Par Jesse Caron Mise en ligne : 25 avril 2012

  • La carrosserie évoque avec justesse celle du modèle d'il y a 50 ans tout en étant parfaitement contemporaine.
  • Le compartiment moteur très restreint complique certaines tâches, dont l'appoint de liquide lave-glace.
  • L'abondante surface vitrée rend l'habitacle lumineux, et la visibilité, très satisfaisante.
  • Les phares de type projecteur s'éteignent automatiquement lorsqu'on retire la clé de contact, un dispositif pratique.
  • S'installer à l'avant ne présente aucune difficulté grâce à la hauteur du toit et aux longues portières.
  • Le toit ouvrant optionnel réduit de beaucoup l'espace pour la tête même s'il glisse à l'extérieur de l'auto.
  • Les sièges fournissent un confort acceptable, mais ils sont montés très haut.
  • Le volant trop incliné, éloigné et non télescopique crée une position de conduite inhabituelle.
  • Les places arrière très restreintes sont munies d'une banquette plate, dure et basse.
  • Le coffre est étonnamment volumineux étant donné la taille de l'auto.
  • La façade du tableau de bord coordonnée à la couleur extérieure donne une allure riche et originale.
  • L'instrumentation stylisée est toutefois difficile à consulter.
  • Fiat annonce des essuie-glaces à intermittence variable, mais nous n'avons jamais trouvé comment les régler.
  • Les commandes de la ventilation sont aussi logiques que bien disposées.
  • La radio a une interface frustrante en raison de l'écran minuscule et de l'absence de toute molette.
  • Les espaces de rangement sont rares et restreints.

La Fiat 500 est l’une des plus récentes réinterprétations contemporaines d'un classique d'antan, dans la lignée des Mini Cooper et Volkswagen Beetle.

Produite depuis 2007 pour le marché européen, elle est apparue en Amérique du Nord en 2011 à la suite du rachat de Chrysler par Fiat. Elle est donc distribuée par une trentaine de concessionnaires Chrysler au Québec, principalement concentrés dans les régions urbaines de la province.

La silhouette s'inspire directement de celle de la Fiat Nuova 500, qui a été commercialisée de 1957 à 1975. À l'instar de la Mini Cooper, la 500 moderne est nettement plus lourde et volumineuse que son ancêtre. Malgré cela, elle reste l’une des plus petites voitures sur le marché nord-américain actuel.

Environ un an après l'arrivée ici de la version à hayon, la gamme s'est élargie grâce à l'introduction d'un modèle sportif baptisé Abarth et d'une décapotable à toit souple coulissant. Fiat a aussi dévoilé au Salon de l'auto de Genève, en mars 2012, une version familiale à quatre portières qui rappelle la Mini Countryman. Sa date de commercialisation au Canada n'a toutefois pas été annoncée.

La 500 nord-américaine est construite dans une usine mexicaine de Chrysler. Ce constructeur assemble aussi le moteur aux États-Unis, même s'il a été entièrement conçu par Fiat. 

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile