X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Paiement par cellulaire à l’essai à Montréal

Par Frédéric Perron

Mise en ligne : 09 juin 2011

Utiliser son cellulaire comme moyen de paiement? Si Google et Visa sont dans la course, d’autres systèmes tirent aussi leur épingle du jeu. Le point sur une expérience menée au Québec.

Photo:www.moneycell.com

Depuis près de six mois, des étudiants de l’École des technologies supérieures (ETS) de Montréal utilisent avec succès leur cellulaire comme mode de paiement.

Les étudiants de 18 à 25 ans sont collés à leur cellulaire et ouverts aux nouvelles technologies. Selon l’entreprise québécoise DH International, il s’agissait du public cible idéal pour tester MoneyCell, son système de paiement par cellulaire. Plusieurs petits commerçants situés sur le campus de l’ETS, dont Tim Hortons et la Coop étudiante, ont participé à l’expérience à l’aide de terminaux de paiement adaptés.

De leur côté, les étudiants devaient ouvrir un portefeuille électronique sur le site Web de MoneyCell et y transférer de l’argent à partir de leur compte bancaire. En moyenne, ils y ont déposé 50 $ par mois. Les étudiants devaient également placer un collant contenant une puce électronique Near Field Communication (NFC) sur leur téléphone.

Transactions sans NIP
Une fois le système en place, il suffit d’approcher le téléphone à moins de quatre centimètres du terminal pour payer son café, par exemple. Pour les achats de 15 $ ou moins, aucun NIP n’est requis, ce qui rend les transactions très rapides. Adopté par près de 10 % des étudiants, le système permet aussi de faire des transferts d’argent entre deux personnes qui ont un compte MoneyCell. Les commerçants peuvent aussi l’utiliser pour verser des ristournes aux clients en guise de programme de fidélisation. Les utilisateurs de MoneyCell peuvent voir le détail de leurs transactions sur le Web et sur leur téléphone intelligent.

Sécuritaire?
D’après Pierre Lopez, pdg adjoint et vice-président aux opérations de DH International, le système est parfaitement sécuritaire. Alors qu’un NIP est exigé pour les transactions de plus de 15 $, le système peut aussi le demander de façon aléatoire pour les transactions de montants inférieurs. Par ailleurs, comme les émetteurs de cartes de crédit, MoneyCell s’est doté d’un système de surveillance des transactions automatisé qui permet de détecter les cas de fraude. Durant l’expérience à l’ETS, aucun incident du genre n’a été rapporté.

Pas seule dans la course
Plusieurs géants comme Google et Visa ont déjà annoncé des systèmes de paiement semblables à celui de MoneyCell. Toutes reposent sur la technologie NFC, qui sera intégrée dans plusieurs nouveaux téléphones intelligents, notamment dans le Samsung Nexus S, déjà sur le marché.

Google offrira Google Wallet, une application de paiement mobile, dès cet été exclusivement aux propriétaires du Samsung Nexus S abonnés à Sprint aux États-Unis. Ce service sera compatible avec le système de paiement sans contact PayPass, de MasterCard, déjà présent dans des centaines de milliers de commerces. Aucune date de déploiement n’a encore été annoncée pour le Canada.

De son côté, Visa lancera son service de paiement mobile dès l’automne au Canada et aux États-Unis. Il sera compatible avec payWave, l’équivalent du PayPass de MasterCard.

Comment le portefeuille électronique MoneyCell pourra-t-il survivre dans cet environnement? D’après Pierre Lopez, l’entreprise misera sur les transactions de moins de 10 $, sans frais pour les consommateurs et à frais minimes pour les commerçants. D’ailleurs, le montant moyen des transactions à l’ETS était de 6 $.

Pour l’instant, les détaillants paient autour de six à huit cents par transaction avec Interac et entre 1,5 et 3 % du montant de la transaction avec les cartes de crédit. «Notre système coûtera moins cher que ça aux commerçants», affirme M. Lopez. Par ailleurs, les futurs terminaux devraient permettre les paiements NFC par l’entremise de divers intermédaires, que ce soit MoneyCell, Visa ou MasterCard, par exemple.

La suite des choses pour l’entreprise québécoise: s’implanter dans d’autres campus universitaires canadiens, poursuivre son expérience à l’ETS et passer en phase de commercialisation. Bref, croître lentement, mais sûrement!

Toutes les Nouvelles

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

1

Réagissez!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 17 mai 2012
    Fermer
    Participation de Rolande Gareau

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Rolande Gareau
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Une excellente nouvelle mais que fera une personne qui perd ou qui se fait voler son téléphone? Plus de téléphone pour payer et plus de cartes dans son porte monaie, pour payer? Merci

Retour à l'article


Nouvelles

Tampons hygiéniques: les femmes mieux protégées au Canada?

par : Rémi Leroux

En France, une pétition réclamant l’affichage de la composition des protections hygiéniques a reçu plus de 56 000 signatures depuis le mois d’août. »

Clés d’auto intelligentes: pas pour les conducteurs distraits!

par : Julien Amado

Depuis l’arrivée des clés de contact intelligentes et des boutons qui démarrent l’auto, le risque de quitter sa voiture sans avoir coupé le moteur est plus grand qu’avant. »

Applications pour améliorer la performance des tablettes: inutiles!

par : Frédéric Perron

Dans les magasins iTunes et Google Play, une foule d’applications se targuent d’augmenter la performance de vos appareils. Or, elles ne livrent pas la marchandise. »

Permis de conduire: sécurité améliorée

par : Julien Amado

Il y aura bientôt de la nouveauté dans votre portefeuille: votre prochain permis de conduire sera plus durable et surtout plus difficile à contrefaire. »

Apple rafraîchit son offre de iPhone, iPad et Apple TV

par : Frédéric Perron

Le géant de l’électronique a dévoilé ses deux nouveaux iPhone ainsi qu’un iPad de 12,9 po et une Apple TV repensée. »

Gestion de tâches: 5 applications pour vous faciliter la vie

par : Maxime Johnson

Votre agenda est un véritable fouillis ? Pour ne rien oublier, vous pouvez utiliser un gestionnaire de tâches. Survol des principales applications disponibles. »

Cas vécu: Sears rembourse le prix d’un lave-vaisselle après l’expiration de la garantie

par : Catherine Crépeau

Votre lave-vaisselle cesse de fonctionner quelques mois après l’expiration de la garantie et le commerçant assure qu’il n’y peut rien. Minute. Une mise en demeure peut faire toute la différence. »

Ashley Madison: des robots à la conquête des hommes

par : Frédéric Perron

Comment convaincre les usagers du site d’adultère Ashley Madison qu’ils sont à quelques clics d’une aventure? Avec des robots, voyons! »

Achat d'une maison: comment connaître le juste prix

par : Emmanuelle Gril

Vous avez trouvé la maison de vos rêves? Il ne reste plus qu’à en négocier le prix. Nos conseils pour arriver à vos fins. »

Toutes les nouvelles de Protégez-Vous

Promotion iPad