Par Amélie Cournoyer, Amélie COurnoyer Mise en ligne : 28 octobre 2014

Si vous songez à aller vous réchauffer dans un «tout inclus», pensez-y à deux fois avant de boucler votre achat en même temps que votre valise.

ALT

Photo: Shutterstock

Il y a plusieurs années, les forfaits vendus peu de temps avant la date de départ représentaient environ 20 % des ventes totales de forfaits; aujourd’hui, ce nombre a chuté à 2 %. Et les rabais sont moins alléchants. La multiplication des agences de voyages en ligne, une moins forte concurrence entre les voyagistes et les «meilleurs prix garantis après achat» expliquent notamment la diminution des offres alléchantes de dernière minute.

Les voyagistes cherchent toujours à remplir leurs avions, car des sièges vacants – sur un vol à destination de Cuba, par exemple – se traduiront par une perte sèche pour eux. «Les voyagistes préfèrent vendre des forfaits au rabais plutôt que de laisser des sièges vides», explique Moscou Côté, directeur général de l’agence Voyages Constellation, le premier site transactionnel de voyages au Québec, lancé en 2001.

Peu de concurrence, peu de rabais

Parmi la quinzaine de voyagistes qui se faisaient concurrence dans les années 1990, il n’en reste plus que cinq majeurs au Québec: Vacances Air Canada, Transat, Vacances Sunwing, CaribeSol et Vacances WestJet.

Ces grandes entreprises chapeautent plusieurs agences et marques, et cette concentration facilite leurs affaires. «Par exemple, les compagnies Vacances Transat, Nolitours et TMR – qui sont des marques de Transat – peuvent au besoin se transférer des sièges entre elles afin de remplir les avions», explique Moscou Côté. Puisqu’elles ont moins de sièges vacants, elles sont moins tentées de réduire leurs prix.

Forfaits populaires, forfaits plus chers!

Benoit Duguay, professeur spécialisé en consommation et en tourisme à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, est d’avis que le Web a aussi modifié les règles de l’offre et de la demande, qui régissent les prix. «L’avènement des sites de voyages a permis aux voyagistes de mieux connaître la demande grâce à l’analyse des réservations faites en ligne. Ils peuvent désormais ajuster leurs prix à la hausse ou à la baisse, selon la popularité d’un forfait.»

Ainsi, il n’est pas rare de voir le prix d’un forfait varier considérablement en une journée ou deux, selon la demande. «Plus vous attendez pour réserver un forfait dans une destination populaire ou un hôtel prisé, plus vous risquez de payer davantage à cause de l’effet de rareté qui se crée sur le marché, confirme Debbie Cabana, porte-parole de Transat. C’est d’autant vrai si vous voyagez en période de pointe, comme le temps des fêtes ou les relâches scolaires.»

Meilleurs prix garantis

Autre élément important: la plupart des voyagistes et des agences de voyages offrent désormais une «garantie du meilleur prix» sur certains de leurs produits. Celle-ci permet au consommateur d’obtenir un remboursement ou un crédit sur un prochain voyage si le coût de son forfait diminue après son achat (sous certaines conditions).

Cette garantie sécurise le consommateur, qui est désormais plus enclin à acheter son voyage longtemps à l’avance. Résultat: moins de stress pour les consommateurs et les voyagistes… et moins de forfaits vendus au rabais à la dernière minute!

Achetez vos billets d’avion le dimanche!

Selon une récente étude américaine, le meilleur jour pour acheter un billet d’avion régulier serait le dimanche, et non plus le mardi, comme on le croyait auparavant, rapporte le Wall Street Journal. «Chose certaine, à part des formules “stand-by” offertes autrefois par certaines compagnies aériennes, les aubaines de dernière minute pour les vols réguliers n’ont jamais existé», affirme Moscou Côté.

«En fait, plus vous attendez pour acheter votre billet, plus votre siège sera dispendieux. Les compagnies aériennes savent que, la veille d’un départ, les gens achèteront leur billet même s’ils sont plus chers parce qu’ils n’ont plus le choix», précise Anne-Sophie Hamel-Longtin, porte-parole chez CAA-Québec.

Six conseils pour obtenir un bon prix dans un forfait «tout inclus»

• Suivez les fluctuations de prix. Faites-le pour deux ou trois forfaits qui vous intéressent en consultant le site d’une agence de voyages régulièrement. À noter: ce sont les voyagistes qui fixent le prix des forfaits, et non les agences de voyages. Vous gagnerez du temps à consulter le site d’une seule agence qui affiche les forfaits de plusieurs voyagistes, plutôt que de visiter le site de chacun d’eux. Un conseiller en voyages d’une agence traditionnelle peut aussi surveiller les prix pour vous, sans frais.

Ne reportez pas trop votre achat. Après avoir évalué les fluctuations du prix du forfait qui vous intéresse, achetez-le lorsque son coût est stable et qu’il correspond au budget que vous vous êtes fixé. Rappelez-vous: le nombre de places est toujours limité par le nombre de sièges dans l’avion!

Repérez la section «dernière minute». Même s’ils vendent moins de forfaits de dernière minute qu’auparavant, les voyagistes et les agences de voyages ont, pour la plupart, une section de leur site qui leur est consacrée.

Soyez flexible sur les dates. Évitez les périodes de pointe (Noël, Pâques, les semaines de relâche, etc.) et regardez les départs quelques jours avant ou après votre date prisée. Des agents de voyage soulignent que, si le prix d’un forfait doit être revu à la baisse, ce sera souvent le mardi.

• Ne vous limitez pas aux aéroports de Québec et Montréal. Consultez les forfaits qui décollent de Val-d’Or, Sept-Îles, Bagotville, Ottawa ou des États-Unis. Les forfaits de dernière minute à partir de ces villes sont parfois moins chers.

• Gardez l’esprit ouvert. Les rabais de dernière minute sont généralement offerts sur les destinations moins prisées et les hôtels moins modernes.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.