(10) Articles

(570) Produits

Moins de cadeaux, plus de plaisir

Par Catherine Crépeau Mise en ligne : 01 octobre 2016

Peluches, circuits de course automobile, bateaux de pirates, sabres laser, poupées. Comme parents, nous voulons en donner toujours plus à nos enfants. Mais ont-ils besoin d’autant de jouets ? Des solutions pour réduire vos achats.

Les jeux et jouets sont indispensables au développement de votre enfant. Grâce à eux, il apprend à socialiser avec les autres enfants, à négocier, à respecter les règles et à s’exprimer. Il développe aussi sa créativité, sa patience, sa dextérité ainsi que les habiletés nécessaires à l’apprentissage de la lecture et des mathématiques. Toutefois, a-t-il besoin de ces dizaines de jouets qui encombrent sa chambre et votre salle de jeux ? Pas toujours, répond sans hésiter Diane Dulude, psychologue pour enfants et famille à Outremont.

Trop de jouets : nuisible

Selon la spécialiste, un enfant qui reçoit des jouets avant même d’en émettre le désir risque de devenir blasé ou de considérer ces cadeaux comme un dû ou comme des preuves d’affection. Il pourrait aussi éprouver des difficultés à comprendre la valeur symbolique du geste d’offrir.

« En offrant trop de cadeaux à l’enfant, on ne l’aide pas à se développer et à façonner sa personnalité, soutient Diane Dulude. Comme parent, nous devons plutôt lui apprendre à faire des choix, à développer son esprit critique et à découvrir ses goûts et intérêts. » Un bon outil pour y arriver : la liste de cadeaux. En demandant à votre enfant d’y inscrire un nombre limité de cadeaux (un, deux ou trois) et en l’aidant à faire le tri dans sa liste, vous l’obligez à réfléchir à ce qu’il désire vraiment. Il comprendra aussi qu’il ne peut pas obtenir tout ce qu’il veut en tout temps.

Une autre façon d’aider votre enfant à découvrir ses intérêts réels est de lui demander de contribuer à la dépense. « Vous verrez qu’il sera beaucoup plus sélectif et dira qu’il n’a pas vraiment besoin de ce xième jeu vidéo », affirme Diane Dulude, pour qui il est préférable d’acheter un ou deux cadeaux bien choisis. « Ça fait partie du travail de parent d’évaluer si l’enfant veut réellement un jouet ou s’il le demande parce que tous ses copains l’ont. Et de lui expliquer que nous, par exemple, nous avons fait le choix d’avoir moins de jouets dans le but de garder de l’argent pour autre chose, comme des sorties ou des vacances. »

Un coffre à jouets réduit permet aussi aux enfants de développer leur imaginaire en créant de nouveaux jeux. Ainsi, une couverture tendue entre deux chaises se transforme en chambre de princesse, des journaux roulés deviennent des épées de chevalier, alors que des billes colorées entassées dans une boîte en carton font un merveilleux trésor de pirate !

Des jouets pour chaque âge

La première chose à faire pour limiter l’achat de jouets consiste à bien les choisir. Un bon jouet doit être une source de découvertes et de distraction, être sécuritaire et convenir au stade de développement cognitif et physique de votre enfant. Les doudous et hochets, par exemple, séduiront les tout-petits, alors que les cubes de construction, les déguisements et les jeux de rôles conviendront aux enfants d’âge préscolaire. Mais peu importe l’âge de votre enfant, son coffre devrait contenir des jouets qui favorisent la coordination motrice (jeux de formes ou de construction, ballon, etc.), la créativité (pâte à modeler, peinture, déguisements, marionnettes, etc.) de même que le développement des aptitudes mathématiques (jeu de serpents et échelles, etc.) et des aptitudes du langage et de la lecture (lettres en plastique, jeux de rime, etc.).

De 371 à 404 $ C'est le montant annuel que prévoyaient dépenser, en moyenne, les parents québécois pour l'achat de cadeaux de Noël de 2011 à 2015.
Source: Conseil québécois du commerce de détail

Emprunter

Une autre solution pour varier les jouets sans les acheter ? Les joujouthèques. Souvent gérées par des organismes communautaires et fonctionnant comme des bibliothèques, elles offrent la possibilité d’emprunter des jouets pour deux à quatre semaines, moyennant quelques dollars. Certaines organisent aussi des ventes une ou deux fois par année où l’on peut échanger, vendre ou acheter des jouets et jeux de société.

