X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer

Bois, pierre, pavés...

Par Protégez-Vous

Mise en ligne : avril 2012

En raison de leur popularité grandissante, les matériaux de construction pour les terrasses ont connu un essor phénoménal sur le marché au cours de la dernière décennie. Portrait d’ensemble : bois, matériaux composite, plastique et PVC, fibre de verre, tuiles, pierre et ciment.

Bois

-Bois traité
Le bois traité demeure l’option la plus populaire lorsque vient le temps de choisir un matériau pour construire la structure et le revêtement de sa terrasse. Son principal avantage est son prix raisonnable, mais il offre aussi un rapport durabilité-prix intéressant. Cela est dû au traitement chimique réalisé en usine, qui permet d’assurer une bonne pénétration du produit dans le bois et d’augmenter ainsi de cinq à 10 fois sa durée de vie. Depuis 2003, les fabricants utilisent le cuivre alcalin quaternaire (CAQ) ou l’azote de cuivre (AC) pour traiter leur bois. Ils privilégient généralement le pin, notamment parce qu’il absorbe mieux le traitement que d’autres essences comme la pruche ou l’épinette, aussi utilisées. Parmi ses autres avantages, le pin traité résiste bien au fendillement et aux chocs.

Par ailleurs, si vous construisez vous-même votre terrasse, retenez que vous devrez impérativement appliquer un préservateur à l’extrémité de chacune des pièces que vous couperez afin de les protéger, faute de quoi l’humidité et les moisissures s’y installeront. De même, comme le bois traité grisonne avec le temps, vous devrez, tous les deux ou trois ans, y apposer un scellant ou une teinture. Enfin, comme les produits chimiques utilisés pour le traitement du bois sont corrosifs, vous devez utiliser des clous ou des vis en acier inoxydable, galvanisés ou recouverts d’un enduit époxy.

Écologique ?
Depuis l’abandon en 2003 de l’arsenic comme produit de traitement, le bois traité peut être utilisé sans crainte pour la construction de clôtures, de terrasses ou de balcons. Retenez cependant que vous ne devez pas le brûler ni l’utiliser comme paillis. Il est aussi recommandé de porter un masque lorsque vous coupez ou poncez vos pièces, pour éviter d’en aspirer la poussière, et de vous laver les mains après les avoir manipulées.

-Cèdre de l’Ouest
Le cèdre de l’Ouest est aussi une essence fort recherchée parce qu’il produit une huile naturelle qui lui permet de bien résister aux moisissures et aux champignons. Autre avantage : il possède un beau grain et offre des coloris intéressants qui vont du blanc au brun. Les pièces de cèdre sont offertes avec ou sans nœuds (« clair de nœuds »), ces dernières étant plus chères. Dans les deux cas, vous pouvez les utiliser pour réaliser la structure ou le revêtement de votre terrasse. Cela dit, notez que la fibre du cèdre est plus tendre que celle du pin et résiste donc moins bien aux chocs. Il n’est d’ailleurs pas recommandé d’en nettoyer la surface avec un jet d’eau sous pression car cela pourrait l’endommager. Par ailleurs, pour lui garder son apparence riche, vous devrez y appliquer des produits de finition sur une base régulière (généralement aux deux ou trois ans).

Écologique ?
Produit naturel, le cèdre de l’Ouest est une ressource renouvelable qui provient le plus souvent de régions, principalement la Colombie-Britannique, où sa récolte est gérée de façon respectueuse de l’environnement. Assurez-vous toutefois qu’il est certifié (ci-dessous). Par ailleurs, même s’il possède une protection naturelle, vous devrez y appliquer aux deux ou trois ans une protection chimique minimale. Aussi, comme le plus souvent il est acheminé d’un bout à l’autre du pays, son transport engendre des émissions de gaz à effet de serre. Notez enfin que certaines personnes peuvent avoir des réactions allergiques à la poussière qu’il produit lorsqu’il est coupé ou poncé. Le port d’un masque est donc recommandé.

