Les gras trans industriels sont enfin interdits

Par Mise en ligne : 20 septembre 2018

Shutterstock.com

Shutterstock.com

Les pains, pâtisseries et autres aliments vendus au Canada seront désormais exempts de gras trans industriels. L’interdiction est entrée en vigueur cette semaine.

Après avoir incité pendant des années l’industrie alimentaire à diminuer volontairement les gras trans, Santé Canada a finalement décidé de les interdire.

Depuis le 17 septembre, il est illégal de fabriquer des huiles partiellement hydrogénées – principale source de gras trans d’origine industrielle dans les aliments – ou de les utiliser dans les produits alimentaires.

L’interdiction vise tous les aliments, qu’ils soient fabriqués ici ou importés, ainsi que les repas préparés dans les restaurants.

Mais attention: les détaillants ont deux ans pour écouler leurs produits fabriqués avant le 17 septembre, faisant en sorte que vous pourriez encore trouver des produits contenant des gras trans dans les épiceries.

>> À lire aussi: Comment s’y retrouver parmi les produits sans OGM, sans gluten, sans gras trans, etc

Mauvais pour le cœur

Les huiles partiellement hydrogénées, comme le «shortening d’huile végétale», sont ajoutées aux aliments pour en améliorer la texture (ce qu’elles font mieux que les huiles liquides) et en prolonger la durée de conservation. Elles se cachent sous les termes «huile végétale hydrogénée» ou «huile partiellement hydrogénée».

Les fabricants les utilisent, notamment, dans les margarines dures, les graisses alimentaires végétales, ainsi que dans des plats préparés, des biscuits, des pâtisseries commerciales, des craquelins, des céréales, des barres granolas, des pâtes à tartiner, des beurres d’arachide non naturels, des croustilles et des aliments frits.

Les gras trans ont un effet néfaste sur le cœur. Ils augmentent dans le sang le taux de lipoprotéines de faible densité (LDL), soit le «mauvais» cholestérol – un facteur de risque de maladies cardiovasculaires –, et réduisent le taux de lipoprotéines de haute densité (HDL), ou «bon» cholestérol, qui protège contre les maladies cardiaques.

Selon les études citées par Santé Canada, une interdiction des huiles partiellement hydrogénées pourrait prévenir 12 000 crises cardiaques sur une période de 20 ans au Canada.

Une décision attendue

L’interdiction avait été annoncée l’an dernier afin de laisser au secteur de l’alimentation le temps de s’adapter. Mais, pour Marie-Josée LeBlanc, nutritionniste à Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal, il était temps d’agir. «Après avoir été proactif dans la lutte contre les gras trans, Santé Canada a été très, très clément avec l’industrie», soutient-elle.

En 2002, le Canada a été le premier pays à exiger des fabricants qu’ils inscrivent sur les étiquettes de leurs produits leur teneur en gras trans. L’année suivante, l’Organisation mondiale de la santé recommandait de limiter à 1 % la quantité d’énergie absorbée provenant des gras trans.

En 2006, le Groupe d’étude sur les graisses trans réuni par Santé Canada a fixé des cibles de réduction des quantités de gras trans industriels. L'industrie alimentaire avait deux ans pour les atteindre volontairement, sous peine de faire face à une réglementation gouvernementale. Les politiciens n’avaient toutefois jamais mis leurs menaces à exécution.

C’est que le volontariat a eu une certaine efficacité, car les margarines hydrogénées ont pratiquement disparu des épiceries et, en 2007, une analyse de Santé Canada estimait à 1,4 % la part des gras trans dans l’énergie totale consommée par les Canadiens.

Les évaluations faites par Protégez-Vous confirment la forte diminution des gras trans à l’épicerie au cours des dernières années. Par exemple, seulement 3 variétés sur 325 de craquelins en contiennent, et les quantités sont faibles: Mini croquantes de baguettes cheddar fort (Boulangerie Ace) (0,1 g par portion) ainsi que Golden Rusk sans cholestérol (Eurotrade) et Golden Rusk biscottes de blé entier (Eurotrade) (0,4 g).

Quant aux pains tranchés, 9 variétés sur 271 que nous avons analysés en contiennent. Il s'agit des pains Bon Matin 6 céréales (0,1 g par portion), MI & STU Pain au sarrasin (0,2 g), POM Pain de ménage moelleux blanc tranché épais (0,1 g), Auger Excellencio Moelleux blanc style italien (0,2 g) et les pains de Cannelle Boulangerie Pain Artisanal Go grains!Pain Artisanal Muesli chériPain Artisanal Quinoa etc.Pain Artisanal Bravo! et Pain Artisanal Pop nature (0,1 g).

Mais plusieurs autres aliments en contiennent encore, notamment des biscuits, des glaçages, des pâtes à tarte surgelées et des colorants à café.

Nouveau goût des aliments

La disparition des gras trans engendrera un changement dans le goût et la texture de certains aliments, même parmi ceux qui s’affichent sans gras trans. Auparavant, un produit qui contenait moins de 5 % de gras trans par portion pouvait s’annoncer «sans gras trans» et inscrire 0 g de gras trans dans le tableau de la valeur nutritive. Par exemple, l’étiquette nutritionnelle du populaire beurre d’arachide de Kraft indique 0 g de gras trans, même si sa liste d’ingrédients précise qu’il contient de l’huile végétale hydrogénée. À partir de maintenant, cette pratique est interdite.

Mais les plus grands changements «se goûteront» dans les restaurants et les cafétérias, croit Marie-Josée LeBlanc. «La plupart des grandes chaînes de restauration rapide ont aboli les gras trans, mais ce n’est pas le cas des plus petits établissements ou des cafétérias d’établissements publics comme les écoles ou les centres de soins, dit-elle. Ils ont fait beaucoup moins d’efforts que les fabricants.» Aujourd’hui, ils devront mettre les bouchées doubles pour rattraper leur retard.

>> À lire aussi: Bien manger: mythes et réalités

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.