« Cela me permet de louer des jouets que je n’achèterais pas parce que je sais que l’intérêt des enfants passera rapidement ou parce qu’ils sont trop chers. Ainsi, nous en achetons moins et gardons de l’argent pour des activités, tout en laissant aux grands-parents le plaisir d’emballer un jouet pour Noël », raconte Annie Trépanier, qui fréquente la joujouthèque Basse-Ville, à Québec, avec ses garçons de cinq et quatre ans et sa fillette de deux ans. « Parfois, on décide d’acheter ou de demander en cadeau un jouet après l’avoir essayé, alors que d’autres fois, on se permet d’en prendre un qu’on n’aurait jamais acheté. Mais dans tous les cas, cela donne l’occasion de jouer avec plein, plein de jeux différents, sans en avoir plein, plein à la maison », résume Ève Denis, qui est abonnée à la joujouthèque Ressource famille Sutton avec sa fille Kim-Love, âgée d’un an et demi.

Pour Éloise Gaudreau, qui visitait les joujouthèques durant son enfance, il était tout naturel d’y amener sa fille, aujourd’hui âgée de trois ans, et son garçon de 10 mois. « C’est accessible, abordable et ça permet de varier sans encombrer la maison et être pris avec des jouets à vendre ou à donner. En ce qui me concerne, cela traduit un souci d’économie et d’écologie, mais dans un quartier défavorisé comme la Basse-Ville, la joujouthèque a aussi un rôle social en servant de lieu de rencontre et en organisant des ateliers artistiques. »

Donner, échanger, recycler

Votre maison est déjà pleine de jouets ? Mettez de côté ceux qui suscitent peu d’intérêt chez votre enfant, qui sont brisés ou qui ne correspondent plus à son âge. Ensuite, confiez-les à des organismes qui les réparent et les donnent à des familles démunies ou les revendent à moindre coût. N’hésitez pas à faire participer votre enfant en lui expliquant qu’en donnant les jouets avec lesquels il ne s’amuse plus, il fait plaisir à un autre enfant et libère de l’espace pour un nouveau jouet, souligne Diane Dulude.

C’est le truc qu’a utilisé Isabelle Crépeau pour faire le ménage dans les peluches de ses enfants. À tour de rôle, ses trois enfants de quatre, six et huit ans en choisissaient une qu’ils voulaient garder, alors qu’elle en choisissait une à donner. « Évidemment, je mettais de côté les toutous avec lesquels je savais qu’ils ne jouaient pas, mais le ménage s’est fait rapidement et sans tiraillements. » Il faut dire que depuis quatre ans, ses enfants ont pris l’habitude de sélectionner chacun un jouet qu’ils aiment, mais dont ils sont prêts à se départir, pour l’offrir à Noël aux enfants d’un couple d’amis, en échange d’un jouet puisé dans leur armoire. « Ça évite de dépenser pour des jouets, et souvent les cadeaux choisis par les enfants sont encore plus appréciés », explique Isabelle Crépeau.

L’autre stratégie de Mme Crépeau : cacher les jouets délaissés par ses enfants – dont les cadeaux offerts par les chaînes de restaurant – jusqu’à ce qu’ils les réclament. « Ce qui arrive rarement », indique-t-elle. Après quelques semaines dans la « filière 13 », les jouets se retrouvent à la poubelle ou dans la boîte d’objets à donner.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Loisirs et famille

Commentaires 1 Masquer

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Carole Lavoie | 06 octobre 2016

    Dommage que nous ne soyons pas capable d'acheter certains jouets au Québec, comme le scooteroo. Cela fait 2 ans que nous desirons l'acheter et il est non disponible. Il faudrait s'assurer de sa disponibilité avant d'en faire l'éloge!!!

    journalist Par AGNES DELAVAULT de Protégez-Vous | 13 octobre 2016

    Bonjour Madame Lavoie,
    Merci d'avoir pris le temps de nous écrire. Nous nous assurons de la disponibilité de tous les jouets que vous retrouvez sur notre site dans le courant du mois de septembre précédant la publication. Il arrive effectivement que certains produits soient victimes de leur succès et que le distributeur n'ait pas la possibilité de réapprovisionner les détaillants, ce que malheureusement nous ne pouvons pas prévoir. Toutefois, concernant le Scooteroo, vous trouverez sous l'onglet «Où trouver» de la fiche du jouet quatre adresses Web où vous pourrez vous le procurer.