Par Stéphanie Perron Mise en ligne : 19 juin 2012

Publicite pour enfants Maple Leaf coupable

La compagnie Maple Leaf a été condamnée pour avoir diffusé de la publicité aux enfants de 12 ans et moins, une pratique illégale.

L'Office de la protection du consommateur (OPC) reprochait à Maple Leaf d'avoir diffusé, à la chaîne pour enfants Télétoon, une publicité mettant en vedette des enfants qui mangeaient des hot-dogs de sa marque Top Dogs. Après avoir plaidé coupable à cinq chefs d’accusation, l'entreprise canadienne a été condamnée à payer une amende de 10 000 $. Les accusations avaient été déposées par l’OPC à la suite d'une plainte déposée en septembre 2010 par la Coalition québécoise sur la problématique du poids.

Message destiné aux enfants

L'organisme, qui lutte contre l'épidémie d'obésité, avait porté plainte contre Maple Leaf après avoir constaté que la publicité des hot-dogs Top Dogs remplissait tous les critères interdits par la Loi sur la protection du consommateur en matière de publicité pour enfants.

D’abord, le message à but commercial présentait un attrait marqué aux jeunes, car il mentionnait que les hot-dogs Top Dogs constituent «un délice pour les enfants». Ajoutons à cela le fait que la compagnie présentait son produit en montrant des bambins de 12 ans et moins dévorant un hot-dog avec grand enthousiasme. La publicité de Maple Leaf a été diffusée pendant l’émission jeunesse Hot Wheels: battle force 5 à une heure d'écoute où les enfants de 12 ans et moins constituent une part importante des téléspectateurs.

Consensus social

«Le Québec dispose d'un consensus social à l'effet de protéger les plus jeunes de la publicité en général. Dans le contexte spécifique de l'épidémie d'obésité auquel nous devons faire face, cette interdiction est d'autant plus importante en ce qui concerne les messages alimentaires», a déclaré par voie de communiqué la directrice de la Coalition Poids, Suzie Pellerin.

Il existe quelques exceptions en matière de publicité pour enfants, par exemple pour les publicités éducatives ou les publicités annonçant un spectacle. Le message doit alors respecter certaines règles: il ne doit pas utiliser de superlatifs pour décrire les caractéristiques d'un produit, ni de diminutif pour en indiquer le prix, ni exagérer la nature, le rendement ou la durée d'un bien. 

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.