X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Entrevue exclusive avec le Dr Fernand Turcotte

Par Rémi Maillard

Mise en ligne : février 2010


«J'ai le sentiment d'avoir été floué!»

- Le Dr Fernand Turcotte est l'un des cofondateurs du Département de médecine sociale et préventive de l'Université Laval. Il y a enseigné durant plus de 30 ans et demeure actif dans le domaine de la santé publique.


Q. Le Conseil de l'Europe a ouvert une enquête sur le rôle des compagnies pharmaceutiques dans la campagne orchestrée autour du virus H1N1. Un débat d'urgence a été lancé le 26 janvier dernier et un rapport est attendu d'ici l'été. Que pensez-vous de cette démarche?


R. S'il y a un organisme capable d'aller au fond des choses, c'est bien celui-là. L'hypothèse de la sous-commission de la Santé du Conseil de l'Europe, c'est que les organismes chargés de conseiller la direction de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont peut-être été corrompus. Faire ce travail est absolument essentiel. C'est un cadeau du ciel qu'on ait pu trouver au sein de cette commission technique des gens qui avaient à la fois les connaissances et le courage de prendre l'initiative et de la mener à son terme.

Q. Le Dr Wolfgang Wodarg, qui présidait la sous-commission de la Santé, estime qu'il s'agit d'une «pseudo-pandémie» et que cette affaire illustre la faillite des grandes institutions de santé publique nationales...

R.
Ce diagnostic me paraît plausible, même si j'y mettrais un bémol. Quand on a créé l'OMS après la Seconde Guerre mondiale, il avait été convenu qu'elle aurait la responsabilité de reconnaître une situation d'urgence et de déclencher les mécanismes de santé publique qui, eux, relèvent de la compétence des États membres des Nations Unies. Évidemment, tout cela repose sur le postulat que l'OMS doit prendre des décisions fondées essentiellement sur la connaissance scientifique et la protection de la santé de l'humanité. Il est possible qu'il y ait eu conflit d'intérêts au sein de cette organisation. Une fois que la décision est prise par l'OMS, même si les autorités nationales de santé publique ne sont pas tout à fait d'accord, elles n'ont pas vraiment le choix, elles doivent passer à l'offensive. On fonctionne un peu sur le modèle militaire. Il faut examiner les circonstances qui ont mené les comités consultatifs de la direction de l'OMS à changer la définition de pandémie. Il y a eu une telle précipitation des événements que tout cela est inquiétant. En tout cas, cela soulève des questions auxquelles il faut donner des réponses convenables. Et la seule façon d'y arriver, c'est d'utiliser le mécanisme préconisé par le Conseil de l'Europe.

Q. Ne faudrait-il pas réévaluer la façon dont les décisions sont prises à l'OMS?

R.
 C'est peut-être en effet l'une des conclusions auxquelles l'enquête finira par aboutir. Mais en ce qui concerne le Canada et le Québec, j'ai été agréablement surpris de voir l'extraordinaire capacité de notre système de santé publique à mener une mission aussi délicate que celle-là. À ma connaissance, c'est la première fois qu'on a été en mesure d'assister à pareille démonstration. Bien sûr, il y a eu quelques accidents de parcours, mais dans l'ensemble il est très rassurant de voir qu'on a été capable de rejoindre la proportion de la population qu'il fallait rejoindre pour la protéger contre les effets d'une pandémie, dans les délais requis et sans bouleverser pour autant l'organisation et le fonctionnement habituels du reste du système de santé.


Q. Mais en fin de compte, il n'y a pas eu de pandémie...

R.
En effet, il est clair qu'il n'y en a pas eu. Certains diront qu'il n'y a pas eu de pandémie précisément parce qu'on a vacciné les gens... Jusqu'à un certain point, les arguments en faveur ou non de la vaccination de masse ne sont pas vérifiables. Dans les faits, on pourrait arguer qu'il y a toujours un risque quand on anticipe l'arrivée d'une pandémie; il y a toujours la possibilité que la pandémie ne survienne pas, même si on ne fait rien. Le problème, c'est d'évaluer l'ordre de grandeur du risque qui est acceptable pour l'opinion publique. Et c'est là que les scientifiques qui sont censés siéger aux comités consultatifs sont tellement critiques. Mais encore faut-il que ces scientifiques-là ne soient pas en conflit d'intérêts.


