X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Version Pdf
  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Génération Ritalin

Par Rémi Maillard

Mise à jour : août 2010

Photo: iStockphoto

Ils ont envahi les cours de récréation et font désormais partie du paysage scolaire. Au Québec, les psychostimulants à base de méthylphénidate ou d’amphétamines tels que le Ritalin, le Concerta, l’Adderall et la Dexedrine ont vu leur consommation quadrupler en 10 ans.

Selon la firme IMS Health, le nombre d’ordonnances dans la province est passé de 267 151 en 2000 à plus d’un million en 2009.

Et la tendance n’est pas près de s’inverser si l’on en croit les premières données pour 2010. Résultat, environ 5 % des écoliers québécois prennent aujourd’hui ces psychotropes destinés à traiter le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), le diagnostic le plus fréquent en pédopsychiatrie en Amérique du Nord.

Cette augmentation n’a rien d’étonnant, justifie la Dre Stacey Bélanger, directrice de la Clinique du TDAH de l’Hôpital Sainte-Justine, à Montréal. « La prévalence du trouble de l’attention varie de 5 à 7 % depuis des années et il persiste chez plus de 50 % des adolescents et de nombreux adultes. S’il y a davantage d’ordonnances, c’est notamment parce que les médecins sont mieux informés, qu’on a de meilleures évaluations multidisciplinaires pour établir un diagnostic et que les nouvelles molécules à longue durée d’action ont moins d’effets secondaires. »

D’autres spécialistes s’inquiètent pourtant de la situation. Certains pensent que seul un « noyau dur » d’enfants réellement hyperactifs a besoin d’une médication, tandis que quelques-uns la trouvent carrément inutile.

Un marché en plein essor

Le chiffre d’affaires mondial des médicaments pour le TDAH progresse de 8 % par an en moyenne. En 2012, il devrait atteindre 4,5 milliards de dollars, prévoit la firme CNS Drug Discoveries, spécialisée dans l’analyse du marché pharmaceutique. Une augmentation due en partie « à une plus forte pénétration de la médication chez de nouveaux patients, spécialement les adultes ». En 2005, 90 % des ventes de psychostimulants ont eu lieu aux États-Unis, où environ huit millions d’enfants sont aujourd’hui sous psychotropes. 

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

34

Réagissez!

Votre enfant souffre de TDAH? Il prend du Ritalin? Vous avez utiliser des méthodes alternatives? Partagez votre témoignage avec nous!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 8 avr. 2012
    Fermer
    Participation de Cathy Charrois

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Cathy Charrois
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 8 )

    Réponse à Sylvio Bourget,

    Vous me demandez le nom du médicament de mon fils : Adderall. Vous me demandez les effets secondaires : pour mon fils, il mange très peu au dîner, mais en fin d'après-midi, il se reprend (beaucoup) :) Ça lui prend un peu plus de temps à s'endormir.

    J'aimerais faire un mise au point pour les gens qui accusent les enseignants d'être moins tolérants, patients, etc. qu'auparavant. Il faut savoir que le TDAH est beaucoup plus connu qu'il y a quelques années. Ce ne sont pas les enseignants qui prescrivent le médicament aux enfants. Le rôle de l'enseignant est d'aider le plus possible les enfants en difficulté. Lorsqu'un enseignant vous suggère d'aller rencontrer un pédiatre, c'est dans le but de vous aider à trouver ce qui se passe avec votre enfant afin de l'aider dans ses apprentissages ou bien son comportement. Sommes-nous moins patients? NON! Il y a 30 ans, un enfant turbulent comme mon fils (sans médication) n'aurait pas fait long feu dans une classe au régulier. Il aurait été envoyé dans une classe spéciale afin de l'aider du mieux possible et pour ne pas nuire aux apprentissages des autres enfants. J'ai encore demandé à mon fils la semaine dernière s'il se sentait mieux avec ou sans médication. Il m'a répondu «AVEC», car sans, ses idées vont toujours trop vites dans sa tête. Les médicaments comme le Ritalin ou Adderall, sont les plus étudiés dans le monde. Vous n'hésiteriez pas à soigner un enfant diabétique ou souffrant d'une autre maladie. Pourquoi donc juger autant les gens qui décident d'offrir une qualité de vie à leur enfant. Faites vos devoirs : lisez sur le sujet, regardez des documentaires à ce sujet, etc. avant de porter des jugements.

