Vidéo: Faut-il consigner les bouteilles de la SAQ?

Par Rémi Leroux (Texte, illustrations et animation) Mise en ligne : 22 mai 2018

Chaque année, plus de 200 millions de bouteilles de vins sont vendues par la société d'État. Pourtant, la SAQ ne dispose d’aucun système pour récupérer ses contenants. Est-ce normal?

Plusieurs organisations environnementales réclament la mise en place d’un système de consigne, comme pour les bouteilles de bières. Elles souhaitent aussi l’instauration du dépôt volontaire qui consiste, pour les consommateurs, à rapporter leurs bouteilles vides dans des points de collecte identifiés, installés dans une succursale de la SAQ par exemple.

Mais la SAQ s’est toujours opposée à la mise en place d’une consigne et de points de dépôts volontaires, estimant qu’elle ne possède ni les ressources nécessaires ni les infrastructures pour recevoir les bouteilles consignées.

Pourtant, le système de collecte sélective actuel pose de nombreux problèmes, en grande partie à cause du verre. Très souvent le verre déposé dans le bac de récupération se brise et contamine les autres matières recyclables: carton, plastique ou métal. Et les centres de tri ont ensuite de la difficulté à séparer proprement tous ces matériaux.

La SAQ et les organismes chargés du système de collecte sélective privilégient d’autres solutions, comme la modernisation des centres de tri déjà existants ou la recherche de nouveaux débouchés pour le verre recyclé, dans les matériaux de construction par exemple.

Une chose est certaine : il y a urgence à revoir le système de tri au Québec. En effet, depuis que la Chine a fermé ses frontières aux importations de matières recyclables, notamment à cause de la contamination par le verre, les centre de tri du Québec débordent, tournent à perte et plusieurs menacent aujourd'hui de fermer leurs portes.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Maison

Commentaires 7 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par yvanhoe fortier | 23 mai 2018

    En France,il y a des containeur specialement pour le verre de toute les couleurs,Il faut enlever les couvercles métallique.Le verre est ensuite recycler,refondu pour en faire de nouvelles bouteilles ou contenant en verre. La majorité des bouteilles de Champagne sont faites de verre recycler.Il faut la volonté politique et citoyenne pour le faire.

  • Par PATRICK TREMBLAY | 22 mai 2018

    Je propose, à tous, de signer la pétition pour encourager (lire: obliger!) la SAQ à reprendre les bouteilles consignées! Il est temps que la SAQ fasse son bout de chemin pour l'environnement.

    https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7249/index.html

  • Par NOWEIMIE PAQUET | 22 mai 2018

    Selon les enquêtes de tva, que 20% des bouteilles sont recyclables. Les autres 160 millions dites "souillées" finissent dans les sites d'enfouissement. A environ 500g de la bouteille cela fait 80,000 tonnes métriques de bouteilles que notre gouvernement "vert" jette au poubelle. Et pour ceux qui comptent le carbonne, à 30kw la tonne pour produire ce verre, cela fait 2400 MW d'énergie perdue. Sur 10-20 ans cela en fait un paquet de verre et d'énergie perdue pour sauver 50 millions/an à la SAQ. Faisons comme en Ontario svp!

  • Par ODETTE VIAU | 23 mai 2018

    Depuis que nous faisons nos emplettes à l'épicerie avec des sacs réutilisables et que nous utilisons des bacs de recyclage dont le contenu s'empile au Centre de tri faute de débouchés efficaces, nous nous estimons environnementalistes et en droit de consommer un lot de bouteilles de vin non consignées, des paquets de 24 bouteilles d'eau en plastique non réutilisables pour nos besoins quotidiens, de l'essence en quantité en étant devenus ces dernières années friands des SUV et pourquoi pas en droit d' acheter nos repas préparés de Marché Goodfood ou autres fournisseurs avec une quantité d'emballages non réutilisés à faire dresser les cheveux sur la tête, à exiger que nos fruits et légumes soient bien sur-emballés à l'épicerie et surtout à vouloir encourager Purolator, UPS et Postes Canada ou autres services de livraison en achetant nos produits chez Amazon. Bref, vous l'aurez deviné: l'humain n'en est pas à une contradiction près lorsqu'il s'agit de son confort personnel.
    Denis Lapointe.

  • Par JOE ABLESON | 26 mai 2018

    Une consigne serait une excellent idée, mais en même temps il serait peut-être temps de réviser les taux. Ça fait par exemple plus de 30 ans que les canettes en aluminium sont à 5c. Ça ne vaut presque pas la peine de les rapporter à ce prix la.