Q. Sachant que le système de santé québécois est à bout de souffle, n'a-t-on pas dépensé de manière inconsidérée quelque 200 millions de dollars et gaspillé beaucoup d'énergie pour contrer une menace largement exagérée?

R.
Bien sûr que ça a coûté du fric! Il est évident que cette dépense-là est une perte sèche nette si le risque n'existait pas. Rétrospectivement, on peut s'apercevoir que la menace était théorique ou mal identifiée. Nous avons été victimes de mécanismes auxquels nous faisions confiance et qui n'ont pas été à la hauteur. Mais parce qu'il faut préserver intacte la crédibilité du système de santé publique, il importe de trouver exactement ce qui n'a pas fonctionné. Selon moi, c'est au sommet du système de santé publique international qu'il faut chercher, c'est-à-dire à l'OMS. Dans ce contexte-là, non seulement il est important de reconnaître le problème et de le corriger, mais il faut surtout faire comprendre à la population que nous avons été collectivement victimes de la corruption d'un organisme international qui était investi de la mission de nous protéger, et qui n'a pas fait son job pour des motifs fondamentalement commerciaux.


Q. Certains spécialistes dans plusieurs pays, notamment en Europe, ont émis des doutes dès le printemps 2009. Au Québec et dans le reste du Canada, aucune voix critique ne semble s'être élevée...

R.
Pourtant, je peux vous assurer qu'il y en avait, puisque j'en faisais partie. Alors comment se fait-il qu'on n'ait rien dit? Eh bien, nous n'avons rien dit parce que, d'une part, nous n'avions pas toute l'information et que, d'autre part, en santé publique, une fois qu'une opération comme celle-là est lancée, il faut la mener à son terme. Évidemment, dans la mesure où tous les éléments de la chaîne de commandement font leurs devoirs. Mais on ne peut pas passer son temps à se demander si la chaîne d'autorité a fait son travail. Il faut croire qu'elle l'a fait, autrement nous serions constamment empêchés de faire notre boulot. Pour intervenir sur un problème comme une pandémie, on n'a pas vraiment le choix des moyens. Surtout quand on doit mobiliser les systèmes de santé de 196 pays, qui ont chacun leurs priorités et leurs manières de fonctionner. Sur certaines choses, il faut donner le la. Et tout le monde doit le respecter.


Q. C'est l'argument-clé de la direction de l'OMS, qui se défend en disant qu'elle ne pouvait pas prévoir l'ampleur de la «pandémie» et qu'elle a donc bien fait son travail...

R.
C'est très facile de dire ça pour l'OMS! C'est pour cela qu'il est très important qu'on amène l'OMS à faire face à sa responsabilité. Or, je ne savais pas qu'une majorité des membres des comités consultatifs sont en situation de conflit d'intérêts. J'aurais refusé de répondre à la question si vous me l'aviez posée il y a deux mois. Mais depuis, il y a eu la décision du Parlement européen. Et j'ai maintenant une confirmation de mes propres soupçons par des gens qui sont très près du centre de la prise de décisions. Mais sur la foi des informations dont je disposais, je n'aurais jamais osé susciter une intervention publique qui aurait pu perturber l'opération de santé publique que le Québec ou que mon pays était en train de mener.


Q. Obéir aux directives de l'OMS pour mener les opérations dans chaque pays est une chose. Mais encore faut-il qu'au sommet de la chaîne de commandement il y ait des gens intègres qui prennent des décisions éclairées, pour le bien du plus grand nombre...


R. Exact. Quand je suis forcé d'envisager cette possibilité de conflits d'intérêts et de failles dans la chaîne de commandement, c'est un peu comme si vous me contraigniez d'envisager que la Vierge Marie soit un travesti... En tant que spécialiste et en tant que citoyen, j'ai le sentiment d'avoir été floué. Si le Conseil de l'Europe arrive à la conclusion qu'il y a eu d'importants conflits d'intérêts en jeu, ce sera une trahison extrêmement grave du mandat qu'on a donné à l'OMS.


Q. N'est-il pas naïf de penser que l'OMS soit animée du seul souci de protéger la population et que ses dirigeants restent insensibles aux pressions des très puissants lobbies pharmaceutiques?