  • 29 nov. 2010
    Fermer
    Participation de MARIO MALTAIS

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par MARIO MALTAIS
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 22 )

    mon enfant a 5 ans et est à la maternelle, l'enseignante me dit très souvent qu'il manque d'attention, n'écoute pas les consignes en classe, dérange les autres, etc... J'ai essayé plusieurs mois des produits naturels et c'est bon à rien...Mon enfant fonctionne en général bien à la maison (quelques fois un peu agité, mais c'est normal il est encore jeune). Je crois ce que veule les profs ou les écoles, c'est de nous pousser à boute afin qu'on donne à nos enfants du ritalin. Ca remplace l'aide d'éducatrice spécialisée, psy, ou autres en classe.. Moi il n'est pas question que je donne du ritalin à un enfant de 5 ans. je suis certaine que c'est surtout un manque de maturité et cela, ça ne se soigne pas avec de la drogue, il faut juste être patient et attendre qu'il prenne un peu de maturité..

  • 28 nov. 2010
    Fermer
    Participation de Jacques Tétreault

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Jacques Tétreault
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

    Bonjour!
    Un livre vient de sortir et vous avez les coordonnées sur le site. 1041.boomfm.com/Channels/Bruno/Story.aspx?id=1316139
    APPRENTISSAGE LENT ET INTELLIGENCE : l'envers de la médaille.
    La première moitié du livre analyse les symptômes de la lenteur d'apprentissage.
    La deuxième décrit une approche qui donne des résultats très intéressants.
    Les parents et enseignants qui l'ont utilisé le recommande.
    Les symptômes de la lenteur d'apprentissage ressemblent à s'y méprendre à plusieurs trouvés pour la lenteur d'apprentissage. Une fois que l'on a compris ce qu'est la lenteur, comme disent les parents et éducateurs qui l'ont utilisés, on ne travaille plus du tout de la même façon avec ces enfants.

  • 27 nov. 2010
    Fermer
    Participation de Jacques Tétreault

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Jacques Tétreault
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Bonjour!
    J'ai enseigné durant 35 ans et je travaille en aide à l'apprentissage depuis 10, mais depuis 25 ans de cherche des moyens pour aider les élèves en difficulté d'apprentissage. J'ai colligé l'ensemble de mes observations et des moyens à prendre pour leur aider. J'ai donc écrit le livre "APPRENTISSAGE LENT ET INTELLIGENCE:l'envers de la médaille". J'explique différemment ce que certain appelle un TDA. Ce serait intéressant de pouvoir en débattre.
    Voici l'adresse du poste de radio qui m'a permis une première approche pour la diffusion de ce que je pense être un instrument indispensable pour le futur dans l'enseignement.
    1041.boomfm.com/Channels/Bruno/Story.aspx?id=1316139
    En espérant pouvoir expliquer ce qu'est la lenteur d'apprentissage, je suis les articles qui en parlent.

  • 20 oct. 2010
    Fermer
    Participation de François Isabelle

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par François Isabelle
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

    "... Faites-lui passer un examen médical complet. Des douzaines de vraies maladies peuvent provoquer des problèmes d’apprentissage et de comportement..."
    Sage conseil.
    Pour notre fille, les problèmes étaient d'apprentissage. Ça me ressemblais au même âge. Comme je fus diagnostiqué hypothyroïdien très
    tardivement à 44 ans, j'ai alors exigé à son pédiatre qu'elle soit testée. À 11 ans, elle fut donc testée et en effet diagnostiquée d'hypothyroïdie. De nombreux autres symptômes comme de nombreuses otites, retard de puberté, rhumes à répétition, extrémités froides auraient dû sonner une cloche à son médecin qui pourtant enseigne les rudiments de l'examen médical aux futurs médecins. Depuis ce premier cas dans sa pratique, il en a découvert d'autres.

    Dans leur vie, la moitié des humains auront une affection quelconque à la thyroïde. Il y a a donc lieu de commencer tôt à faire du dépistage.

    • 22 oct. 2010
      Fermer
      Participation de Suzanne Fournier

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Suzanne Fournier
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

      Il a fallu attendre que mon fils ait 15 ans, qu'il ait dû prendre, dès sa 3e année scolaire, du Ritalin (dont il disait lui-même qu'il ne sente pas que le médicament lui soit d'une quelconque utilité), avant de découvrir la source de son manque d'énergie et de concentration, sa déprime constante (enfin ce qu'on croyait être de la déprime et même de la dépression) et son problème de poids (il a perdu près de 100 lbs quelques mois après avoir commencé à prendre du Synthroïd), soit les conséquences d'une hypothyroïdie sévère. Malheureusement, les médecins se basent trop souvent sur les statistiques (l'hypothyroïdie est, selon ces statistiques, une maladie associées aux femmes âgées). Or, l'hypothyroïdie peut être diagnostiquée par une simple prise de sang. Alors lorsque des parents me parlent des problèmes d'inattention de leurs enfants, je suis la première à leur conseiller de faire vérifier leur glande thyroïde avant d'accepter le Ritalin, malheureusement prescrit trop rapidement, à mon avis.