Certification des forêts
Il existe aujourd’hui plusieurs certifications attestant que les forêts d’où provient le bois que nous utilisons sont gérées de façon durable. Deux se démarquent par la rigueur des analyses menées : celle de la Rainforest Alliance et celle du Forest Stewardship Council (FSC). La première est une organisation non gouvernementale qui soutient l’exploitation responsable des forêts sur les plans tant social qu’environnemental. La seconde, la plus connue et la plus stricte dans ses procédés d’évaluation, est un organisme international qui ne certifie que les forêts qui sont gérées de façon responsable et durable. En optant pour du bois provenant de forêts certifiées par l’une ou l’autre de ces organisations, vous vous assurerez de minimiser les impacts écologiques liés à votre achat.

-Bois torréfié
Ce produit, fréquemment employé en Europe, est relativement récent chez nous. La torréfaction du bois s’effectue dans un four spécial à des températures qui vont de 180 à 280 °C. Cette cuisson s’effectue sans oxygène pour éviter que le bois ne brûle et qu’il ne perde ses qualités essentielles. Le processus permet toutefois d’en transformer certaines caractéristiques. On obtient ainsi un bois plus stable et plus résistant à l’humidité et à la dégradation fongique. Plus cher que le bois traité, le bois torréfié a cependant une durée de vie supérieure.

Les essences les plus fréquemment utilisées pour fabriquer du bois torréfié sont le pin blanc et le peuplier jaune. Le premier, lors de la torréfaction, prend une couleur caramel alors que le second devient couleur café. Si l’apparence du bois torréfié joue nettement en sa faveur, son faible taux d’humidité fait cependant en sorte qu’il est plus fragile et doit donc être travaillé avec précaution. Il a en effet tendance à éclater lors de la coupe ou à se fendiller au clouage ou au vissage. Notez enfin qu’en raison du procédé de torréfaction qui modifie sa structure interne et la fragilise, vous ne pouvez pas construire la charpente de votre terrasse avec du bois torréfié. Vous devez aussi éviter que le bois torréfié ne soit en contact direct avec le sol, dont le taux constant d’humidité risque à la longue de venir à bout de sa résistance naturelle et de le faire pourrir.

Écologique ?
Le bois torréfié est naturel et exige peu de produits chimiques pour son entretien. De plus, les fabricants utilisent souvent des essences de bois négligées et qui se renouvellent assez rapidement. Toutefois, comme il doit être chauffé à des températures élevées, il exige, lors de sa fabrication, une dépense énergétique importante.

-Ipé (tigerwood)
Ce bois exotique provenant des forêts d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud possède un cachet unique et des teintes naturelles allant du brun au rouge. Plus dur que l’érable, il ne crée pas d’écharde, ne se voile pas et ne se fendille pas avec le temps. S’il conserve son intégrité si longtemps, c’est qu’il possède une densité hors du commun ainsi qu’une résistance naturelle à la pourriture et aux insectes. D’ailleurs, les produits de finition arrivent difficilement à le pénétrer en profondeur.

Sa densité exceptionnelle le rend toutefois nettement plus difficile à travailler que les autres essences : vous devrez même utiliser des lames au carbure (métal particulièrement dur) pour le couper et vous n’aurez pas d’autre choix que de prépercer vos pièces avant de les visser.

Écologique ?
Comme l’ipé provient de régions où les forêts ne sont pas toujours très bien gérées, vérifiez si celui que vous achetez vient d’une forêt certifiée par le Forest Stewardship Council (FSC) ou la Rainforest Alliance.

Matériaux composites
Le marché offre désormais plusieurs produits de recouvrement de terrasse ou de balcon fabriqués à partir de matériaux composites. Ceux-ci ne peuvent être utilisés pour la structure et doivent donc être installés sur des pièces de bois traité ou de cèdre de l’Ouest, plus chères. Les planches sont généralement fabriquées d’un mélange de plastique (polyéthylène recyclé) et de fibres de bois, dans certains cas recyclés jusqu’à 95 %. Offertes en plusieurs coloris imprégnés dans la masse et avec un fini lisse ou veiné, ces planches peuvent conserver la même apparence pendant des années sans se fissurer ni gauchir. Elles se travaillent facilement, de la même manière et avec les mêmes outils que les pièces en bois, mais sont beaucoup plus lourdes : n’oubliez pas d’en tenir compte lors de la planification et de la réalisation de la structure de votre terrasse.

