Par Marc-André Sabourin Mise en ligne : 15 août 2013

Shutterstock

Acheter un condo tout nouveau tout beau peut être tentant. Mais si vous signez avant même qu’il ne soit construit, sachez que vous achetez aussi une part de risque et que vous vous exposez à de potentielles frustrations. Superficie réduite, retards de livraison, vices de construction, plans de garantie, lois qui manquent de mordant... Voici les précautions à prendre avant d'acheter un condo sur plan.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 7 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par NATHALIE FORGET | 10 mars 2014

    Il y a 8 ou 9 ans nous avons acheté un condo sur plan... Nous avons vécus l'enfer... 1- Promoteur qui dit n'importe quoi pour vendre absolument (ne connait même pas les règlements de copropriété) Par exemple: nous étions supposés avoir sur notre deuxième balcon, un robinet extérieur pour avoir le choix d'installer un spa... mais un balcon extérieur est une partie commune... donc sujet à approbation. Lorsqu'il l'a appris, adieu robinet. Nous avions achetés en autres parce qu'il devait construire des cabanons... ce qui n'a jamais été fait. Retard de livraison de presque 2 mois. Plusieurs irrégularités dans la construction. Pas de problèmes avec l'apchq ???
    Ce qu'il nous ont accordés était complètement ridicule par rapport à tous les défauts... j'en ai pleuré de rage.
    2- Tous les voisins (condo de 6 logements) n'avait aucune idée du fonctionnement d'un condo. Donc chacun y allait de son interprétation selon ce qui faisait ou non leur affaire. J'ai eu beau discuter avec un avocat, faire des recherches sur internet... aucune valeure car ça n'allait pas dans le sens voulu.
    3- La municipalité a fait des erreurs dans ce projet donc, n'a jamais voulu nous aider. Lorsqu'on se présentait à l'urbanisme pour avoir le plan des condos... il nous remettait les plans des condos voisins. Il ne nous ont jamais remis les plans de 'nos'condos.
    4- En dernier recours, je pensais recevoir un peu d'aide de mon notaire mais surprise.... il a une entente avec le promoteur; les acheteurs doivent utiliser les services de ce notaire sinon le promoteur ne vend pas...!!!!!

    Je ne peux pas tout raconter ici car ce serais vraiment trop long. Mais les condos pour nous.... PLUS JAMAIS...

  • Par E C | 01 janvier 2015

    J'ai récemment acheté un condo neuf et je dois admettre que si c'était à refaire, je ne le referais pas. Bien que les ennuis sont relativement mineurs, pour une habitation dans le quartier Bois-Franc à Saint-Laurent qui coûte relativement cher, le traitement et service n'est définitivement pas à la hauteur. Il y a eu confusion et changement sur le contrat signé, mais ce que j'ai moins apprécié fût l'inspection et la difficulté de faire corriger les défauts aussi élémentaires soient-ils; lorsqu'un défaut était "corrigé", le travail était aussi mal fait. Bonne chance pour les défauts majeurs.
    Pour un premier achat, il vaut mieux ne pas acheter sur plan.

  • Par Louise St-Jean | 02 novembre 2013

    J'ai acheté un condo neuf à Outremont en 1989 et j'y ai laissé plus de 50 000 $ de pertes. Tout avait été mal fait. Le promoteur, pour éviter les poursuites, avait passé tous ses biens au nom de quelqu'un d'autre et il ne restait rien quand nous avons voulu poursuivre. L'eau coulait à flot dans le condo par les plafonds et sur le rebord des fenêtres. On a dû remplacer l'isolation, parce que des poussières de papier se répandait dans les habitations par les appareils de climatisation. Nous avons eu de multiples bris d'extincteurs, et donc des inondations, car l'isolation avait été mal faite autour des têtes et elles éclataient lorsqu'il gelait. J'en passe et des meilleures...

  • Par Marie-Christine Bélanger | 30 novembre 2015

    J'ai acheté un Condo sur plan en 2008. À la lumière de cet article, la chance était avec moi et mes futurs coproprios du bloc lorsqu'on a acheté, mais malgré cela, on a vécu des déceptions dont certaines ne sont pas réglées. 1. Il y a eu deux report de livraisons, en 2010, mais on était tenu au courant suffisamment tôt pour s'ajuster. 2. Le building à été livre sans système de caméra, avec les installations de ventilation et chauffage les plus bas de gamme, de même que les fenêtres alors que nous sommes voisins d'une autoroute. Nos air climatises sont des modèles de chambres d'hôtel et non pas de résidence... Et les électroménagers vendus avec le package sont de base, même si en inox et donc, premium dans le contrat. Finalement, une réalité assez inattendue des coproprios résidents est le nombre d'unités louées... Près de 45%!! Ça crée une dynamique de bloc appartement car les locataires ne font pas la distinction entre Condo et appart... Et un mouvement de résident très prononcé... Sans parler des chiens des locataires qui ne se préoccupent pas de l'état du bloc; il ne leur appartient pas.
    Et oui, notre promoteur n'existe plus bien qu'il était bien côté et sans critiques au moment de l'achat. Toutefois, la vendeuse en chef et le constructeur collaborent et règlent la plupart de leurs bévues... Mais pas toutes, et pas rapidement.

    Au final, malgré ces pépins, je suis satisfaite de mon achat (conseil: n'achetez jamais plus haut que le 10e étage. C'est au-dessus et en hauteur que la grogne s'intensifie...), mais je ne répéterai pas l'achat sur plan. Malgré toutes mes précautions et vérifications, c'était très risque, surtout que l'on ne pouvait pas modifier ou ajouter de clauses pour pouvoir signer, et pour lire l'acte de coproprios? Il n'était pas encore écrit. Quant à annuler chez le notaire... Pas sans laisser le dépôt au complet, alors... Il fallait foncer.

    Pour le dépôt, pensez fidéicommis pour le récupérer si le promoteur annule le projet. Le montant est plus gros, mais la banque peut aider lors de la question de financement.

    Soyez prudent!

  • Par Nathalie Forgue | 01 juillet 2014

    Quand j'ai acheté, j'ai cherché un condo qui avait au moins trois ans, mais moins de dix. Et c'est parfait comme ça : assez neuf mais où les défauts ont eu le temps de 'sortir' et les problèmes initiaux avec le contracteur, réglés.