Les 10 arnaques qui vident les poches des Canadiens

Par Rémi Leroux Mise en ligne : 02 mars 2016

Les 10 arnaques qui vident les poches des Canadiens

Parmi les fraudes les plus répandues au pays: les imitations de courriels de l’Agence du revenu du Canada et les fausses identités sur les sites de rencontres.

Peut-être avez-vous déjà reçu dans votre boîte de messagerie un courriel ayant l’apparence officielle d’une communication de l’Agence du revenu du Canada vous menaçant d’emprisonnement ou d’expulsion si vous ne fournissiez pas les informations personnelles demandées. Si vous avez supprimé le message, vous avez bien fait. Mais de nombreux Canadiens n’ont pas eu le même réflexe et sont tombés dans le piège. Les fraudeurs ont réclamé des données personnelles et bancaires qui leur ont permis d’extorquer 2,9 millions de dollars à leurs victimes. Selon le Bureau de la concurrence du Canada (BCC), il s’agit de l’arnaque la plus répandue au pays en 2015.

Mais ce n’est pas l’arnaque la plus payante, et de loin! Selon le BCC, le phénomène de fausse identité, ou «catfishing» en anglais, a représenté en 2015 une perte de plus de 15 millions de dollars pour les Canadiens. La technique consiste, pour le fraudeur, à nouer une relation de confiance avec la future victime au moyen d’un site de rencontres ou d’un réseau social. Une fois la liaison bien établie, l’arnaqueur demande de l’argent pour divers motifs, par exemple pour payer un billet d’avion et, «telle une sangsue, il en redemande à plusieurs reprises», explique Alain Garneau, sous-commissaire adjoint au BCC.

Internet: Eldorado des escrocs

Qui donc est assez imprudent pour tomber dans ce genre de pièges? «C’est une question qui revient souvent, constate Philippe Viel, responsable des communications à l’Union des consommateurs. Et la réponse est simple: tout le monde. Il n’existe pas un profil type de victime. La fraude touche tous les Canadiens, quels que soient leur milieu social, leur profession, leur âge ou leur origine.»

>> À lire aussi sur notre site: Avez-vous un «coussin» suffisant en cas d’urgence financière?

C’est la force des fraudeurs de savoir s’adapter vite et bien à chaque victime potentielle, poursuit Philippe Viel. Les mécanismes frauduleux sont très évolués et évolutifs grâce, en particulier, aux technologies informatiques. Six des dix principales arnaques ont lieu en ligne par le biais des réseaux sociaux, des courriels d’hameçonnage ou de faux sites Internet.

Les Canadiens sont-ils suffisamment bien protégés?

Pour les associations de consommateurs, la réglementation existe, mais elle peine à s’ajuster à l’évolution des pratiques frauduleuses. Alexandre Plourde, avocat à Option consommateurs, rappelle que 5 % seulement des pertes réelles sont recensées par le Centre antifraude du Canada, «car un grand nombre de personnes décident de ne pas signaler les fraudes dont elles ont été victimes».

Et une fois le consommateur délesté de son argent, comment faire pour obtenir une indemnisation? «Ce sont des procédures complexes, coûteuses et très longues, répond Philippe Viel. Le système judiciaire lié aux problèmes de consommation est à revoir entièrement pour s’assurer que les mécanismes dissuasifs seront toujours plus efficaces et que les mécanismes de protection des consommateurs permettront de faire respecter leurs droits. Il y a encore beaucoup de travail à faire sur ces plans, c’est indéniable.»

>> À lire aussi sur notre site: Bonne chance pour faire retirer du contenu indésirable sur le Web!

Mars est le mois de la prévention de la fraude. Pour souligner cet événement, le Bureau de la concurrence du Canada organise de nombreux événements partout au pays. À noter, par exemple, l’initiative «Trop beau pour être vrai» le 8 mars 2016, de midi à 13 h, une séance de clavardage au cours de laquelle le BCC diffusera de l’information afin de détecter les fraudes.

Retrouvez l’ensemble des manifestations sur le site du BCC.

Les 10 arnaques les plus répandues en 2015
1. L’extorsion. Courriels d’hameçonnage et appels téléphoniques menaçants de l’Agence du revenu du Canada. Perte de 2,9 millions de dollars.
2. Les peines d’amour. Fausse identité ou «catfishing». Perte de plus de 15 millions de dollars.
3. Les prix gagnés. Faux gains à la loterie. Perte de 6,6 millions de dollars.
4. Les finances. Fraude en matière d’investissement. Perte de 6 millions de dollars.
5. L’emploi. Transfert d’argent ou paiement de frais administratifs à une entreprise frauduleuse. Perte de 3,9 millions de dollars.
6. Les abonnements. Le piège des essais gratuits. Perte de 2,9 millions de dollars.
7. Les imposteurs. Harponnage via de faux sites Internet de compagnies connues. Perte de 5,8 millions de dollars.
8. Les ventes privées. Paiement de frais indus. Perte de 5,3 millions de dollars.
9. Les urgences. Faux parent qui a besoin d’argent. Perte de 1,9 million de dollars.
10. Les prêts. Prêts avec paiement de frais à l’avance. Perte de 1 million de dollars.

Photo: Shutterstock

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.