  • 19 oct. 2010
    Fermer
    Participation de Manon Sauvageau

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Manon Sauvageau
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 6 )

    Je trouve très dommage que le TDAH soit si mal connu. Derrière tous ces préjugés il y a des enfants et des parents malheureux. J'ai une fille de 19 ans qui a passé par toutes les phases de rejet parce qu'elle était différente. En tant que parent on doit travailler 2 fois plus fort pour aider nos enfants à réussir.

  • 12 sept. 2010
    Fermer
    Participation de Mathieu Chabot

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Mathieu Chabot
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 7 )

    L'article de Protégez-vous, comme c'est souvent le cas dans les médias à propos du TDAH, discute davantage de médication au lieu d'informer sur le trouble lui-même, ses symptômes et ses conséquences. C'est bien dommage. Il y aurait tant à dire pour informer les gens et défaire les préjugés que cet article à malheureusement entretenu.contribué

  • 10 sept. 2010
    Fermer
    Participation de Johanne Tousignant

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Johanne Tousignant
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 21 )

    Je suis une maman de 4 enfants de 28 à 6 ans. L'administration du ritalin est devenu aussi banalisé qu'à l'époque des mes aînés où l'on administrait sans trop de gên les paquets d'antibiotique pour toutes maladies infantiles de nature banale.... La difficulté actuelle que j'observe est que les enfants n'ont pas le droit d'être des enfants dans la cour d'école et les enfants doivent répondre au doigt, à l'oeil à toute forme d'autorité pcq nous sommes des adultes trop préocuppés, dépassés, stressés et peu enclin à voir bouger trop vite autour de nous. Les parents se font royalement embarqués dans des diagnostics où ils n'ont pas les connaissances pour contrer la petite pilule qui achète la paix à tous... Une génération de gars en désespoir, un taux de suicide qui n'a pas de sens, un système d'éducation qui s'entête à croire qu'il est le meilleur pour nos fils. Quand notre société se réveillera-t-elle pour laisser les enfants être des enfants, qu'elle encouragera nos enfants à dépenser l'énergie dont nous envions tant. JE crois que le trouble neurologique de plusieurs enfants est plus celui de la société où la performance et "fais pas trop d'air" sont de mises. À qui veut l'entendre, je crois que certains enfants ont des problématiques certes, mais je crois beaucoup plus que le problème est dans notre cour les adultes. Je suis très inquiète de l'avenir de notre beau petit monde médicamenté à tort et les répercussions sur leur vie d'adulte.

  • 7 sept. 2010
    Fermer
    Participation de Anne Boudreault

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Anne Boudreault
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 6 )

    Si on est sûr du diagnostic, et que c'est dans l'intérêt global de l'enfant (pas juste pour qu'il brille en silence à l'école), je suis pour certaines interventions médicales. Cependant, je m'interroge sur la facilité avec laquelle certains enseignants sautent à la conclusion qu'un enfant a besoin de médicaments, une facilité qui lance les parents dans un processus pénible et stressant de recherche du « problème » et d'analyse, ou dans une série d'affrontements avec le personnel scolaire. Combien d'adultes hyperactifs (pour prendre cet exemple) connaissez-vous? J'en connais personnellement deux. Deux dans tout mon cercle de connaissances. Proportionnellement parlant, ça me semble nettement moins que le nombre d'enfants médicamentés pour hyperactivité que l'on compte aujourd'hui dans certaines classes (je n'ai pas cherché de statistiques, je regarde simplement mes années de petite école quand mes enfants y étaient). Les enseignants ont-ils encore de la patience et le feu sacré, et la société, de la tolérance envers les personnes qui n'entrent pas dans le moule? Si votre cœur vous dit que votre enfant est juste « tannant » (en particulier avec certaines personnes ou dans certaines conditions), ne cédez pas aux pressions pour qu'on lui administre des médicaments. Si VOUS sentez dans votre for intérieur que quelque chose ne va pas chez votre enfant, alors cherchez jusqu'à ce que vous trouviez une réponse qui apaise entièrement vos inquiétudes. Bonne chance.

    • 22 févr. 2013
      Fermer
      Participation de manon boisvert

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par manon boisvert
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

      Je suis d'accord. Parfois les intervenants scolaires veulent uniformiser les enfants. L'école met de la pression sur ma soeur pour qu'elle donne de la médication à son fils de 9ans.

      L'éducatrice spécialisée lui a même dit qu'il a un TDAH alors qu'il n'a jamais été diagnostiqué! Mon neveu réussi très au-dessus de la moyenne dans toutes les matières. C'est un petit tannant qui s'ennuie probablement en classe. Alors, il dérange.

