X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Les réseaux 4G et LTE

Par Frédéric Perron

Mise en ligne : novembre 2011

 | 

Magazine : décembre 2011

Dans ses publicités, Rogers ajoute au sigle LTE la mention «au-delà du 4G».

Le monde de la téléphonie cellulaire évolue si rapidement que les fournisseurs ont tendance à mettre la charrue devant les bœufs, comme dans le cas du 4G.

Le terme 4G signifie «quatrième génération» de réseaux cellulaires.

«Avec le 4G, on se dirige vers la transmission de toutes les informations – voix et données – par IP, le même protocole qu’on utilise sur Internet, explique Michel Kadoch, professeur au Département de génie logiciel et des technologies de l’information de l’École de technologie supérieure de Montréal. Pour les fournisseurs, c’est plus facile et moins cher à gérer. Ça facilite aussi le développement d’applications multimédias.»

En principe, cette nouvelle génération permet des vitesses de téléchargement plus rapides et des temps de latence plus courts, utiles notamment pour regarder des vidéos ou jouer à des jeux en réseau sur un téléphone intelligent.

Définition changeante
Selon les critères de l’Union internationale des télécommunications (UIT), qui établit les normes pour les réseaux cellulaires, le vrai 4G devrait offrir des vitesses de téléchargement de 100 Mbit/s pour un utilisateur en mouvement et de 1 Gbit/s en mode stationnaire. Les seules technologies qui devraient satisfaire à ces critères sont le LTE avancé et le WiMAX avancé, qui sont toujours en développement.

Devant les pressions du lobby des télécommunications, l’UIT a toutefois décidé en décembre 2010 d’élargir la définition du 4G. Les opérateurs peuvent ainsi appeler 4G les réseaux HSPA+, LTE et WiMAX. Les fournisseurs canadiens n’ont pas perdu de temps: au début de 2011, ils ont tous rebaptisé 4G leurs réseaux 3G HSPA+ établis autour de 2009.

Réseaux LTE en déploiement
En ce moment, les principaux opérateurs canadiens mettent en place des réseaux LTE dans les grandes villes. Plus rapides que les HSPA+, la plupart de ces réseaux devraient entrer en fonction en 2012.

Au moment d’écrire ces lignes, Rogers exploitait déjà des réseaux LTE à Ottawa, à Toronto, à Montréal et à Vancouver, alors que Bell était présent à Toronto et dans d’autres villes ontariennes.

On trouve encore peu d’appareils compatibles avec le LTE; parmi ceux-ci, mentionnons le téléphone intelligent Samsung Galaxy S II et la clé USB d’accès Internet Sierra Wireless LTE. Cette dernière coûte 80 $ avec un contrat de trois ans. Elle est offerte avec un forfait dont le tarif s’ajuste en fonction de la consommation; le tarif de base est de 45 $ pour 1,5 ou
2 Go, un prix comparable aux forfaits pour clés HSPA+.

Du côté des téléphones intelligents, les forfaits LTE de base coûtent plus cher, mais ils en offrent plus. Par exemple, un forfait de base pour téléphone intelligent coûte généralement autour de 50 $ pour 200 minutes et 500 Mo de données, alors qu’un forfait de base pour téléphone intelligent LTE coûte 63 $ pour 200 minutes et 2 Go.

Vitesse par type de réseau*
Technologie Vitesse moyenne
Vitesse maximale théorique
Evolved High-Speed Packet Access
(HSPA+) simple canal
de 4 à 6 Mbit/s 21 Mbit/s
Evolved High-Speed Packet Access
(HSPA+) double canal
de 7 à 14 Mbit/s 42 Mbit/s
Long Term Evolution (LTE) de 12 à 25 Mbit/s 150 Mbit/s

* La vitesse moyenne obtenue lors d’une utilisation normale est plus basse que la vitesse maximale théorique en raison de plusieurs facteurs: limites de vitesse des réseaux filaires sous-jacents et des téléphones, congestion des réseaux, obstacles, etc.

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

1

Réagissez!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 19 juin 2012
    Fermer
    Participation de Julien Dion

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Julien Dion
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 34 )

    Pourquoi est-il aussi facile de tromper un consommateur moyen? Je trouve cela franchement ridicule que l'on nivèle vers le bas les critères fixés par l'UIT?! Dans quelques années, nous appellerons 6G la cinquième génération de réseaux cellulaires.
    L'histoire de l'évolution des technologies cellulaires sera incohérente.
    Pourquoi nommer différemment ce qui existe déjà?! C'est de la fausse nouveauté!

Retour à l'article


Promotion iPad