Extensions de cils: quels sont les risques?

Par Mise en ligne : 03 septembre 2013

Extensions de cils: quels sont les risques?

«Sublimez votre regard», «Créez et façonnez des cils de rêve»… les offres de services d’extensions de cils fleurissent. Mais la prudence reste de mise, si vous tenez à la prunelle de vos yeux!

Photo: La vedette américaine Kim Kardashian a largement contribué à populariser les extensions de cils. (Image: Shutterstock)

Finies les extensions de cils ruineuses réservées aux vedettes. Désormais, spas, salons et autres instituts de beauté vous proposent, souvent par l’intermédiaire de sites Internet d’achats groupés, des rabais ultra-compétitifs.

Le principe des extensions? Utiliser des cils artificiels faits de poils de vison synthétique ou de soie, et les coller, un à un, sur vos vrais cils afin de les allonger ou de les épaissir.

Les extensions tiennent de trois à six semaines, après quoi elles tombent tout simplement avec les cils naturels qui les portent. «On peut varier la couleur des extensions de cils, y ajouter des mini-cristaux ou des pierres semi-précieuses, en choisir la courbure… les options sont multiples», explique le Dr Langis Michaud, professeur à l’École d’optométrie de l’Université de Montréal et président de l’Ordre des optométristes du Québec.

>> À lire aussi: Prenez garde aux infections lors des manucure et «pédicure»

Précautions à prendre

L’Ordre des optométristes du Québec n'a pas de position officielle au sujet des extensions de cils. Toutefois, le Dr Michaud recommande de suivre les précautions suivantes avant la pose:

  • Renseignez-vous sur la compétence de la personne qui pratique l’allongement des cils, car la pose doit être effectuée de façon sécuritaire. Santé Canada précise qu’une formation pratique d’une journée doit être dispensée par les fabricants des colles autorisées sur le marché aux personnes qui les achètent et les utilisent. L’évaluation doit être validée par un certificat de réussite que vous pouvez demander à voir.
  • Faites-vous confirmer que les produits utilisés sont hypoallergéniques et les instruments, stérilisés.
  • Ne procédez pas à des extensions de cils si vous portez des lentilles, car il y a un risque que la colle y adhère, en plus des risques d'irritations et d'inflammations. Si vraiment vous y tenez, retirez les lentilles avant la pose et ne les portez pas pendant au moins dix jours.
  • Bien entendu, les extensions de cils sont à proscrire si vous souffrez d’une infection à l’œil ou si vous venez de subir une chirurgie aux yeux. Ayez en tête, au moment de votre rendez-vous, l’adresse d’un ophtalmologiste ou d’un optométriste que vous pourrez consulter rapidement en cas de problème.

>> À lire aussi: Comment faire disparaître un tatouage

La pose, comment ça fonctionne?

Au moment de la pose des extensions sur les cils du haut, les yeux doivent être bien fermés et un bandage de protection fait de papier adhésif et étanche doit être placé sur les cils du bas.

«Malgré cette protection, il y a toujours un risque que des débris de colle glissent, atteignent la peau près des cils ou, pire, entrent dans l’œil, indique le Dr Michaud. J’ai même eu connaissance d’un cas d’érosion de la cornée. Le bandage avait adhéré à l’intérieur de l’œil par erreur.

Des cellules ont été arrachées quand on a tenté de le retirer. C’est très douloureux et on ne voit pas bien pendant trois à quatre jours.» Ces désagréments ne sont pas irréversibles, mais nécessitent des soins. En cas de réaction à la suite d’une pose, consultez vite un optométriste ou un ophtalmologiste qui vous prescrira collyre, onguent, antibiotique ou anti-inflammatoire, selon les symptômes.

Entre 1998 à 2011, Santé Canada n’a reçu en tout que quatre plaintes de consommateurs ou des rapports d’incidents dans lesquels une blessure avait été constatée. L’organisme recommande néanmoins la prudence.

C’est que la colle à prise instantanée à base de cyanoacrylate peut causer des réactions secondaires gênantes en cas de contact avec la peau ou l’œil, comme des paupières gonflées, des rougeurs, de la sensibilité à la lumière, des larmes ou de la démangeaison.

Selon le Dr Michaud, cela va de la simple irritation de la peau (dermatite), à l’inflammation plus grave au niveau des paupières (blépharite allergique), en passant par des infections pouvant affecter le blanc de l’œil et la cornée (conjonctivite et kérato-conjonctivite).

Effectuées dans des conditions sécuritaires, les extensions de cils ne sont pas à proscrire. Mais faites preuve de vigilance et soyez conscient des risques possibles.

>> À lire aussi: Lunettes et verres de contact: où sont les meilleurs prix?

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.