      Les intervenants se justifient en disant qu'ils veulent l'aider alors qu'ils l'ostracisent encore plus en accordant beaucoup plus d'attention à ses mauvais comportements.

      Comme son fils souffre aussi de la fibrose kystique,ma soeur refuse qu'il prenne une pilule de plus. Du coup, récemment, le pseudo-diagnostic a changé. Il est maintenant atteint de problèmes sociaux. Bref, ils sont sur son dos! Ma soeur est actuellement en démarche pour le faire évaluer au privé.

      Personnellement, je pense que mon neveu vit énormément d'anxiété à cause de sa maladie. Peut-être qu'il s'oppose inconsciemment à ce qui lui est demandé à l'école. Bref, un diagnostic de TDAH me semble farfelu dans ce cas-ci. Qu'en pensez-vous?

  • 29 août 2010
    Fermer
    Participation de Manon Pruneau

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Manon Pruneau
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 18 )

    Mon fils de 8 ans a été diagnostiqué tda à 6 ans lunatique à l,école il ne suivait pas...oubliait tout.. perdait tout...était incapable de mémoriser ...était anxieux...et avait de la difficulté avec sa motricité surtout fine...son estime e soi était à plat...après 50 séances de neurofeedback il revient de loin c'est un autre garçon

    • 3 sept. 2010
      Fermer
      Participation de MONA LEDUC

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par MONA LEDUC
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 7 )

      Je viens justement de lire sur le sujet...
      Comme ça semble intéressant cette approche.

      J'imagine que ça doit être très cher aussi?

    • 13 avr. 2012
      Fermer
      Participation de Sylvain Lebel

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Sylvain Lebel
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

      J'ai entendu parler de cette technique , je suis fort intéressé pour mon fils qui a été disgnostiqué tda .Quelle changement avez vous remarqué chez votre fils merci :)

  • 28 août 2010
    Fermer
    Participation de MONA LEDUC

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par MONA LEDUC
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 14 )

    Je trouve que la médication est une solution trop facile pour ces problèmes. Ne faut pas oublier qu'un médicament est une substance inconnue pour le corps et que l'on donne ça à des enfants et parfois en bas âge, ça me fait de la peine.
    En plus c'est souvent le début d'une cascade d'autres médicaments pour contrer certains effets secondaires. Bientôt nos enfants prendront autant de médicaments que nos personnes âgées.
    C'est hallucinant!!

    J'ai un petit-fils qui en a pris dès l'âge de 4 1/2 ans prescrit par un pédopsychiatre compétent de Ste-Justine. Faut noter également que le petit est déficient intellectuel avec d'autres problèmes en plus du TDAH et à l'âge de 5 ans il prenait déjà 3 médicaments.

    Un des effets secondaires du Ritalin est l'anxiété, alors que notre petit est très anxieux, imaginez....!!!!Alors il l'était encore plus.
    Ça m'arrachait le coeur quand il montait dans l'auto et que j'allais le reconduire à l'école. Il était assis et avait l'air d'un petit zombi et les profs et intervenantes étaient toutes contentes de le voir comme ça et bien, moi pas!!!
    Je sais qu'ils ou elles sont débordés mais ce n'est pas une façon de montrer à un enfant à se tenir tranquille.

    Il a maintenant 10 ans et ne prend plus aucun médicament depuis 2 ans, car je me suis battue et convaincue sa mère que ça n'avait aucun sens. Nous avons consulté un naturopathe, avons introduit des suppléments et maintenant il n'a plus l'air d'un zombi, il arrive à contrôler son impulsivité, son anxiété, sa concentration tout en gardant sa joie de vivre, et sa bonne humeur. C'est certain que ce n'est pas parfait, mais je connais des enfants qui prennent du Ritalin et ils ne sont pas parfaits non plus et au moins je suis certaine qu'il ne se fait pas de mal sans compter les effets à long terme???? Ils ne le savent pas et ne disent rien, mais dans 10-15-20 ans qu'est-ce qu'ils vont nous sortir???


    Je sais, les suppléments et les consultations, c'est pas donné, mais dans mon cas c'est moi qui lui paye et j'ai dis à ma fille tant que je vivrai cet enfant ne prendra pas ce genre de médicament.