R. On peut qualifier ça de naïveté! Mais il faut comprendre que les mécanismes qui nous mettent à l'abri des conflits d'intérêts ne sont pas encore très bien connus, même des médecins. La situation a vraiment commencé à se détériorer au début des années 1980, pour en arriver aujourd'hui à un état de faillite éthique de la médecine occidentale. Le phénomène a commencé sous les années Reagan, mais il s'est vraiment accéléré sous l'administration Clinton. Et à partir du milieu des années 1990, nous avons assisté à une castration systématique de tous les mécanismes de protection, et de toutes les voix critiques. Toutefois, on avait l'impression que cela concernait uniquement le domaine de la médecine traditionnelle, et que les programmes de santé publique avaient été épargnés. Ils le sont encore pour l'instant, malgré cette affaire des vaccins contre le virus H1N1. C'est nouveau que les vaccins intéressent l'industrie pharmaceutique. Maintenant qu'ils coûtent moins cher à produire et que leur «durée de vie de tablette» est beaucoup plus longue qu'auparavant, ils sont tout à coup devenus un marché intéressant. De plus, avec les maladies infectieuses, il est terriblement facile d'instaurer un sentiment de panique au sein d'une population, de «bousculer» ses autorités politiques et donc de leur faire prendre des décisions dans des contextes où on n'a jamais le temps de tenir compte de tous les paramètres critiques.


Q. Cette affaire de «fausse» pandémie ne risque-t-elle pas de porter atteinte à la crédibilité des autorités sanitaires? Parce que, au fond, on a crié au loup pour rien...


R. C'est en effet le principal danger. Le risque que cet échec catastrophique rejaillisse sur les gens qui n'en sont pas responsables, et que cela nous empêche de fournir à la population la protection que pourrait exiger un autre événement. On recevrait alors le coup de poing après avoir reçu la gifle! C'est toujours la même population qui paiera les pots cassés. Ce serait vraiment grave et injuste, car je pense que 99,9 % des acteurs sur les scènes nationales ont été de bonne foi. Selon moi, il a peut-être suffi d'une demi-douzaine de scientifiques véreux pour créer pareille dérive au niveau mondial.


Pour en savoir plus: Dossier de l'OMS sur la grippe A et la réponse de l'organisme aux allégations de conflits d'intérêts et de fausse pandémie

Sommaire +
Articles

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

46

Réagissez!

D'après vous, l'alerte pandémique de grippe A (H1N1) était-elle justifiée ?

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 12 oct. 2014
    Fermer
    Participation de Simon Chamberland

    Commentaires publiés : 14

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Simon Chamberland
    (Participant actif)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Quand l'alerte fut donnée, elle l'était. C'est plus facile de jouer aux gérants d'estrade, mais ceux qui devaient donner l'alerte avaient un choix à faire.

    S'ils ne donnaient pas l'alerte et que le taux de mortalité de cette grippe était aussi haut que ce que les premières infections le laissent croire, ont aurait eu un grave problème.

    S'ils donnaient l'alerte et que l'épidémie restaient contenue, comme ce fut le cas, grâce à la vaccination, ils sauvaient des vies.

    S'ils donnaient l'alerte pour rien, le pire cas de figure possible pour eux étaient d'alimenter des théories du complot.

    J'aurais bien aimé voir les journalistes critiqueurs prendre les décisions durant le printemps 2009.

  • 22 mai 2012
    Fermer
    Participation de Ginette Perron

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Ginette Perron
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    NON NON et NON Que de peur, d'anxiété, de ravage pshycologique et psychique. Encore aujourd'hui, moi et des gens que je connais, nous manquons toujours de confiance aux décisions prochaines qui pourront être prises dans l'avenir de notre santé. Il va falloir de solides preuves et des ordonnances exactes et véridiques. DP

  • 8 oct. 2010
    Fermer
    Participation de Danielle Chaput

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Danielle Chaput
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 6 )

    Voici un commentaire de mon fils Antoine en novembre 2009. Il avait 17 ans.

    Bonjour à tous les gens qui me liront,

    Devant la peur grandissante vis-à-vis la H1N1, j'ai décidé de faire un calcul très simple. Alors voici:

    -Selon l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé, 250 000 à 500 000 personnes meurent de la grippe saisonnière à chaque année.
    -Le pays où la grippe H1N1 a été la plus dure quant au niveau de mortalité est le Brésil, où 657 personnes en sont mortes depuis son apparition. (Soit dit en passant, le Brésil a une population de 191 043 661 habitants...)

