X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

  • Accueil
  • Nouvelles
  • Des vêtements éthiques d'accord, mais comment s'y retrouver

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Des vêtements éthiques d'accord, mais comment s'y retrouver

Par Frédéric Khalkhal

Mise en ligne : 17 novembre 2011

Les écodesigners s’affichent de plus en plus et la mode éthique est en croissance au Québec. Mais comment déchiffrer les étiquettes pour vous assurer que vos vêtements sont bel et bien écoresponsables?

Photo: Shutterstock

Qu’entend on par mode éthique? Est-il facile de se procurer des produits de mode éthique? Ces produits le sont-ils vraiment? Vous trouverez bientôt les réponses à vos questions dans le Guide de la mode éthique au Québec (PDF) de l’Observatoire de la consommation responsable (OCR), rendu public le 16 novembre 2011 sur son site.

L’organisme y dresse le portrait encore mal connu du secteur de la mode éthique au Québec.

Éthiques, mais pas certifiés
Dans son enquête, l’OCR a dénombré dans la province au moins 48 entreprises offrant des produits textiles éthiques comme des vêtements en coton ou tissu biologique, du prêt-à-porter à base de tissu récupéré ou provenant du commerce équitable.

«Plusieurs certifications internationales existent dans le secteur de la mode éthique, mais très peu d’entreprises québécoises offrent des produits textiles éthiques certifiés.» Voilà l’un des premiers constats du rapport encadré par Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable.

Seuls 9,7 % des fabricants québécois détiennent une licence de certification pour leurs produits éthiques.

D’ailleurs, certaines enseignes préfèrent s’appuyer sur la relation de confiance avec leurs clients plutôt que de chercher une certification. «Il est difficile de tracer l’origine des produits que nous vendons, même s’ils sont certifiés», explique Pascal Benaksas-Couture, cofondateur d'OÖM Ethikwear à Montréal, une entreprise œuvrant dans la mode éthique. Une bonne relation avec votre commerçant peut parfois en dire plus qu’une étiquette difficile à déchiffrer. Ainsi, l’écodesigner explique à ses clients que ses vêtements sont entièrement faits de coton biologique et de tissus écoresponsables tels que le coton recyclé à 70 %. OÖM Ethikwear associe également son travail à des organismes de réinsertion sociale et redistribue 1 % du produit de ses ventes à des groupes qui participent à l'amélioration de la société et de l'environnement.

Un manque d’information
Aucune législation n’existe actuellement au Québec concernant les certifications pour les produits textiles éthiques. Un oubli du législateur qui laisse dans le brouillard des consommateurs qui ont du mal à s’y retrouver.

Et lorsqu’une étiquette arbore le logo d’une des 20 certifications éthiques existantes, il est très difficile, par manque d’information, de savoir ce qu’elle signifie. «Les certifications biologiques s’appliquant aux produits textiles garantissent entre 5 et 95 % de biologique. La marge est importante et mérite d’être mise plus en évidence par les acteurs du milieu», explique Fabien Durif.

«La traçabilité du vêtement éthique donnerait une garantie beaucoup plus forte aux consommateurs. Dire où c’est cousu, entrer le numéro des lots de tissus reçus. L’industrie du vêtement éthique est aujourd’hui très libre», déplore Pascal Benaksas-Couture qui, depuis la création de sa marque éthique, en 2003, ne cesse cependant d’accroître son chiffre d’affaire. Signe que le secteur a un bel avenir et gagnerait à être mieux encadré.