    • 28 août 2010
      Fermer
      Participation de Maxime Larivière

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Maxime Larivière
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 7 )

      Il ne faudrait pas oublier non plus que les aliments et/ou produits naturels contiennent également bien souvent des "substances inconnues pour le corps" (je présume que cela veut dire des substances qui ne font pas partie de la constitution de base du corps humain). De plus, j'ignore si cela a été vérifié par le médecin traitant mais "l'effet zombie" auquel vous semblez faire allusion avec les psychostimulants peut être un effet secondaire associé à une dose trop élevée du médicament. Une diminution de dose peut alors être souhaitable. Et quant aux effets à long terme ; croyez-vous que les effets à long terme des suppléments et produits naturels sont bien connus??? Bien souvent, il n'y a même pas d'études prouvant l'efficacité de tels produits, alors imaginez le peu de connaissances reliées à leurs effets à long terme!

    • 3 sept. 2010
      Fermer
      Participation de MONA LEDUC

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par MONA LEDUC
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )
      Il ne faudrait pas oublier non plus que les aliments et/ou produits naturels contiennent également bien souvent des "substances inconnues pour le corps" (je présume que cela veut dire des substances qui ne font pas partie de la constitution de base du corps humain). De plus, j'ignore si cela a été v [...]
      Écrit par Maxime Larivière

      Bonjour Maxime,
      Je ne nie pas que tu as peut-être raison sur certains points de vue, mais pour le moment avec les informations et constatations que j'ai fais, je suis plus en paix avec les suppléments et à savoir pour les études qui sont faites avec les suppléments à long terme....
      Quand on regarde ce qu'ils nous passent: comme exemple, le vaccin qu'ils ont donné à une certaine partie de la population l'an dernier, ils n'ont aucune espèce d'idée ce que ça va donné dans 2- 5 ou 10 ans....Comme dirait mon prof: "Vaut mieux être guérit bêtement qu'être tué scientifiquement"....et il ajoute: ils sont où les morts d'une overdose de Vitamine C..... Quand on sait qu'il y a environ 1 hospitalisation sur 27 dû à la prise de médicament en France en 2008 (ce qui doit être environ l,équivalent au Québec), moi, ça me fait froid dans le dos....et m'encourage le plus possible à passer par d'autres alternatives que la médication....tout en restant éveillée et consciente que ce n'est pas fait pour tout le monde.

  • 27 août 2010
    Fermer
    Participation de Sylvie Hamel

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Sylvie Hamel
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 17 )

    Un mari et trois enfants souffrant de TDAH. Sans médication, ils ne réussiraient pas aussi bien à l'école (la plus âgée entreprend sa maîtrise). Plus important encore, ils sont plus heureux, leur vie affective et sociale est plus riche car ils peuvent plus facilement entrer en communication et contrôler leurs impulsivité.

    • 10 déc. 2010
      Fermer
      Participation de Marie-Andrée Thivierge

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Marie-Andrée Thivierge
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )


      Bonjour Sylvie, votre point de vue est important, je ne suis pas une adepte du Ritalin..mais lorsqu'on se rend compte que ça aide certains enfants ayant un déficit d'attention important a avoir une vie affective et sociale plus riche ; je crois qu'il faut essayer cette solution. Moi j'ai vue des enfants de 7 ou 8 ans avoir des idées suicidaire.. et n'avaient aucune estime d'eux-même car ils vivaient d'échecs en échecs au plan social et scolaire. La situation a complétement changé suite a la prise de Ritalin.Le critère est a savoir si le moyen que l'on utilise apporte une plus grande stabilité a l'enfant. Pour d'autres enfants lunatiques sans hyper-activité, la simple prise d'Oméga 3 était suffisante pour que l'enfant soit plus présent en classe.Il faut rester souple dans l'approche...et ouvert a différentes solutions.

  • 26 août 2010
    Fermer
    Participation de Tania AbouChacra

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Tania AbouChacra
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 9 )

