Plus de Québécois devront payer pour le vaccin contre la grippe

Par Catherine Crépeau Mise en ligne : 12 septembre 2018 Shutterstock.com

Shutterstock.com

Des centaines de milliers de Québécois qui recevaient gratuitement le vaccin contre la grippe l’an dernier devront désormais payer pour se protéger contre cette infection des voies respiratoires.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a décidé de concentrer ses efforts sur les groupes qui sont à risque d’hospitalisation et de décès à la suite d’une grippe, dont les 75 ans et plus, les malades chroniques et les personnes hébergées en CHSLD. Il suit ainsi les recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ), publiées en juin dernier sur le Web.

Résultat: les enfants de 6 à 23 mois et les personnes de 60 à 74 ans qui sont en bonne santé et qui obtenaient le vaccin gratuitement jusque-là devront désormais le payer. Ce changement touche plus de 1,6 million de personnes, soit la population de ces groupes d’âge, selon l’Institut de la statistique du Québec.

>> À lire aussi: Les meilleurs remèdes pour soulager le rhume

Pourtant, dans son avis pour la saison de grippe 2018-2019, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) – un comité fédéral – inclut toujours les 65 ans et plus et les cinq ans et moins parmi les personnes à «risque élevé» de contracter l’influenza.

Le changement devrait être en vigueur pour la campagne de vaccination qui débutera en novembre. Une période de transition est prévue et les personnes qui ne font plus partie des groupes visés par le programme pourront être vaccinées gratuitement si elles le désirent, indique le MSSS.

Les médecins et les infirmières qui travaillent en vaccination recevront des indications à ce sujet dans les prochaines semaines.

Toujours gratuit pour les groupes à risque

Le vaccin sera toujours administré gratuitement aux personnes atteintes de malades chroniques comme le diabète ou des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales, à celles qui sont âgées de 75 ans et plus, de même qu’à celles qui résident dans des ressources intermédiaires.

Seront aussi admissibles les femmes enceintes de plus de 13 semaines, ainsi que les personnes qui vivent dans des communautés éloignées ou isolées, avec des enfants de six mois et moins et avec des personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques. Les aidants naturels de personnes à risque et les travailleurs de la santé seront aussi couverts par le régime public.

>> À lire aussi: Prix des médicaments: des écarts spectaculaires

Où et comment se faire vacciner

Les personnes qui veulent se faire vacciner doivent se présenter dans une clinique de vaccination. Selon les régions, elles sont offertes dans des hôpitaux, des CLSC, des cliniques médicales et des pharmacies. Certaines entreprises en organisent également pour leurs employés.

Pour savoir où vous faire vacciner, consultez le site Web de votre centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). Si vous ne faites pas partie des groupes admissibles à la vaccination gratuite, contactez la clinique de vaccination choisie pour connaître le coût du vaccin.

Pas une question d’économie

Le MSSS assure qu’il ne s’agit pas de mesures d’économie et que le budget de 12 millions de dollars consacré à la vaccination sera maintenu. Il servira à augmenter le taux de vaccination des groupes à risque à 80 %. Actuellement, ce taux oscille entre 20 et 65 %, ce qui est jugé trop faible. L’objectif de 80 % n’est atteint que chez les résidents des CHSLD.

Seulement 42 % des personnes qui ont une maladie chronique et 53 % des plus de 75 ans en bonne santé se font vacciner. Pour rehausser ces taux, le MSSS entend rejoindre les personnes à risque lors de leurs contacts avec les services de soins, comme les Groupes de médecine de famille (GMF) et les cliniques externes.

En modifiant ces cibles d’intervention, le MSSS veut réduire la mortalité et les hospitalisations associées à l’influenza. Cette dernière entraîne en moyenne 6200 hospitalisations chaque année au Québec.

Les autres provinces, à l’exception du Nouveau-Brunswick et de la Colombie-Britannique, vaccinent toute la population gratuitement.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.