X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Version Pdf
  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Rénos: quand ça tourne mal

Par Frédéric Perron

Mise en ligne : mai 2008

Introduction

Illustrations de ce dossier: Serge Gaboury

Les Canadiens dépensent beaucoup pour la rénovation de leur propriété, que ce soit pour en rajeunir l’aspect, pour en augmenter la valeur ou tout simplement pour la garder en bon état.

En 2006, près de deux ménages propriétaires sur cinq ont rénové leur résidence, selon une étude réalisée par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans 10 villes canadiennes. En moyenne, ils ont déboursé 11 300 $. À Montréal seulement, les gens ont dépensé au total plus de 3,4 milliards en rénovation en 2006!

La majorité des consommateurs font appel à des entreprises pour réaliser une partie ou l’ensemble des travaux. Malheureusement, certains n’en ont pas pour leur argent: des entrepreneurs bâclent les travaux ou accusent de sérieux retards dans les échéanciers.

Pourtant, l’article 2100 du Code civil du Québec est très clair: «L’entrepreneur et le prestataire de services sont tenus d’agir au mieux des intérêts de leur client, avec prudence et diligence. Ils sont aussi tenus, suivant la nature de l’ouvrage à réaliser ou du service à fournir, d’agir conformément aux usages et règles de leur art, et de s’assurer, le cas échéant, que l’ouvrage réalisé ou le service fourni est conforme au contrat. Lorsqu’ils sont tenus du résultat, ils ne peuvent se dégager de leur responsabilité qu’en prouvant la force majeure.»

Voici cinq histoires entendues à la Division des petites créances de la Cour du Québec entre 2005 et 2007. En prime: nos conseils pour choisir un entrepreneur et l’ABC des petites créances.

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

1

Réagissez!

Vous avez vécu des expériences où les rénovations ont mal tourné? Racontez-nous!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Commentaires du plus récent au plus ancien

  • 24 mars 2010
    Fermer
    Participation de Commentaire non signé

    Commentaires publiés : Non disponible

    Discussions publiées : Non disponible

    Par Commentaire non signé
    (Participant occasionnel)

    Commentaire pertinent Je trouve ce commentaire pertinent 0 )

    j'ai fait faire l'isolation de l'entretoit en 2007 et un dénommé Normandin a mis de la laine minérale R-20 partout dit-il. L'hiver 2008 nous avons eu des problèmes de glaçons quand même. Nous avons appelé la compagnie qui avait fait les travaux mais ce monsieur devait se faire opérer à l'épaule, donc ne pouvait pas travailler. Par la suite quelques mois plus tard (le temps qu'il termine sa convalescence) nous l'avons rappelé et rappelé et rappelé, toujours sans nouvelles. Une fois il a dit qu'il viendrait voir ou enverrait quelqu'un, nous ne l'avons jamais revu. l'hiver 2009 c'est encore pire, la neige fond et les glaçons sont toujours énormes et présents. Il dit qu'il n'est pas responsable et vu qu'il n'a pas donné de facture, nous aurons de la difficulté à faire quoique ce soit, pourtant nous avons un chèque pour prouver le montant de son travail. Quel genre de laine minérale doit-on mettre à l'entretoit? du R-20 ou du R-40? Est-ce que nous avons de la chance avec des procédures aux petites créances? Merci.

    Réponse de Protégez-Vous:
    Bonjour. Les questions de toiture diffèrent grandement. L'avis d'un expert est recommandé pour comprendre ce qui se passe. Il se peut que la toiture ne soit pas suffisammment ventilé, il se peut aussi que la laine ait bloqué les soffites. Toujours est-il que l'ajout de R-20 n'est pas énorme. Plusieurs propriétaires n'hésitent pas aujourd'hui à ajouter l'équivalent de R-40 ou R-50 d'isolant dans le vide sous toit.

    Par exemple, si vous vous inscrivez au programme Rénoclimat, vous aurez, pour 150$, un portrait beaucoup plus précis de votre résidence.

    Il ne s'agit pas de sites officiels, mais vous trouverez certaines réponses à vos questions sur ces sites Web.
    www.larenovation.ca/renover/toits/toit-isolation.html
    www.guideperrier.com/category1756/Isolation-etancheite

Retour à l'article


Sommaire

Rénos: quand ça tourne mal

Explorez notre rubrique

Maison et environnement

Visitez le Web à ce sujet

Régie du bâtiment

Fichier des entrepreneurs

Promotion iPad