    Étant parent d'un garçon qui est en cours d'évaluation pour poser un diagnostic de TDAH, je ne penche pas sur les chiffres d'affaires pharmaco mais plutôt sur la dynamique familiale, l'estime de mon enfant, sa persévérence, les echecs répétés à l'école et j'en passe.
    D'ailleurs, personne ne m'a poussé à donner quoi que ce soit à mon fils, personne ne s'est plaint de ses comportements. Il est dans la lune, il ne comprend pas ce qu'il lit, il n'est pas capable de faire des exercices de français et de math de 2ème année alors qu'il termine sa troisième année...
    Pourquoi on trouve plus d'enfant avec des problématiques? Très simplement, en plus de la connaissance scientifique qui progresse, la discipline à l'école n'est plus ce qu'elle était, la façon d'apprendre à lire non plus.
    Nous sommes loin d'un débat de chiffres d'affaire pharmaco. C'est un drapeau rouge quand à l'orientation d'une société et son éducation.
    Pour revenir à mon garçon, aprèes un mauvais diagnostique de brulements d'estomac et l'évidence d'un manque au niveau scolaire, j'ai fait appel au CLSC pour évaluation en avril 2010, ce qui a déboulé à une suite en neuro-pédiatrie puis en neuro-psychologie.
    Le but de ce parcours étant de s'assurer d'avoir le bon diagnostic sans négliger des aspects importants.
    pour finir, avec un rapport complet, nous attendons le RV du neuro-pédiatre pour la pose du diagnostique. La médication fait partie du traitement mais n'est pas le eul élément à regarder. Nous réorganison notre façon de faire, mon fils doit apprendre à lire les syllabes pour mieux les intégrer. Un suivi sera aussi à poursuivre.
    Bref, mon fils a de la difficulté à se concentrer et à maintenir sa concentration longtemps.
    Avant de juger et critiquer, s'informer est la clé de tout car les psochostimulants ne sont pas des neuro-stimulants et l'Adderal n'a pas la même fonction que le Concerta ou le Ritalin. L'amphétamine ne se trouve pas dans les psychostimulants...
    Bref, la lecture est la clé des connaissances.
    La morale de l'histoire c'est que le processus est long mais important avant de donner une pillule à notre enfant. Et la fameuse pillule n'est pas la solution en soi mais fait partie d'une panoplie de changements dans la vie familiale.
    Personnellement, je suis en réflexion quand à demander une évalutaion pour moi-même...

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de Cathy Charrois

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Cathy Charrois
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 20 )

    Probablement que ces messieurs n'ont pas à vivre avec un enfant hyperactif/impulsif car il pourrait constater que la médication aide vraiment certains enfants atteints de ce problème. Mon enfant ne fait pas partie d'une famille défavorisé ni monoparentales. Dans son cas, le trouble est génétique puisque mon père à le même problème. Je ne considère pas que le médicament me dédouane de mes responsabilités. Vivre avec l'hyperactivité est très difficile pour un enfant et pour les membres de sa famille également. Le jour où nous avons pris la décision d'essayer la médication pour notre fils, nous l'avons vu sourire à nouveau. Difficile pour un enfant de se faire étiqueter par la société, de ne pas se faire inviter chez les amis, de se rendre compte qu'il dérange tous les pairs de la classe, mais qu'il est hors de son contrôle d'arrêter. Mon fils a maintenant plus confiance en lui et vit des réussites. Je constate une énorme amélioration de son comportement. Les gens jugent sans connaître! Il est évident que tous les enfants turbulants ne doivent pas être médicamentés. Nous avons choisi une qualité de vie pour notre fils et nous ne regrettons rien.

    Cathy C.
    maman et enseignante au primaire

    • 2 févr. 2012
      Fermer
      Participation de sylvio bourget

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par sylvio bourget
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 3 )

      bonjour Cathy
      j ai lu tous les messages précédant et tu est la seule qui parle du même problème que nous avons
      Mon fils n as pas de problème d apprentissage , bien au contraire , mais il est d'une impulsivité et d une agressivité assez élevée .
      L école nous menace , mais on nous parle de ''déficit d'attention '' et nous ne reconnaissons pas notre fils dans ce diagnostique car il a été diagnostiqué TDAH .
      Bref , peut tu me dire quelle hormone on a donné à ton fils , les effets secondaires, si ca marché du premier coup etc ??
      merci de ton aide précieuse ..
      Sylvio

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de lilianne faucher

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par lilianne faucher
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 19 )

    Je suis une adulte qui prend du concerta depuis quelques années seulement. Et je comprends que si j'avais eu la chance d'avoir eu mon diagnostic avant toute ma vie aurait été plus facile. Un enfant qui a cette difficulté d'attention et de concentration fini par croire qu'il n'est pas intelligent, différentet cela n'a aucun rapport avec le QI. L'estime de soi diminue rapidement. Je suis enseignante depuis plusieurs années déjà et n'hésiterai pas à conseiller la médication si après avoir fait les vérifications et évaluations nécessaires cela est prescrit. Mon médecin a préféré demander l'avis d'un psychiâtre avant et j'ai fait les évaluations en neuropsychologie. Le psychiâtre affirmait que j'étais en dépression et me prescrivait des paxils. Je n'aurais jamais réussi à faire un baccalauréat selon lui si c'était un déficit d'attention. Alors que les évaluations en neurospychologie ont révélé une intelligence supérieure à la moyenne avec un déficit d'attention qui avait sûrement demandé beaucoup d'énergie pour réussir à persévérer dans mes études. En tant que parents, il faut prendre le temps d'investiguer et ne pas rejeter systématiquement la médication. Les références mentionnées dans ce dossier méritent d'être consultées.

