Quelle est la meilleure publicité à la télé? (Édition 2014)

Par Stéphanie Perron Mise en ligne : 31 janvier 2014

Certaines publicités transmettent des messages douteux, d’autres tentent de communiquer de saines valeurs. Sur la sellette, les publicités de Vidéotron, McCain, Capital One, P&G, Coca-Cola et La Parisienne.

La publicité de McCain fait partie des six publicités en lice.

MISE À JOUR: VOYEZ LES RÉSULTATS DE L'ÉDITION 2014 ICI.

Les Québécois peuvent donner leur avis sur les six publicités sélectionnées pour la 11e édition du concours Les Prix du cœur de la publicité organisé par l'Association Coopérative d'Économie Familiale (ACEF) Rive-Sud de Québec et diverses associations de consommateurs.

L'objectif du concours? Amener les jeunes à développer un esprit critique face aux messages publicitaires auxquels ils sont quotidiennement exposés. L'ACEF Rive-Sud de Québec désire introduire davantage d’éthique dans la publicité en attirant l’attention sur l’impact du marketing et de la publicité dans la vie des gens vulnérables.

Environ 13 000 adolescents feront valoir leur opinion d’ici le 13 avril 2014 dans divers établissements scolaires et maisons de jeunes, alors que le grand public pourra le faire sur le site du concours. Dans le cas où les résultats du vote des jeunes et celui du public ne seraient pas les mêmes, une mention «Prix du public» sera annoncée.

Messages publicitaires en lice pour l’édition 2014 du concours

La multinationale Coca-Cola: une adolescente rend son amie heureuse en partageant les écouteurs de son lecteur de musique avec elle et en lui offrant une canette de Coca-Cola.

Le fournisseur de télécommunications Vidéotron: un homme fait croire à son ami qu’il n’est pas disponible pour l’aider alors que, en réalité, il regarde des films toute la semaine grâce au Club à volonté de Vidéotron.

Le géant de l’alimentation McCain: un petit garçon offre des frites Superfries de McCain à tous ses voisins parce qu’elles sont dotées de «super pouvoirs» permettant de faire sourire les gens.

Le fournisseur de cartes de crédit Capital One: des coureurs des bois devant assister à un mariage utilisent leur carte de crédit Capital One afin de recevoir des remises en argent sur tous leurs achats.

Le détersif La Parisienne: grâce au détersif avec action détachante, un chandail peut être porté par plusieurs enfants qui se l’offrent à tour de rôle lorsque celui-ci devient trop petit pour eux.

La compagnie P&G: des gestes quotidiens posés grâce à des produits de marque P&G permettent à des enfants de se sentir bien, notamment parce qu’ils ont des vêtements bien lavés, des cheveux en santé et des dents propres.

Bonne pub, mauvaise pub

Chaque année, un trophée est remis à l’agence de publicité ayant mérité le «Cœur d’or». C’est le cas, par exemple, lorsque le message incite les gens à consommer de manière responsable ou qu’il transmet des valeurs saines comme le respect ou l’entraide.

De son côté, l’agence ayant conçu la publicité «Cœur de pierre» reçoit une lettre l’invitant à introduire davantage d’éthique dans ses messages. Ce prix peu enviable est attribué lorsqu’une pub véhicule des valeurs peu responsables ou encore qu’elle utilise l’humour pour transmettre un message vide.

À noter qu’il est plutôt facile de départager les «bonnes» et les «mauvaises» publicités. Le concours constitue plutôt un prétexte pour inciter les ados à réfléchir. «Pour déterminer les gagnants, les enseignants doivent animer un débat en classe, ce qui amène les jeunes à argumenter et à développer un esprit critique», explique Geneviève Langlois, agente de développement de l’ACEF Rive-Sud de Québec.

Gagnants de l’an dernier

L’an dernier, c’est une publicité de la Fédération des producteurs de lait du Québec créée par l’agence Nolin BBDO qui avait gagné le cœur des adolescents grâce à ses valeurs sociales axées sur l’entraide et la famille. La publicité montrait des gens qui remontaient le moral à un proche en lui offrant un verre de lait.

Le prix «Cœur de pierre» avait été décerné à un message publicitaire de Vidéotron mettant en scène un vendeur énumérant tous les besoins de sa cliente dès que celle-ci mettait le pied dans le magasin. Les jeunes n’avaient pas aimé le fait que la cliente se sente obligée d’acheter le produit sans avoir le temps de réfléchir à ses besoins. La publicité avait été créée par l’Agence Sid Lee.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.