    Bon, imaginons que tous les pays du monde (Monaco, Singapour et le Vatican y compris!) aient le même nombre de décès que le Brésil (ce qui est bien sur absurde), où la grippe H1N1 a fait le plus grand nombre de victimes, alors elle aura tué 126 801 personnes depuis son apparition.
    Un petit rappel: c'est 250 000 à 500 000 personnes pour la grippe saisonnière CHAQUE ANNÉE!(Mon calcul, pour les plus méticuleux: 657 x 193 (le nombre de pays dans le monde depuis 2006) = 126801)

    En gros, s'il y a une pandémie, c'est une pandémie de grippe saisonnière, et ce, depuis l'antiquité. (Hippocrate fut le premier à décrire les symptômes de la
    grippe, il y a 2400 ans.)

    Alors continuez d'avoir peur si ça vous fait du bien, mais moi, je suis vraiment écoeurer de me faire rabattre les oreilles avec de telles conneries!

    Sans rancunes,

    Antoine Trudeau





  • 19 juin 2010
    Fermer
    Participation de MARCEL KESSIBY

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par MARCEL KESSIBY
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 5 )

    On a profité de l'ignorance de tous y compris les spécialistes de la santé pour nous faire croire qu'il était impératif de se faire vacciner sinon on courait un danger de répandre le virus pour les gens qui nous entourent et pour la société. Quelle naïvité on a exploité le malheur des peuples pour faire de la grosse argent. ON AURAIT DU DEMANDER AUX COMPAGNIES PHARMACEUTIQUES DE REMBOURSER LES PAYS QUI ONT ACHETÉ DES GROSSES QUANTITÉS DE VACCIN ET CELA À TRAVERS LE MONDE, afin de faire réfléchir les dirigeants desdites compagnies de ne pas nous passer un autre sapin comme celui-ci.

  • 13 juin 2010
    Fermer
    Participation de Ginette Perron

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Ginette Perron
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 7 )

    NON. Ma soeur m'a tellement harcelé que je me suis fait injecté ce vaccin contre mon gré. J'ai tellement pleuré et regretté. J'en avais aucune confiance. Ma fille enceint de près de 9 mois s'est faite vacciné sans adjuvant. Sa grossesse suivie a tous les mois par un spécialiste s'est déroulée normalement. Trois semaines après son injection, son médecin l'a faite accouchée car son petit bébé maigrissait et sa respiration était courte. Il est né avec une pneumonie des poumons qui peut le marquer pour sa vie, aphnée du sommeil, placé dans un incubateur connecté de la tête au pieds, manquant de force pour l'allaitement, etc. Toute la peur, l'inquiétude de le perdre après 5 années d'attente de ce petit être a cause de ce damné virus du H1N1 et du gouvernement qui n'a pas pris la peine d'analysé ce vaccin. Malheureusement, ce sont des êtres innocents qui en subissent les conséquences pour la vie. Ginette Perron

  • 6 avr. 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Marc Homer

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Marc Homer
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    La préparation jusqu'a un certain point était justifié, car on doit se préparé comme personne ou socièté a tous phénomène ( maladie, catastrophe ou autre) qui peut arrivé, ou les autorités on pris le champs et pas a moitié c'est qu'onsavait depuis avril dernier que sa serait beaucoup moins importamt et dangereux que prévu au départ n'étant pas le même virus qu'anticipé et on n'a embarqué les médias dans une rocambolesque fin du monde ou presque ( on n'a faite passé les personnes qui était contre ce virus, comme des personnages qui voulait faire peur disant que leur prétentions ne reposait sur aucune rigueur scientifique ?) Mais nos bon scientifique se sont trompé et pas a peu près, la preuve que le vaccin était peu ou pas approprié c'est que la Pologne qui N,a faite aucune campagne de vaccination a eu mois de décès que nous, Essayer de comprendre.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Lucide

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Lucide
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Oui et non. Le virus était bel et bien à nos portes, puisque j'en ai "fait l'expérience", 12 jours après avoir reçu le vaccin. Le vaccin a été disponible beaucoup trop tard et si j'avais pu le recevoir plus tôt, j'aurais été protégé à temps. Je n'ai jamais été aussi malade de ma vie et j'ai mis plus d'un mois à m'en remettre. Il n'y a pas que le vaccin qui a coûté cher aux contribuables, mais aussi la prolifération des publicités inutiles. Dans mon journal, pendant plusieurs semaines voire des mois, on trouvait une à la suite de l'autre de pleines pages de publicité tantôt payée par le Fédéral, le ministère québécois de la santé ou le centre local de santé. La publicité du centre local avait au moins le mérite de donner des infos pratiques (lieux de vaccination, horaires, nos de tél.) alors que celle plus "gouvernementale" ne nous apprenait rien; de pleines pages à grands frais pour nous dire que "se faire vacciner, c'est important". Combien de millions ont ainsi été dépensés inutilement ? Une concertation entre les divers intervenants aurait été toute simple et aurait évité tout ce gaspillage.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Julienne Michaud

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Julienne Michaud
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Oui, il y avait pandémie selon la définition qu'elle a; mais il manque un élément à cette définition et c'est l'indice de gravité. C'est ce qui a faussé les perceptions et entraîné une panique qui n'avait pas lieu d'être.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Non, On a l'impression d'avoir eu affaire à des enfants d'école qui ne savaient pas comment s'y prendre. Comme s'ils avaient autre chose à faire oubliée.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de raymond de huntingdon

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par raymond de huntingdon
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Q'aurait-on dit si la pandémie aurait été plus sévèere qu'elle ne l'a été?. S'il y avait eu des millions de mort et qu'on aurait vacciné peu ,quel scandale ?. Le vaccin semble avoir été efficace et il y a eu peu d'effets secondaires.De plus il y a des gens qui ont été très malade et ont du être hospitalisés dans des lits de soins intensifs.ALors que çe que j'entend comme commentaire représente encore une banalisation de maladies mortelles comme si le problème n'arrive qu'aux autres. Je crois que les aurorités de l'OMS ont au contraire bien réagit face à une pandémie qui aurait pu être autrement sévère.Tant mieux si elle ne l'a pas été. Ceci dit je suis comme le Dr. Biron généralement très sceptique face aux compagnies pharmaceutique en général Raymond Lemieux Médeçin de campagne

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Isabelle Senécal

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Isabelle Senécal
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

    Finalement non. Je suis furieuse d'être tombée dans le panneau et furieuse qu'on ait culpabilisé les gens qui refusaient le vaccin!

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Je ne crois pas, je ne l'ai jamais cru non plus. Je ne suis pas allé me faire vacciner. Je n'en veux pas à notre gouvernement, car il a été naif et prudent. C'est mieux que d'être négligeant. Pierre Napierville

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Avant de lancer des pierres à l'OMS, attendons les bilans : Comment affirmer que la panique était "non fondée" lorsqu'une souche similaire du virus a fait entre 30 et 100 millions de morts en 1918-1919 avant les antibiotiques et la vaccination? C'est pas banal, faut réagir. Les antibiotiques n'interviennent qu'une fois qu'on est atteint. La vaccination d'une personne peut empêcher la transmission, si l'on considère la caractère exponentiel de la contagion, à des milliers d'autres! Alors avant de lyncher l'OMS sur la place publique, p-e on devrait la remercier d'avoir sauver la vie de nos ado et enfants, non?

    • 1 oct. 2010
      Fermer
      Participation de Rachelle Blais

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par Rachelle Blais
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

      Youhou, on est plus en 1918-19, c'est maintenant en 2010 qu'on est rendu et tout ce qui va avec, c`-a-dire, hygiène, médecine, technologie, etc....

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Tout à fait injustifiée et a occasionnée des coûts exhorbitants à nos gouvernements donc, par le fait même, à tous les payeurs de taxes que nous sommes.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 3 )

    Les gens se sont fait avoir tout simplement! Un coup bien monté! Une véritable supercherie! Fallait s'y attendre puisque la «médecine» aujourd'hui ressemble beaucoup plus à une religion qu'à une science!!!Y. Martineau, New Richmond, Gaspésie.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    nullement

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Oui, le virus de type A dont il est question est du type à muter spontanément vers un type plus agressif et sa cible est nettement différente des virus traditionnels qui font " le ménage" dans nos centres d'accueils pour personnes âgées. Le fait d'avoir réduit la propagation du virus a certainement aidé à réduire le risque de mutation et il est malheureux que puisqu'on a sans aucun doute évité le pire, les partisants de la théorie du complot puissent se sentir triomphants.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    non,

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Maintenant, on sait que non mais au début, j'y ai cru, comme bien du monde! Heureusement que le vaccin n'a pas été disponible tout de suite, dans la panique engendrée, j'aurais été la première à sauter dessus! Grâce au temps que j'ai eu pour faire des recherches plus poussées avant que le vaccin soit disponible, j'ai décidé de ne pas me fier à ce qui était véhiculé haut et fort dans les médias et par les gouvernements, et d'aller chercher plus d'informations, plus en profondeur, et de décider ensuite. Finalement, après avoir fouillé le net, lu des tonnes d'articles pour et contre le vaccin, changé d'idées 20 fois j'ai fini par décider que j'avais plus peur du vaccin expérimental pour mes 5 enfants que du risque qu'ils attrapent la grippe et je n'ai pas fait vacciner personne. J'espère que c'est ce que les gens ont appris avec toutes ces histoires et que, à la prochaine alerte, au lieu de penser tout de suite que c'est encore une arnaque, la population s'informera au maximum avant de croire ou de ne pas croire à ce qui est dit!!!

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Une vraie arnaque que cette histoire de pandémie comme les autres, (vache folle, grippe aviaire et les autres....) Ce qui est inquiétant est que:Une bonne fois ce sera vrai et personne ne croira les gouvernements et autres de la santé...

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 3 )

    Je ne crois pas qu'une telle panique était justifiée. Le vaccin devenait tellement important qu'on se sentait criminel à la seule idée de le refuser. Mon fils de 14 ans a vécu la H1N1 au printemps dernier ... Il a été TRÈS malade, mais jamais on a craint pour sa vie! Par contre, cette automne, les médias en parlaient tellement, ils mettaient tellement l'accent sur les morts, que tout le monde a cru pouvoir en mourrir, même les gens en bonne santé! Il y a eu exagération c'est certain. Je comprends qu'on ait eu peur pour les personnes à risque, mais de là à vacciner toute la population, tous les gens en bonne santé, je crois qu'effectivement l'argent a mené le monde dans cette affaire!Marie-France

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    non, les gouvernements se sont fait avoir encore une fois !!!!!

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Non! Après votre démolition en règle de votre autre papier sur la médecine Germanique ou tout autres médecine ou soins alternative et en censurant et filtrant nos commentaires contre vos papier et la médecine officiel autant corrompu, partie pris et ayant bien plus de morts au prorata par rapport à tout autre traitement alternative légitime ou charlatant, j'espère que vous vous sentez bien avec vos décision ceux qui croit à fond la supposé médecine officiel que eux aussi on débuté par des charlatant et boucher.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Non, pas du tout justifiée cette alerte. Ça ressemble à une campagne de peur et de manipulation de masse pour le profit de compagnie pharmaceutique et de certains haut dirigeants des services de santé dans le monde. Il y a surement des personnes qui en sont ressorties très très riches. Au mieux, il s'agissait d'une grande répétition générale au cas où une vraie pandémie surviendrait.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    NON d'aucune façon. De plus, ceci a fait dévié la pandémie économique qui elle était réèlle. Les pharmaceutiques pendant ce temps en ont mis plein leurs poches. Eux ont profitées de la situation pour éviter les pertes économiques. BRAVO bien pensé...

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Non, absolument pas. Elle a été créée de toutes pièces pour servir des intérêts financiers. Le grand malheur, c'est que le médecins y ont contribué et les journalistes aussi.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    Il était décidé que je ne me ferais pas vacciner pour la H1N1 - avec toute la publicité orchestrée pour inonder les médias, plusieurs personnes se sont faites avoir, moi la première...avec tout ce que je lis depuis l'annonce de la "non pandémie" et l'influence des compagnies pharmaceutiques dans toute cette histoire,il y a sans doute plusieurs personnes comme moi qui ragent intérieurement...en conclusion, nos enfants qui ne voulaient pas se faire vacciner avaient sans doute raison..à quand la prochaine pandémie???? La vaccination madame: non merci!!|

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    NON, j'ai trouvé qu'on a mené une campagne de peur chez les citoyens. Il m'apparaît évident qu'il y a des conflits d'intérêt, de la collusion et que le bien-être des citoyens est très certainement moins important que les intérêts des cie pharmaceutiques. À titre d'exemple, j'aimerais citer les hormones naturelles ou bio-identiques qui regleraient beaucoup de problèmes féminins et pourtant les médecins ne les connaissent pas, le gouvernement ne les rembourse pas et les cies pharmaceutiques n'en publicisent pas les résultats de recherches parce que entr'autres, trop d'autres produits ne seraient par conséquent plus vendus....

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 7 )

    Selon moi, absolument pas. Les séquelles des grippes ont toujours tué chaque année des personnes dans les catégories à risques mais elles font beaucoup moins de morts que le Sida, le cancer ou les accidents de la route. Le Sida fait à lui seul plus de 2 millions de morts par an et il n’y a toujours pas de plan de pandémie déclenché. Alors pourquoi en déclencher un pour les grippes qui ne font que quelques milliers de morts par an ? Ca n’a pas de sens. De plus, il y aurait encore moins de décès chaque année si les gens agissaient de façon responsable comme ils l'ont fait cette année en mettant en application les mesures d'hygiène élémentaires (quarantaine, repos, lavage des mains…). L’efficacité de ces mesures de prévention aura prouvé cette année que le vaccin n’était pas nécessaire pour éviter une épidémie. A ce propos, le Pr Montagnier, expert en immunologie et virologie (prix Nobel de médecine en 2008 pour avoir découvert le virus du Sida), ne s'était pas fait vacciner. Il disait que les vaccins n'étaient pas la solution pour lutter contre les virus mais qu’il valait mieux découvrir une molécule qui lutterait contre les infections et stimulerait le système immunitaire. C'est plein de bon sens... si notre système immunitaire est à son plein état de fonctionnement, notre organisme aura ses propres armes pour lutter contre n'importe quel virus. Imaginez si nous devions nous faire vacciner contre TOUS les virus de grippe + TOUS les autres virus... ça en fait des vaccins non ? C'est quasi impossible, de plus cela coûterait bien trop cher à la société. Par contre en optimisant les capacités défensives de notre système immunitaire, nous pouvons être en mesure de combattre n’importe quelle attaque virale.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    non

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Ces articles ne prouvent strictement rien. Ils sont un autre reflet de la théorie du complot. Serge Bernier

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Quelle arnaque que cette pandémie montée de toutes pièces. Je ne crois même plus au vaccin contre la grippe saisonnière et jamais je ne me ferai vacciner.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Non, mais quand vous avez 2 jeunes enfants à la maison... même si le risque qu'il contracte une maladie est minime on ne prend pas de chance...Christiane Desjardins

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Oui et Non !On aurait du cibler seulement les personnes à risque (maladies graves) et les ainés.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    C'est tellement scandaleux!C'est notre santé qui est en jeu.

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Non !Merci

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Il est évident que non, mais étant donné la gravité de la situation créée et les réputations en cause, n'y a-t-il pas risque d'une (3e?) véritable pandémie à venir. D'où nous viennent donc ces virus? On peut se poser la question vu l'apparence de manque total de scrupules de la part de l'industrie pharmacologique. Yves Bélanger, Montréal-Nord

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 3 )

    Non! Il y a longtemps que je suis convaincu de la connivence entre les pharmaceutiques et l'OMS. Comment peut-onc croire le contraire. Le Dr Turcotte a raison: le complexe médicalo-pharmaceutique multiplie les maladies et les symptômes et partant de là les raisons de prendre des médicaments non plus seulement à titre curatif mais préventif. Une vraie farce mais qui coûte aux contribuables de + en + cher. À lire: Némésis médicale d'Yvan Illich. Il avait vu juste: on a exproprié notre santé!

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 4 )

    Absolument pas, j'ai toujours eu une méfiance quant'à l'ingérence possible des pharmaceutiques dans de tels processus... Plus ily a d'argent impliqué, plus les risques sont élevés de se faire passer une petite vite... La plus belle tribune pour ces cies est celle de la peur de la mort!

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Pas du tout ! Je suis d'accord (et pas la seule) avec M. Biron !

Retour à l'article


Sommaire

Le scandale de la grippe A

Articles

Promotion iPad