(10) Articles

Par Jesse Caron Mise en ligne : novembre 2011

  • Avec ses flancs plats, son toit rectiligne et son museau proéminent, la xB actuelle demeure très distinctive.
  • Des jantes plus expressives donneraient plus de punch à la silhouette.
  • La troisième glace latérale a disparu pour des raisons purement stylistiques, ce qui nuit à la visbilité.
  • Les rétroviseurs manquent de hauteur pour compenser la petite surface vitrée.
  • Une béquille classique soutient le capot, comme dans la plupart des autos de cette catégorie.
  • L'accès à l'habitacle est aussi aisé que le dégagement au toit abonde pour tous les occupants.
  • L'espace pour les jambes s'avère très satisfaisant à l'arrière.
  • Les sièges avant procurent un bon dosage de confort et de soutien, sauf pour les cuisses.
  • Le coffre est plus court que celui de la plupart des autres compactes lorsque la banquette est en place.
  • La largeur et la hauteur de l'espace augmentent la polyvalence, tout comme le plancher plat.
  • Plusieurs éléments tentent d'insuffler une allure «techno urbaine» à l'habitacle de la xB.
  • Le dessus du tableau de bord est constitué d'une mer de plastique anthracite à la texture dure et granuleuse.
  • La disposition centrale des instruments est inhabituelle, mais elle ne nuit pas à leur consultation.
  • La logique imparfaite du système audio dérange, mais sa sonorité demeure riche et claire.
  • La connexion sans fil Bluetooth est efficace, mais difficile à programmer par une touche cachée à gauche du volant.
  • Les trois molettes du système de ventilation paraîtront familières à quiconque a conduit une Toyota récente.

Sept ans. C'est le temps qu'a mis Toyota à introduire au Canada la marque Scion, dont les premiers exemplaires ont roulé en Californie en 2003. Créées pour attirer de plus jeunes acheteurs dans les salles d'exposition américaines du constructeur, les Scion de première génération se démarquaient notamment par leur petite taille, leur prix abordable et leur style excentrique.

L'enthousiasme pour les petites voitures et la popularité des modèles à hayon au Canada ont sans doute contribué à ce que Toyota décide d'implanter Scion au pays pour l'année-modèle 2011. Offerts initialement par 45 concessionnaires Toyota situés dans des marchés urbains, les trois véhicules de la marque – bientôt quatre avec la microscopique iQ – sont maintenant commercialisés dans environ 75 établissements canadiens.

Parmi eux figure la xB. Les flancs très plats de la version originale et sa partie arrière taillée à la hache en ont fait un modèle prisé notamment par les entrepreneurs à la recherche d'un véhicule pratique, maniable et économique à la pompe. Avec le temps, quelques exemplaires d'occasion se sont d'ailleurs retrouvés de notre côté de la frontière, ce qui a suscité une certaine curiosité jusqu'au lancement de la marque ici.

La xB de deuxième génération, dévoilée pour l'année-modèle 2008 aux États-Unis, est arrivée au Canada l'an dernier avec quelques retouches mineures à la carrosserie et à l'habitacle. Plus grande, plus lourde et plus puissante que la première mouture, elle se situe entre les sous-compactes (par exemple: Ford Fiesta, Honda Fit, Kia Rio, Toyota Yaris) et les compactes à hayon (par exemple: Hyundai Elantra Touring, Mazda 3 Sport, Subaru Impreza). Or, comme sa plateforme, son volume intérieur et plusieurs de ses composantes mécaniques s'apparentent à celles de la propre compacte de Toyota, la Matrix, nous la classons dans ce segment.

Toyota assemble la xB au Japon. 

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Automobile