre d’exemple, 5 % des clients de Desjardins se trouvent dans une telle zone. « L’assurance sert à assurer des risques non prévisibles, explique Caroline Phémius, conseillère en affaires publiques au Bureau d’assurance du Canada. Si l’on est certain qu’un quartier va être inondé, parce qu’il l’a été à plusieurs reprises au cours des dernières années, cela devient prévisible et un produit d’assurance ne peut pas être la réponse à cet enjeu. »

L’avenant pour les débordements de cours d’eau est donc intéressant surtout pour les propriétaires et locataires qui habitent dans des zones à risque modéré. Un exemple ? Vincent Gaudreau, courtier en assurances de dommages, a fait une simulation pour nous auprès d’Intact. Pour une maison d’une valeur de 290 000 $ située à 100 mètres de la rivière des Mille-Îles, à Bois-des-Filion, la couverture pour les inondations coûte 151 $.

Dans tous les cas, notre conseil demeure le même : magasinez ! C’est d’ailleurs ce que compte faire Denis Lesperance, puisque son assureur actuel refuse de le couvrir contre les inondations. Or, ce n’est pas parce qu’une compagnie refuse de vous assurer que ses concurrentes feront de même. Aussi, les prix pourraient varier grandement d’un assureur à l’autre. Dans une zone à risque modéré, il peut aller de 30 à 500 $ !

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Argent

Commentaires 0 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.