Chauffe-eau sans réservoir: écologique, vous dites ?

Par Stéphan Dussault Mise en ligne : 06 février 2010

Chauffe-eau sans réservoir: écologique, vous dites ? Shutterstock

Cet appareil compact est une bonne idée au départ... mais il coûte cher et n'est pas tout à fait au point. Voyez pourquoi.

Sur son site Web, Home Depot qualifie le chauffe-eau sans réservoir de «véritable exploit technologique». En 2006, La Presse annonçait même la fin de la bonne vieille tank à eau chaude. «Encombrant et énergivore, le chauffe-eau à réservoir pourrait devenir, dans un avenir pas si lointain, une relique du passé», pouvait-on y lire. Presque quatre ans plus tard, force est de constater qu’il reste encore des croûtes à manger au chauffe-eau sans réservoir pour déloger l’inesthétique cuve. Le chauffe-eau sans réservoir, aussi appelé chauffe-eau instantané, est effectivement une excellente idée.

Grâce à de puissants serpentins ou à des brûleurs, selon qu’il fonctionne à l’électricité ou au gaz naturel, il permet de chauffer indéfiniment l’eau dont on a besoin au moment précis où on la fait couler. LE grand avantage : l’absence d’un encombrant réservoir de 180 ou de 270 litres (40 ou 60 gallons), remplacé par une plaque murale d’environ 60 sur 75 cm et pesant 25 kg. Dans les logements ou les petits condos, l’avantage est indéniable. Bien souvent, cela permet d’ajouter un petit placard.

« Environ 15 % des habitations neuves branchées au gaz optent pour un chauffe-eau instantané », assure Kevin Guay, directeur des produits de chauffage chez Master, distributeur de chauffe-eau instantanés et à réservoir. Le chauffage de l’eau uniquement à la demande peut aussi s’avérer utile pour ceux qui quittent leur habitation pendant de longues périodes, comme les propriétaires de chalets.

Fini le dilemme devant lequel il faut choisir soit de maintenir une eau à 60 °C pour rien pendant des semaines, soit de couper le courant du chauffe-eau avant de partir et d’attendre l’eau chaude quelques heures au retour. Pas étonnant qu’il s’agisse d’un produit écoénergétique. Les fabricants font souvent miroiter des économies « allant jusqu’à 50 % », mais il vaut mieux se fier au test effectué par le magazine Consumer Reports en 2008. La bible du consommateur américain a alors conclu à des économies d’énergie moyennes de 22 % par rapport à la consommation d’un chauffe-eau à réservoir. Dans une maison type québécoise où l’eau chaude représente une dépense annuelle de 310 $, il s’agit d’une économie d’environ 70 $.

Mais...

Mais cette épargne ne permettra pas de rentabiliser l’acquisition avant terriblement longtemps. Le problème : le coût d’achat et d’installation élevé du chauffe-eau sans réservoir. Dans les magasins, un tel appareil se vend entre 1000 et 1500 $ comparativement à 300 $ environ dans le cas d’un chauffe-eau classique de 180 L. Quant à l’installation, attendez-vous à payer environ 1000 $ pour un chauffe-eau instantané au lieu de 300 $ pour un modèle à réservoir.

Il faudra donc de 20 à 27 ans avant que l’économie annuelle d’énergie de 70 $ annule la dépense supplémentaire de 1400 à 1900 $ qu’entraîne un chauffe-eau instantané. « Ce n’est pas une application résidentielle viable », tranche Mario Canuel, de l’Agence de l’efficacité énergétique, qui s’est vite désintéressé de cette technologie.

Au gaz ou électrique?

Et ce n’est pas tout ! Si votre maison est chauffée à l’électricité, vous devrez vous procurer un chauffe-eau instantané électrique et probablement débourser 2000 $ supplémentaires pour remplacer le panneau électrique et le câblage. Selon les calculs de Camille Gagnon, ingénieur et spécialiste des questions d’énergie, un chauffe-eau instantané qui fonctionne à l’électricité nécessite une puissance de plus de 28 000 watts juste pour chauffer l’eau d’une douche !

C’est presque 6,5 fois la puissance requise par un chauffe-eau à réservoir de 270 L, ajoute M. Gagnon dans sa chronique Web « Sous mon toit ». Sous cette puissance, c’est de l’eau tiède que vous obtiendrez. L’inefficacité de l’appareil instantané électrique risque de vous refroidir encore plus. « Il est possible que ces appareils ne soient pas en mesure de répondre à l’ensemble des besoins en eau chaude des occupants d’une maison », conclut un document de Ressources naturelles Canada. « En termes pratiques, cela veut dire que vous devrez attendre que le lave-vaisselle ait terminé son cycle avant de pouvoir prendre votre douche », met en garde le détaillant Rona sur son site Web.

« Un modèle fonctionnant au gaz est beaucoup plus efficace et comble en général les besoins d’une résidence qui se satisfait d’un chauffe-eau de 180 litres », estime André Dupuis, de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec. Malheureusement, seulement 5 % des résidences québécoises sont connectées au gaz, selon les chiffres de Gaz Métro. Et même pour celles qui le sont, c’est loin d’être un produit parfait.

Et l'hiver?

« L’objection majeure soulevée vient de la température de l’eau froide en hiver », dit André Dupuis. Selon lui, quand elle avoisine 2 à 4 °C, un chauffe-eau sans réservoir commence à avoir du mal à satisfaire aux besoins d’une famille typique québécoise. « Des modèles de chauffe-eau instantanés vont automatiquement diminuer le débit d’eau pour conserver la bonne température, mais il est presque sûr qu’une famille de quatre personnes devra modifier ses habitudes l’hiver », ajoute-t-il.

« Un chauffe-eau de 200 000 Btu permet de chauffer plus de trois gallons [13,6 L] d’eau froide à la minute. Avec ça, tu peux faire fonctionner deux douches et le lave-vaisselle en même temps », assure Kevin Guay. Pour y arriver, il faudra probablement réduire le débit de la douche, car une pomme de douche traditionnelle consomme environ 14 L/min, comparativement à de 4 à 9 L/min dans le cas des pommes à faible débit.

Selon lui, le principal problème se manifeste dans la cuisine, et irrite surtout les personnes habituées à ouvrir et fermer souvent l’eau chaude pendant le lavage de la vaisselle : « Contrairement aux chauffe-eau à réservoir, les modèles instantanés obligent à patienter environ sept se­condes à chaque ouverture de robinet avant de fournir de l’eau chaude. » Ainsi, plusieurs préféreront laisser l’eau chaude couler sans arrêt. Ceux et celles qui utilisent un filet d’eau pendant qu’ils se rasent attendront aussi l’eau chaude longtemps. « Il faut souvent un débit d’environ 0,4 gallon [1,8 L] par minute pour que le brûleur se mette en marche », dit M. Guay.

Augmenter le débit ou laisser couler l’eau sans arrêt pour obtenir de l’eau chaude… Un produit écologique, vous dites ?

Trois chauffe-eau
Le chauffe-eau instantané (2) est indéniablement moins encombrant qu’un chauffe-eau avec réservoir (3)  ! Il pourrait être une solution intéressante dans un petit condo alimenté en gaz naturel. Pour un chalet aux dimensions modestes, sans entrée de gaz et où les occupants accepteraient de diminuer radicalement leur utilisation d’eau chaude, sachez qu’il se vend aussi des chauffe-eau avec des réservoirs de neuf, de 36 (1) ou de 104 litres.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison