X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Version Pdf
  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Y a-t-il du poison dans les emballages alimentaires?

Par Rémi Maillard

Mise en ligne : juin 2011

 | 

Magazine : juillet 2011


Extrême complexité

Conduite par deux organismes étasuniens sans but lucratif, le Silent Spring Institute et le Breast Cancer Fund, l’étude portait sur cinq familles «typiques» nord-américaines, soit 10 adultes et autant d’enfants. Elle a démontré que si elles évitaient toute boisson et toute nourriture en conserve, emballée ou réchauffée dans du plastique, la concentration de BPA dans leur urine chutait de plus de 60 % en moyenne au bout de seulement trois jours. Celle de DEHP, quant à elle, diminuait de plus de 50 %.

«Ces résultats indiquent que le retrait du BPA et du DEHP des contenants alimentaires permettrait de réduire l’exposition de façon appréciable», affirme Ruthann Rudel, directrice de la recherche au Silent Spring Institute.

«Le problème des emballages en plastique, ce sont les additifs qu’on ajoute pour la couleur, la transparence, la résistance ou la flexibilité. Il en existe des milliers, qui migrent souvent dans les produits qu’ils sont censés préserver», expli­que Elyse Rémy, porte-parole de l’Institut national d’information en santé environnementale. Les principaux facteurs de migration de ces substances toxiques sont le gras, le temps d’exposition et la température, précise-t-elle.

Plus un aliment en sachet ou en boîte est riche en matières grasses, par exemple, plus il sera susceptible de contenir une quantité élevée de contaminants libérés par son emballage, surtout des phtalates. «Pris individuellement et à petites doses, plusieurs produits chimiques couramment utilisés n’ont pas forcément d’effets nocifs. Mais en s’additionnant, ils peuvent devenir très réactifs, car ils agissent alors comme un cocktail chimique et leur impact est décuplé.»

Crédit photo: iStockphoto

Des encres nocives
Il n’y a pas que le carton recyclé qui pose problème. En 2009, en France, la chaîne de supermarchés Lidl a dû retirer des tablettes plusieurs milliers de paquets de müesli. La raison? Les céréales avaient été contaminées par du 4-méthylbenzophénone, une substance chimique utilisée dans les encres d’imprimerie pour emballages alimentaires.

«Les mécanismes de l’effet cocktail sont d’une extrême complexité. Ils varient d’un individu à l’autre, nuance Jean-François ­Narbonne, professeur de toxicologie à l’Université Bordeaux-I et expert à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (France). De plus, en dehors des expositions professionnelles, il est impossible d’établir une relation de causalité entre l’augmentation de l’incidence de certaines maladies et l’exposition de la population générale aux perturbateurs endocriniens.»

Par ailleurs, poursuit le chercheur, «la source­ principale d’exposition à des substances œstrogéniques n’est pas les composés de synthèse, mais les phytoestrogènes naturels que nous consommons dans les végétaux. Or, cette exposition est deux fois supérieure à celle des phtalates et il faut la prendre en compte, car l’effet cocktail joue aussi entre substances naturelles et substances de synthèse.»

«Beaucoup de plastiques sont recyclables, ce qui signifie qu’ils donneront naissance à un nouveau cycle d’emballages alimentaires potentiellement nocifs», s’inquiète Elyse Rémy. Un paradoxe, concède cette adepte du tout-recyclage, puisque « dans ce cas, prendre soin de la planète et de sa santé ne vont pas ensemble».

Photo: iStockphoto

Gare aux perturbateurs hormonaux!
Le BPA et les phtalates sont des perturbateurs endocriniens. Autrement dit, ils «miment» l’effet des œstrogènes, les hormones sexuelles femelles, ce qui altère l’équilibre hormonal des êtres vivants. Plusieurs études menées en laboratoire ont trouvé un lien entre l’exposition à ces substances et un retard pubertaire ou des malformations génitales chez les garçons, des problèmes d’infertilité masculine et une puberté précoce chez les filles.

Les perturbateurs endocriniens pourraient également accroître le risque de cancers du sein et de la prostate et causer des lésions au foie et aux reins. Enfin, des chercheurs les soupçonnent d’être en partie à l’origine de l’épidémie actuelle d’obésité, de diabète de type 2 et du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Le carton aussi
Et inutile de compter sur le carton pour redresser la situation. Une étude menée en 2010 par l’Autorité de contrôle alimentaire du canton de Zurich (Suisse) révèle en effet que le carton fabriqué à base de papier recyclé peut contenir des résidus d’huiles minérales provenant de l’encre des journaux et autres matériaux imprimés utilisés.

Des résidus qui présentent la particularité de migrer dans les aliments avec lesquels ils sont en contact, notamment les céréales, le riz et les pâtes. Parfois même en traversant le sachet intérieur destiné à les conserver. Les chercheurs suisses ont analysé 119 produits vendus dans des supermarchés: les trois quarts contenaient des huiles minérales, la plupart à des niveaux plus de 10 fois supérieurs à la limite jugée sécuritaire au sein de l’Union européenne. L’étude a également établi que plus ils restaient longtemps sur les tablettes, plus ils avaient tendance à s’imprégner de ces substances nocives.

Au point de dépasser le seuil de sécurité de 50 fois à long terme, voire davantage, ont calculé les scientifiques. Des expériences effectuées sur des rats montrent que les huiles minérales peuvent entraîner une inflammation chronique de différents organes internes et l’apparition de cancers. L’auteur principal de l’étude, le Dr Koni Grob, se veut malgré tout rassurant : les consommateurs dont l’alimentation est équilibrée n’ont pas de souci à se faire et seule une exposition prolongée pose problème. De son côté, Santé Canada signale n’«être au courant d’aucun risque associé à la découverte d’huile minérale dans les matériaux d’emballages recyclés».

Sommaire +
Articles

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

10

Réagissez!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 29 sept. 2012
    Fermer
    Participation de MARC GRENIER

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par MARC GRENIER
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    Crimeee y peux ben y avoir 1 à 3 personnes sur 5 a développer un cancer. Moi je ne mange plus rien (ben non il faut manger)

  • 4 oct. 2011
    Fermer
    Participation de Jean-François Caron

    Commentaires publiés : 8

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Jean-François Caron
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

    une autre étude qui nous pousse a nous questionner sur notre façon de vivre et de faire les choses et avec des causes a éffet indésirable sur notre bien-être général pour ma part j'ai déjâ commencé depuis un certain a me méfier du plastiques et certain produit bas de gamme ex:made in china,thailand...pour que dans la mesure du possible les risques pour ma santé soit réduite car dans l'époque ou nous vivons plus il y a d'études et plus notre mode de vie est pointé du doigt,un signe qu'il faudrait revenir au naturel...

  • 3 juil. 2011
    Fermer
    Participation de JEAN BARIL

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par JEAN BARIL
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 5 )

    Votre reportage est décourageant, on en conclus que tout est toxique! Il faudrait que vous demandiez à un comité d'expert d'évaluer les données et de les classer en catégories selon la solidité des données accessibles. C'est ce que font les scientifiques pour soumettre des recommandations. On saurait alors ce qui est plus important!

  • 20 juin 2011
    Fermer
    Participation de Gabrielle Dussault

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Gabrielle Dussault
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    C'est un peu désespérant d'essayer de prendre soin de sa santé. Je viens de visionner Notre poison quotidien, un excellent reportage et tout de que je lis ici va dans le même sens. À force de de faire dire les mêmes choses, les décideurs vont peut-être commencer à écouter le bon sens et pas seulement les lobbies
    Gabrielle Dussault

  • 20 juin 2011
    Fermer
    Participation de Micheline Laverdure

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Micheline Laverdure
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Bon! Bon! Bon ! Faut pas venir hyper fou. Ok pour les légumes et fruits frais. Mais vaut mieux acheter en conserve ou mieux congelé dans un sac de plastique que de ne pas manger de fruits et légumes.
    C'est beaucoup plus nocif de se promener dans la rue parmis la polution que de manger des aliments emballer...

    • 27 juin 2011
      Fermer
      Participation de ELYSE REMY

      Commentaires publiés : Non disponible

      Discussions publiées : Non disponible

      Par ELYSE REMY
      (Participant occasionnel)

      Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 2 )

      Il demeure que peu importe ou vous marchez, vous respirez cette pollution. Quant aux aliments en conserve, vous pouvez les éviter. La concentration de bisphénol A (contenu dans la résine qui protège la conserve)dans le sang est reliée à une augmentation des maladies cardiovasculaire, au diabète et des anomalités d'enzymes du foie. J'ai opté de ne pas devenir folle ni malade, mais manger frais ou congelé.
      Pour lire l'étude citée ci-haut
      http://jama.ama-assn.org/content/300/11/1303.full

  • 19 juin 2011
    Fermer
    Participation de Robert Francis

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Robert Francis
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 3 )

    Est-il dangereux de manger du fromage emballé dans du plastique?

  • 19 juin 2011
    Fermer
    Participation de Francine Campeau

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Francine Campeau
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 1 )

    Info de très haute importance. Déjà, je faisais attention à manger «frais» et ne consommais presque pas de nourriture déjà cuisinée... mais c'est difficile d'éliminer complètement ces pellicules, plastiques et canettes de nos vies. Ainsi dénoncés, ces éléments disparaitront peut-être un jour de nos étalages.

  • 18 juin 2011
    Fermer
    Participation de FRANCE MAICE

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par FRANCE MAICE
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 8 )

    Il est grandement temps que l'on se penche sur ce danger et que l'industrie change ses façons de faire et se sente concernée par la santé des consommateurs.

  • 18 juin 2011
    Fermer
    Participation de Jean-Guy Larocque

    Commentaires publiés : 5

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Jean-Guy Larocque
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 5 )

    Merci! Surtout pour la conseil d'utiliser des contenants de verre ou de céramique aux micro-ondes. J'ai des plats pour micro-ondes tout en plastique!... :-(

Retour à l'article


Promotion iPad