Toutes les Nouvelles

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

0

Réagissez!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Retour à l'article


Nouvelles

Conduire l’été: air climatisé ou vitres baissées?

par : Frédéric Berg

Les conducteurs qui veulent combattre la chaleur ont deux options: rouler cheveux au vent ou utiliser la climatisation. Un laboratoire a vérifié quelle option était la plus économique. »

Chrysler rappelle près de 800 000 véhicules utilitaires sport

par : Benoîte Labrosse

Pour éviter d’éventuels accidents liés à la défectuosité du commutateur d’allumage, Chrysler rappelle 792 300 véhicules, dont 28 800 au Canada. »

12 astuces pour vous faire dépenser plus au restaurant

par : Benoîte Labrosse

Vous feuilletez le menu d’un resto et ne savez que choisir? Peu importe ce que vous prendrez, au final, vous n’êtes pas seul à décider du montant de la facture! »

Quels sont les véhicules les plus sécuritaires pour les ados?

par : Frédéric Berg

Les jeunes conduisent souvent des véhicules moins sécuritaires que la moyenne. Un organisme américain a décidé de dresser la liste des modèles qu’ils devraient privilégier. »

Québécois et Canadiens s’informent différemment avant d’acheter

par : Benoîte Labrosse

Avant d’acheter un produit ou un service, les Québécois font davantage confiance aux médias sociaux et aux tests de produits que leurs compatriotes canadiens. Et vous? »

Étiquetage des aliments: le sucre ne pourra plus se cacher

par : Amélie Cournoyer

Le gras y est passé. Le sel aussi. C’est maintenant au tour du sucre d’être scruté à la loupe par Santé Canada, qui s’apprête à réformer l’étiquetage des aliments. »

Doit-on craindre la fin des fraises québécoises?

par : Catherine Crépeau

Les fraises du Québec vous semblent rares dans les marchés? Vous ne rêvez pas. Un virus a frappé la production de fraises d’été, lui assénant un dur coup. »

Vers blancs sur la pelouse: comment les contrôler?

par : Stéphanie Perron

Ils se cachent sous le gazon, se nourrissent de racines et causent d’importants dommages à la pelouse. Nos conseils pour vous débarrasser des infâmes vers blancs. »

Faites la guerre à l’herbe à poux!

par : Benoîte Labrosse

L'été est le moment idéal pour se débarrasser de l’herbe à poux avant que les plants produisent du pollen incommodant pour les gens allergiques. »

Fiabilité des véhicules: les marques japonaises en tête

par : Frédéric Berg

Une nouvelle étude française vient confirmer la suprématie des marques de voitures japonaises Lexus, Toyota et Suzuki. »

Véhicules électriques: le Québec est-il un chef de file?

par : Frédéric Berg

L'annonce de l’implantation de deux bornes de recharge publiques sur rue à Montréal montre que le Québec avance prudemment le dossier de l’électrification des véhicules. Très loin, par exemple, de la Norvège qui se donne des moyens bien supérieurs pour prendre le virage vert. »

De l’herbe à puce sur votre terrain? Éliminez-la!

par : Amélie Cournoyer

Vous croyez que l’herbe à puce a pris racine chez vous et désirez vous en débarrasser? Voici comment faire disparaître les plants. »

Samsung abandonne les téléviseurs à écran plasma

par : Frédéric Perron

Après Panasonic l’an dernier, c’est au tour de Samsung d’annoncer la fin de sa production de téléviseurs à écran plasma d’ici la fin de l’année 2014. »

Recours collectif contre Bell Mobilité

par : Stéphanie Perron

La demande d’autorisation de recours collectif vise les clients qui ont subi une augmentation de tarif pendant que leur contrat était encore en vigueur. »

Cas vécu: une laveuse LG qui ne remplit pas ses promesses

par : Frédéric Berg

Une Montréalaise s’est battue pendant deux mois pour qu’on remplace sa nouvelle laveuse LG défectueuse. Voici comment elle a réussi à faire valoir ses droits. »

Manger québécois au restaurant devient plus facile

par : Benoîte Labrosse

Bonne nouvelle pour les consommateurs qui désirent encourager les producteurs d’ici et soutenir l’économie locale: les certifications Aliments du Québec font leur entrée dans les restaurants. »

Toutes les nouvelles de Protégez-Vous

Promotion iPad