Par Protégez-Vous et l'Office de la protection du consommateur Mise en ligne : 11 novembre 2010

Voici des exemples d'arnaques courantes... et des astuces pour ne pas mordre à l'hameçon.

Photo: iStockphoto

1- Les bobards pour vous soutirer des renseignements ou de l’argent
«Donnez, c’est pour une bonne cause…» Vous recevez un appel d’une gentille dame qui récolte des fonds pour son association, laquelle offre entre autres des livres aux enfants défavorisés. Vous ne connaissez pas cet organisme, mais ses objectifs vous touchent. Vous décidez de donner 100 $. La dame vous assure que vous recevrez bientôt un reçu pour vos déclarations de revenus. Trois semaines plus tard, votre argent a bien été prélevé, mais aucun signe du reçu… Et vous n’en recevrez pas: vous avez été victime d’une œuvre de bienfaisance frauduleuse.

Conseil: Pour démêler le vrai du faux, vérifiez l’authenticité d’un organisme de bienfaisance. Si vous êtes sollicité par téléphone, posez des questions. Demandez par exemple quelle part de votre don ira directement à l’œuvre et quelle part servira à payer les frais administratifs. Si vous souhaitez faire un don, proposez d’envoyer un chèque par la poste ou de rappeler l’organisme. D’ici là, vous aurez le temps de prendre tous les renseignements nécessaires pour vous assurez que votre argent n’ira pas dans la poche d’un fraudeur.

Si vous avez des questions ou si vous croyez avoir été victime d’une fraude par téléphone, contactez le Centre opérationnel de lutte contre le télémarketing frauduleux ou le Centre d’appel anti-fraude du Canada (Phone Busters).


2- Le prêt qui coûte cher
Vous tombez sur l’annonce d’une compagnie qui offre des prêts et vous faites une demande. La compagnie vous envoie par la poste une réponse vous informant que votre profil correspond parfaitement à ses critères pour obtenir un prêt. Avant de recevoir votre argent, vous devez néanmoins lui faire parvenir deux chèques de 500 $ afin de prouver que vous êtes un bon payeur.

À la réception de votre premier chèque, l’entreprise vous envoie un accusé de réception et vous informe que dès qu’elle aura le second, elle vous transférera l’argent. Malheureusement, après avoir envoyé le second chèque, vous ne voyez jamais la couleur de l’argent promis. Vous essayez de joindre l’entreprise et découvrez qu’il n’y a plus d’abonné au numéro que vous composez. Vos envois postaux reviennent avec la mention «retour à l’expéditeur»...

Conseil: Méfiez-vous des entreprises qui proposent de vous prêter de l’argent malgré votre mauvaise cote de crédit. Certaines peuvent également vous demander de l’argent, arguant qu’il s’agit là du paiement des frais à l’avance.


3- Le paiement «en trop»
Vous avez vendu un véhicule sur Internet et votre acheteur a inscrit sur le chèque un montant de 8 000 $, au lieu du montant convenu de 7 000 $. L’acheteur affirme qu’il s’est trompé. Il vous demande d’encaisser le chèque puis de virer 1 000 $ à son compte. À la fin de l’histoire, vous apprenez que le chèque est sans provision. Vous avez donc perdu le 1 000 $, et selon le cas, votre voiture.

Conseil: N’acceptez jamais de chèque dont le montant est plus élevé que ce que l’on vous doit. Refusez de virer des fonds en retour à un acheteur. Demandez des renseignements que vous pouvez vérifier personnellement: nom, adresse, numéro de téléphone. De manière générale, pour ce type de transactions, évitez les chèques et utilisez d’autres méthodes de paiement.


4- Les vacances gratuites
Lors de votre visite à un salon sur l’habitation, vous avez rempli un bulletin de participation pour gagner des vacances. Peut-être participez-vous vraiment à un concours, mais vous risquez aussi d’apparaître sur une liste de «poissons». Peu de temps après le salon, vous pourriez recevoir un appel d’une personne vous offrant des vacances gratuites ou peu chères. Elle vous demandera alors votre numéro de carte de crédit et des renseignements personnels pour organiser votre séjour. Un paiement à l’avance pourrait être exigé.

Conseil: Ne donnez pas ces renseignements au téléphone. Renseignez-vous sur les promesses qu’on vous fait auprès d’une véritable agence de voyages qui détient un permis de l’Office de la protection du consommateur. Ne laissez personne vous obliger à prendre un engagement par téléphone.


5- Le faux courriel de la banque

Vous recevez un courriel inquiétant de votre institution bancaire: elle a été victime de fraude et vous demande, pour votre sécurité, de mettre à jour vos renseignements personnels. Le hic? Aucune institution financière sérieuse n’agit de la sorte.