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de Lucien Fortier

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Lucien Fortier
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 25 )

    Depuis quelque années, mon petit fils prend de cette cochonnerie. Au lieu que certain cherche le probleme du coté parental ;il plus afcile de déduire iun p^robleme d'innatention chez l'enfant car il est lunatique et il demande l'attention des adultes (ses parents). C'est le cas de mon petit-fils qui a aujoud'hui 9 ans et le voila avec cette drogue de facilité. Vaux mieux écouté certains Psy et de s'appercevoir que notre enfant est plus calme, il dérange moins, et durant ce temps la, nous autres les adultes nous pouvons vaguer a notre petit train train de tous les jours sans se faire déranger. Ou est l'essentiel d'une famille, ou en est rendu le role des parents? C'est vraie, aujourd'hui la mode est a la séparation des couples. Vaux mieux se cacher nos problesmes de comportements adultes que de voir au bien-etre de nos enfants. Pour moi cette drogue est utilisé a outrance et surtout pour remplir les poches du gouvernement, du fabriquant , du medecin et du pharmacien mais tout en oubliant le bien-etre des enfants que seulement un moment d'attetion a leur égard pourrais etre la solution.

    • 26 août 2010
      Fermer
      Participation de BERNADETTE FOREST

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par BERNADETTE FOREST
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 23 )

      Une des difficultés pour les parents d'enfants TDAH, c'est notamment de vivre avec les préjugés de l'entourage. Les parents ont déjà de la difficulté à vivre avec la différence de leur enfant et tout ce que ça implique dans la vie de tous les jours, en plus ils se font juger comme parents incompétents ou égoïstes. Il est facile de juger quand on ne vit pas au quotidien avec l'enfant! Étant la mère d'un enfant avec un TDAH sévère, je considère que j'aide mon enfant en lui donnant une médication qui lui permet de se contrôler un peu plus dans tous les milieux de sa vie. En vieillissant, il s'en rend d'ailleurs compte par lui-même!

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de Zahra Badaroudine

    Commentaires publiés : 4

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Zahra Badaroudine
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

    "Si les problèmes surgissent à l’école, c’est probablement d’abord parce que le tempérament et le style de votre enfant ne correspondent pas aux exigences du système scolaire." Il en a des bonnes, David Cohen! Devrait-on changer le système scolaire pour qu'en tout milieu scolaire, il y ait un espace réservé aux enfants diagnostiqués comme souffrant d'un TDAH (5 à 7% des enfants, garçons comme filles, n'oubliez pas)? Et cela est sans compter que la plupart des enfants (70% d'entre eux selon wikipedia) ne voient pas les symptômes disparaître à l'âge adulte. Devrait-on aussi adapter les milieux du travail pour ces personnes? Ou, pire, les diriger systématiquement vers des milieux de travail qui correspondent au TDAH, mais sans considération pour leurs intérêts?

    Je ne nie pas qu'il puisse y avoir des diagnostics abusifs. Cependant, je peux vous garantir que les enfants souffrant de TDAH sont sous-diagnostiqués. Surtout les filles. Ces dernières étant socialisées à être moins physiques que les garçons présentent des comportements moins dérangeants pour les professeurs, mais l'effet à long terme de ne pas les diagnostiquer et les suivre (et médicamenter si nécessaire et désiré) est le même que de ne pas diagnostiquer et suivre un garçon souffrant de TDAH: impression de ne jamais performer à la hauteur de ses compétences, mauvaise estime de soi, etc.

    Tant que la société ne s'adapte pas au fait que tous ne sont pas fait pour suivre le moule unique, les enfants souffrant de TDAH prendront des médicaments. Ce n'est pas à eux de payer de leur futur afin de changer le monde. C'est au monde de décider que le taux de médicamentation de ces enfants est inacceptable et de changer en conséquence.

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de JEANNINE MAINGUY

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par JEANNINE MAINGUY
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Je vous comprend Angèle et Stéphane, car nous sommes parents et fesons de notre mieux. Mon fils maintenant âgé de 15 ans à eu un diagnostique TDAH avec hyperactivité. Il est médicamenté depuis sa 1ere année primaire. Aujourd'hui, encore, j'en apprend sur la santé. C'est le 2e congé scolaire (été) que mon fils ne prend pas du tout sa médication. Ce que j'ai fait cette année de nouveau, je lui fait prendre des suppléments alimentaire, huiles (poissons) et calcim (qui contient du magnésium)d'une entreprise mondiale. J'ai vue du changement cet été. Je sais que les produits naturels ne guérit pas, ne soigne pas ect..sauf que belle coindidence ! J'ai l'intention pour débuter son année scolaire la semaine prochaine, de ne pas recommencer sa médication. Alors,faites comme moi...de votre mieux

    • 2 sept. 2010
      Fermer
      Participation de Diane Bernier

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Diane Bernier
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

      Mon expérience est qu'à l'adolescence la plupart des jeunes n'ont plus d'hyperactivité et un trouble de l'attention modéré est gérable sans médication la preuve mon mari, son frère et sa soeur tous diplômé de l'université (ingénieur, médecin et analyste) sans médication mais il en va tout autrement avec un enfant.

