Comment bien choisir des noix, graines et arachides

Par Mise en ligne : 14 novembre 2018

Shutterstock.com

Shutterstock.com

Dans leur coque ou écalées, en morceaux, émiettées, en poudre, salées, épicées, enrobées de chocolat, de simili-yogourt ou de sucre: la diversité des noix, graines et arachides est infinie. Voici comment bien les choisir.

Dans l’ensemble, les noix, graines et arachides sont très nutritives. Elles fournissent de nombreuses vitamines, plusieurs minéraux et une quantité appréciable de fibres alimentaires, de protéines et de bons acides gras mono-insaturés et poly­insaturés. Les noix de Grenoble, les fèves de soya rôties de même que certaines graines (lin, citrouille) sont aussi riches en oméga-3.

Les noix, graines et arachides sont donc riches en nutriments, mais il vaut mieux limiter leur consommation à des petites quantités, car elles sont particulièrement denses en lipides et en calories. En moyenne, la moitié de leur poids est constitué de gras. Les graines de tournesol et les noix de cajou sont parmi les moins riches (42 et 44 % de gras), alors que les noix de pin et les pacanes sont les plus riches (68 et 74 % de gras).

Les fèves de soya rôties, qui ne sont pas des noix proprement dites mais qui se mangent comme telles, renferment de deux à trois fois moins de gras et deux fois plus de protéines que la plupart des noix, des graines et des arachides.

Fait intéressant: les noix, grâce notamment à leur teneur en acides gras polyinsaturés, contribuent à faire diminuer le taux de cholestérol sanguin. C’est toutefois en remplacement de gras saturés (présents notamment dans la viande, le beurre ou les pâtisseries) et non en addition que les bienfaits se font remarquer. Une consommation d’environ 30 g de quatre à six fois par semaine serait bénéfique.

Bon à savoir: les noix de cajou sont toujours vendues écalées. Sur l’arbre (l’anacardier), elles sont recouvertes de deux coquilles. Entre ces deux coquilles se trouve une huile résineuse corrosive qui ne doit pas entrer en contact avec les doigts ou les lèvres. Les noix de cajou doivent donc avoir été écalées et nettoyées avant la vente.

>> À lire aussi: Toutes nos évaluations de produits alimentaires

Gare au rancissement

• Pour faire le bon choix: optez pour des noix, graines et arachides non salées, et évitez les produits munis d’un enrobage chocolaté, de simili-yogourt, de sucre, etc.

• Pour un maximum de fraîcheur: portez une attention particulière à la qualité du contenant ou de l’emballage, ainsi qu’à la date d’emballage. Privilégiez les noix et les graines dans leur coque ou celles qui sont écalées vendues dans des pots en verre ou en métal sous vide, ou encore dans des sacs scellés. Leur forte teneur en gras polyinsaturés les rend sensibles au rancissement, surtout lorsqu’elles sont exposées à la lumière, à l’oxygène et à la chaleur. Leur coque les protège, mais une fois ce bouclier retiré, leur durée de conservation diminue considérablement. Les noix de Grenoble sont les plus sujettes au rancissement, notamment à cause des oméga-3 qu’elles renferment. Elles ont parfois même commencé à rancir au moment de l’achat, surtout si elles sont hachées ou émiettées. Vous détecterez aisément des noix rances à leur odeur âcre désagréable. À ce stade, elles ne sont bonnes qu’à jeter.

• Pour bien les conserver: mettez les noix et les graines écalées au congélateur (bien emballées). À l’abri de la lumière, de l’air et de la chaleur, elles se conserveront plus longtemps qu’à la température ambiante (jusqu’à neuf mois plutôt qu’un). Le congélateur est préférable au réfrigérateur, car le taux d’humidité y est plus faible.

• En ce qui concerne l’allergie aux noix: celle-ci apparaît dans la majorité des cas chez les enfants de un à sept ans, et disparaît dans environ 10 % des cas avant l’âge de cinq ans. Chez l’adulte, l’allergie peut se déclencher pour la première fois après une réaction croisée au pollen de bouleau. Les personnes allergiques peuvent remplacer les noix par des fèves de soya rôties, des arachides ou des graines de citrouille ou de tournesol.

>> À lire aussi: Allergie alimentaire et intolérance alimentaire... quelle est la différence?

Cet article a initialement été publié dans notre guide pratique «Panier d'épicerie». Pour consulter la liste des guides que vous pouvez vous procurer, consultez notre boutique en ligne.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.