Conseil: Pour votre sécurité, supprimez immédiatement ce courriel. Surtout, ne cliquez sur aucun lien et ne remplissez aucun formulaire. Les fraudeurs utilisent ce stratagème pour récupérer les renseignements personnels et financiers des personnes qu’ils attrapent dans leurs filets. Si vous recevez un courriel semblable, communiquez avec votre institution financière en utilisant le numéro de téléphone indiqué dans le bottin téléphonique ou dans les documents officiels de l’institution, en aucun cas le moyen mentionné dans le message.


6- Les prix bidons
«Félicitations, vous avez gagné 275 000 euros! Nous vous faisons parvenir ce courrier pour vous informer que vous êtes le lauréat de la LOTERIE INTERNATIONALE. Veuillez prendre contact avec le cabinet de Me Stéphane Kouassi afin de réclamer votre gain. Pour plus d’information, lisez le fichier ci-joint.»

Conseil: Vous n’avez pas joué, vous ne pouvez donc pas avoir gagné. Comme sans doute des milliers d’autres «gagnants», vous venez de recevoir un pourriel. Si vous êtes tenté d’y donner suite, juste pour voir, sachez que cela peut entre autres ouvrir la porte à une avalanche de courriels indésirables ou de virus. Envoyez-le directement à la corbeille.


7- Le courriel du bout du monde
«Cher ami, je m’appelle Dr Amadou, directeur du service d’audit d’une banque au Burkina Faso. En 2006, j’ai trouvé un montant énorme de 15 millions de dollars, déposé dans un compte ouvert en 1998. Ce fonds a été déposé par un étranger, décédé en 2000 dans un accident d’avion. Depuis, aucune activité n’a été enregistrée sur ce compte. Je sollicite humblement votre aide, soit de vous présenter à la banque comme étant le bénéficiaire de ces fonds. Nous partagerons cette fortune comme suit: 45 % pour vous, 5 % pour tous les frais nécessaires et 50 % pour moi. Si vous êtes intéressé, contactez-moi.»

Conseil:
Gardez en tête que pour vous convaincre, les fraudeurs peuvent vous fournir un numéro de téléphone, l’adresse d’un site Web ou autre vous permettant de «vérifier» des renseignements. La suite des opérations consiste à vous demander des renseignements sur votre compte bancaire. Grâce à cela, les fraudeurs pourront en toute impunité s’approprier votre argent. Il existe parfois une seconde étape, où on vous demande par exemple de verser des sommes d’argent pour payer certains frais, préalable indispensable pour que vous puissiez toucher ce fabuleux héritage tombé du ciel. Ne croyez jamais ce genre de courriel.


8- Les fraudeurs sous le soleil
En vacances, il est assez courant de rencontrer des individus qui vous sortent le grand jeu pour vous vendre des voyages aux quatre coins de la planète à un prix défiant toute concurrence. Il existe aussi un type de fraude basé sur de faux recours collectifs regroupant supposément des voyageurs dont le forfait vacances ne correspondrait pas à ce qu'ils auraient acheté.

Conseil: Attention! Si, au Québec, la loi peut vous protéger, hors du territoire canadien, se sortir d’un mauvais pas dans ce domaine peut se révéler un vrai casse-tête, voire être impossible. Bref, ne relâchez pas votre vigilance en vacances.


9- Les chaînes de lettres
«Kevin a besoin de vous! Il souffre d’une maladie génétique rare, et vous pouvez l’aider en envoyant ce message à tous vos contacts…» Il est quasiment impossible de remonter à la source de ces messages et de savoir ce qu’il advient des renseignements récoltés grâce à eux. De plus, ouvrir et relayer ces courriels vous expose aux virus et à une invasion de pourriels encore plus grande, et risque également de porter atteinte à votre réputation, notamment si vous les recevez dans votre messagerie professionnelle. Votre nom est en effet associé à un contenu (discutable, voire offensant) sur lequel vous n’avez aucun contrôle: des renseignements non vérifiés, des légendes urbaines,etc.

Conseil: Pour démêler le vrai du faux, consultez la liste des légendes urbaines recensées par la Sûreté du Québec ou le site www.snopes.com, véritable répertoire de fausses croyances et de faux messages diffusés sur Internet. Vous pouvez aussi visiter le www.hoaxbuster.com.


10- Les faux cadeaux
«Chanceux, vous êtes l’heureux gagnant d’un magnifique prix d’une valeur de 50 000 dollars! Pour recevoir ce cadeau somptueux, il vous suffit d’acheter une splendide collection de pièces de monnaie ou une panoplie de tournevis. Dès que votre paiement sera reçu, vous pourrez profiter de votre cadeaux!»

Conseil: Rappelez-vous que s’il s’agit vraiment d’un cadeau, vous n’avez pas besoin de payer pour l’obtenir. Et dans un véritable concours, il n’est pas nécessaire d’acheter un produit pour obtenir son prix. Quant aux personnes qui entrent dans le jeu, elles risquent fort bien de ne plus revoir la couleur de leur argent... Si vous vous demandez de quelle façon les arnaqueurs s'y prennent pour convaincre leurs victimes, lisez notre texte à ce sujet.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.