      Les produits naturels n'ont rien à voir là-dedans. Au fait les produits dit naturels ont tous été évalués par des chercheurs sérieux sur le TDAH et sont sans effets.

  • 25 août 2010
    Fermer
    Participation de josée bourgault

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par josée bourgault
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 13 )

    David Cohen parle de l'école; le TDAH ce n'est pas qu'à l'école qu'il se manifeste, c'est aussi à la maison et dans les activités sociales; le tdah a des répercussions dans toutes les sphères et malgré la mise en place de plusieurs mesures alternatives à la médication et des habitudes de vie saines et l'absence de télé/ordi la semaine et sa limitation la fin de semaines, ça peut devenir cauchemardesque. C'est plus qu'un enfant un peu turbulent ou mal encadré.

  • 21 août 2010
    Fermer
    Participation de ANGELE LACROIX

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par ANGELE LACROIX
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 24 )

    J'ai 2 garçons qui ont été mal diagnostiqués avec TDAH... un qui est maintenant autistique asperger... et l'autre a un diagnostic de dispraxie. Allez chercher 2, 3, 4 diagnostiques si vous croyez que votre enfant n'a pas de déficit d'attention... et surtout n'a pas besoin de ritalin...la ligne est mince entre asperger et TDAH.. et de même pour dispraxie... aller lire, vous verrez que même les professionnels de la santé sont en questionnement à ce sujet. Peut-être un autre sujet pour nos fantastiques recherchistes de Protégez-Vous :-)

    • 24 août 2010
      Fermer
      Participation de Stéphane Poirier

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Stéphane Poirier
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 10 )

      Vous semblez dire que le médicament est à l'origine de l'autisme et de la dyspraxie chez vos garçons. Est-ce l'opinion de votre médecin? Nous avons fait évaluer notre enfant par un pédopsychologue du centre de psychologie Gouin. Le diagnostic indique un TDAH sans hyperactivité et nous sommes en accord avec cette évaluation. Cette démarche nous a couté 600 $ incluant le rapport écrit et vous nous conseillez de faire 2, 3 ou même 4 évaluations! Nous lisons beaucoup, nous analysons et évaluons la possibilité de médicamenter notre fils. Nous n'avons pas encore pris la décision. Honnêtement, je ne suis pas convaincu que le diagnostic serait bien différent avec d'autres psychologues.

    • 25 août 2010
      Fermer
      Participation de claude methot

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par claude methot
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 6 )

      Stephan: non Je crois qu'Angèle veux plutôt parler d'un Diagnostic trop hâtif ou erroné. Il est courant que les médecins généraliste, établissent un diagnostic de TDAH à des enfants qui on le Asperger due à la similarité des symptômes.
      Mauvais médecins? Plutôt diagnostic hâtif, souvent aider par les parents qui veulent une répondes au plus vite. On peut comprendre les parents qui vivent avec un enfant non diagnostiqué, qui doit attendre 6-8, 12 mois pour voir un spécialiste dans le domaine. Avant d’être diagnostiqué, nombreux pensent qu’ils sont de mauvais parents dus au comportement des enfants. Aussi, autres, pensent qu’ils sont de mauvais parent s’ils donnent des médicaments à leur enfant.
      Certain TDAHeux peuvent contrôler leur symptôme, d’autre non. Comme certain diabétiques on besoin d’insuline, d’autre non. Certaine habitude alimentaire peuvent diminuer les symptomes et rendre le contrôle plus facile. Mais pour certain les médicaments sont necessaire.

    • 26 août 2010
      Fermer
      Participation de Joé St-Germain

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Joé St-Germain
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

      Bonjour, je crois que Mme. Lacroix mentionne que deux de ses garçons ont faussement été diagnostiqués comme ayant le TDAH, et non pas que la médication qui en a résulté est la cause des afflictions réelles, comme vous semblez avoir compris. Bref Mme. Lacroix suggère aux gens de consulter d'autres avis sur le diagnostic final du TDAH sans quoi la médication ne sera pas la bonne.

      Merci

    • 5 sept. 2010
      Fermer
      Participation de ANGELE LACROIX

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par ANGELE LACROIX
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

      Stephan et Joé vous avez bien compris... Merci d'avoir clarifié mon commentaire précédent.

Retour à l'article


Promotion iPad