Tout savoir sur l’inspection préachat d'une maison

Par Mise en ligne : 13 juillet 2015  |  Magazine : août 2015

Dossier - Inspection préachat - Inspection préachat: choisir un professionnel

Vous êtes sur le point d’acheter une maison? Une inspection préachat s’impose. Le rapport d’inspection d’un professionnel, comme un inspecteur en bâtiment, vous évitera les mauvaises surprises… comme les vices cachés.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 7 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par JEAN-PIERRE PRÉVOST | 13 août 2015

    j'ai vendu ma maison et l'inspecteur choisi par l'acheteur était le genre de personne a couper les cheveux en quatre.
    a la lecture de son rapport ma maison n'était pas vendable.
    Les 2 courtiers en immeuble le connaissait bien et ne veulent plus avoir a faire affaire avec lui de puis très longtemps
    Même l'acheteur a trouvé qu'il exagérait et il a acheter la maison.
    Attention aux inspecteurs en bâtiment trop zélé.

  • Par DENIS FOURNIER | 13 août 2015

    J'ai fais appel à deux reprises à un inspecteur en bâtiment. Les deux fois, je n'étais pas satisfait. Pas que le travail ait été mal fait ou bâclé, mais que l'expert n'en connaisse pas plus que moi.

    Bien sûr qu'il a su déceler les défauts (Humidité dans l’entre-toit, perte de chaleur sur le toit plat) et les bris (Fissure dans le plancher de béton) mais il n'a rien vu sur des travaux qui n'ont pas été faits selon les règles de l'art. Étagères mal conçues, risque d'effondrement. Aucun n'a vu que le panneau électrique était non-conforme. Comme j'ai suivi l'inspecteur, j'ai pu lui signaler les non-conformités qu'il ne voyait pas (Il est venu suivre une formation en quelque sorte). Aucun n'a fait de thermographie de la maison (Pourtant essentiel lors de l'inspection d'une maison). J'ai mois même fait une vérification thermographique à l'aide d'un thermomètre infrarouge, un outil à 50$ que l'inspecteur n'avait pas.

    Le rapport.
    Dans un cas, j'ai reçu un rapport écrit, a peu près complet mais avec aucune photo. Dans l'autre cas, j'ai reçu un rapport de cases à cocher (Conforme/Non-conforme) avec des photos dont la résolution ne permet même pas de voir les défauts.

    Constat: Les inspecteurs se présentent avec des outils dont la qualité est douteuse ou encore ils ne possèdent tout simplement pas les outils requis. Ils manquent de connaissances, ne connaissent pas les normes électriques, les normes de plomberie ou de structure de bâtiment et ils se présentent comme des experts en bâtiment.

    Un bon appareil de thermographie coûte environ $20,000, mais un vraie inspecteur en bâtiment devrait toujours en posséder un, ainsi qu'une caméra numérique d'au moins 10 mégapixels, ainsi que des connaissances approfondies dans tous les secteurs du bâtiment. Et qu'ils fournisse au moins un rapport digne du tarif qu'ils chargent.

    Par François Bouvier | 16 décembre 2015

    Désolé pour votre mauvaise expérience, malheureusement c'est comme dans n'importe quel métier, il y en a des bons et des moins bons, des consciencieux et... vous avez compris ce que je veux dire j'en suis sûr. Ceci dit, l'article du protégez vous explique comment choisir un inspecteur possédant les critères de bases. Déjà c'est un minimum pour s'assurer d'avoir une inspection digne de ce nom.

    Petite mise au point. Un thermomètre infrarouge à 50 $ ne permet pas de faire une inspection thermographique. Au mieux cet outil peut servir à vérifier le fonctionnement d'un plancher chauffant, ou la température anormalement élevée d'un disjoncteur dans le panneau électrique (peut être vérifié autrement d'ailleurs). 20000$ m'apparait hautement exagéré pour ce type d'appareil, disons qu'avec 3000 $ et une certification adéquate il y a moyen de faire un bon travail. À ce sujet j'ajouterais qu'il ne suffit pas de prendre une lecture avec l'appareil pour avoir réponse à tout les problèmes cachés dans les murs, il faut être capable d'interpréter les résultats. La formation et l'expérience de l'inspecteur avec son appareil permettra de faire la différence entre un problème d'isolation ou une fuite d'eau cachée dans un mur par exemple.

    Un inspecteur membre d'une association reconnue dans le domaine, tel que spécifié dans l'article doit effectuer son travail selon certains critères précis. Il doit obligatoirement y avoir des photos démontrant les différentes problématiques, des photos représentatives et clairs il va s'en dire. Les rapports avec uniquement des cases à cocher ne respecte pas les normes de pratiques des associations reconnues dans le domaine.

    En attendant que le gouvernement prenne s'est responsabilité pour s'assuré d'avoir des normes identiques pour tous dans le domaine de l'inspection, il y a moyen de s'assuré d'avoir un inspecteur possédant les critères de base nécessaires à une bonne inspection.

    N'oubliez pas que les courtiers obtiennent une commission si la transaction se concrétise, c'est pourquoi idéalement l'inspecteur devrait être choisit par l'acheteur de façon à conserver son entière indépendance. C'est pas toujours le cas, mais certains courtiers ne veulent pas que l'inspecteur parle de problème. Un bon inspecteur pourra expliquer les problèmes de façon à ne pas dramatiser les situations outre mesure.

  • Par Paul-André Collin | 22 août 2015

    Pour moi, les vices cachés sont cachés donc invisibles, même pour les inspecteurs. Je ne crois pas que les inspecteurs possèdent des yeux voyant au travers les murs et autres matériaux. Il ne faut pas que l'industrie de l'inspection terrorise les acheteurs; de multiples reportages télévisés ont d'ailleurs fait la vie dure à ce «commerce» qui n'est toujours pas une profession, si je ne m'abuse.

  • Par Christian Cere | 30 août 2015

    Bonjour Denis,

    je comprends votre insatisfaction mais savez-vous que la norme de pratique d'un inspecteur n'exige pas de celui-ci de connaître les normes électrique ou plomberie. Il n'est pas non-plus un ingénieur en structure. La thermographie est aussi optionnelle, donc pas obligatoire dans la pratique, du moins selon la formation donnée en AEC. Toutefois, je suis de votre avis que les attentes d'un client qui engage un inspecteur s'est pour s'assurer que tout est ok. Malheureusement, de par sa formation et la norme de pratique, l'inspection de bâtiment est une inspection visuelle qui a pour but de signaler les anomalies et de recommander les services d'un spécialiste selon le cas, exemple un électricien. Il n'y a cependant pas de lois qui régis l'inspection, ce qui fait que n'importe qui pourrait se présenter comme inspecteur, c'est pourquoi qu'il est important de s'assurer de sa formation et qu'il soit couvert par une assurance responsabilité/omission. Et, c'est comme dans n'importe quoi, il y en a des bons et des moins bons.

  • Par DENIS FOURNIER | 04 septembre 2015

    Je suis tout à fait d'accord avec votre point de vue.
    On s'attend d'un inspecteur compétent qu'il sache faire la différence entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas.
    Un excès de zèle chez un inspecteur démontre son manque de compétence qu'il tend à compenser en trouvant des défauts partout afin de se protéger des poursuites éventuelles.

    Ce genre d'inspection constitue une perte de temps et d'argent autant pour l'acheteur que pour le vendeur.
    Nous continuerons à en voir de toutes les sortes tant que la profession ne sera pas supervisée par un ordre professionnel.