Écologiques ?
Assurez-vous à tout le moins que le produit que vous achetez est composé d’au moins 50 % de matière plastique et de bois recyclés (certains en contiennent jusqu’à 90 %). Bien que les matériaux composites soient recyclables chez certains fabricants, leur fabrication exige une forte dépense énergétique. Cela dit, quelques fabricants qui utilisent un maximum de matières recyclées ont demandé la certification LEED pour leurs produits.

Plastique et PVC
Les planches de recouvrement en plastique ou en PVC sont généralement conçues de manière à s’emboîter les unes aux autres, ce qui permet de camoufler leur système de fixation. Leur installation ne nécessite aucun outil particulier et, comme les planches en matériaux composites, elles résistent au fendillement et au gauchissement ainsi qu’à la pourriture et aux insectes. Faciles d’entretien, ces produits peuvent toutefois devenir très chauds s’ils sont exposés longtemps au soleil.

Écologiques ?
Certains de ces produits contiennent aussi des matières recyclées et sont depuis peu recyclables à certains endroits. Informez-vous.

Fibre de verre
Quoique moins utilisé, le revêtement en fibre de verre est offert dans une vaste gamme de couleurs. Solide et étanche, il résiste à la pourriture et aux insectes et offre une surface antidérapante. Durable et résistant, ce produit est cependant fabriqué sur demande et doit le plus souvent être installé par des spécialistes.

Écologique ?
La fibre de verre est durable et ne nécessite ni peinture ni autre protection. Elle est toutefois toujours difficile à recycler.

Tuiles
Quelques fabricants vous proposent des tuiles de polymère ou de PVC pour couvrir votre balcon, votre terrasse, vos marches ou le contour de votre piscine. Vous pouvez les poser indifféremment sur le bois ou le béton, et elles se coupent aussi aisément que le bois : une option intéressante pour rafraîchir une terrasse vieillissante. Antidérapantes, ces tuiles sont conçues pour résister au chlore, à l’huile et aux produits de déglaçage. Prix : de 4 à 8 $ le pi2 selon le modèle et le motif choisis.

Pierre et ciment
De plus en plus de propriétaires optent pour un aménagement intégré et naturel de leur cour, d’où la popularité grandissante des terrasses construites à même le sol ou en paliers, faites de pierres naturelles ou plus fréquemment de produits à base de béton imitant différents motifs et textures des pierres. Ce type d’aménagement, selon son envergure, exige cependant des travaux d’excavation et d’installation plus importants que l’aménagement d’une terrasse surélevée.


    -Styles
On trouve sur le marché trois styles principaux de pavés et de dalles servant à aménager ce type de terrasse. Les produits de style classique se caractérisent par des formes régulières, des arêtes nettes, une texture lisse et une teinte uniforme. Ceux du style antique offrent une texture plus éclatée, ayant l’air d’avoir subi l’usure du temps, et des couleurs de terre nuancées. Le style naturel mise pour sa part sur des pierres sculptées aux contours ondulés ou ayant une surface ciselée, un peu comme l’ardoise ; les teintes sont nuancées, et on trouve même des produits dans des dimensions hors normes. En plus des pavés et des dalles de revêtement, les fabricants proposent aussi des marches, des bordures et des blocs de couronnement dans les mêmes styles et imitant les pierres naturelles.

    -Motifs
Les agencements de vos pavés ou de vos dalles vous permettent de créer différents motifs en construisant votre terrasse. Vous pouvez obtenir des motifs linéaires en agençant des pièces carrées ou rectangulaires et en les alignant à joints décalés, un peu comme pour un mur de briques. Si vous préférez les motifs modulaires, utilisez des pièces rectangulaires et agencez-les de différentes manières. Le marché offre aussi des ensembles constitués de modules de diverses formes et dimensions. Pour créer des motifs aléatoires, optez pour des pièces aux contours irréguliers que vous poserez comme si vous faisiez une mosaïque.

L’installation d’une terrasse à même le sol s’effectue de la même manière que celle d’une allée. Ainsi, votre excavation minimale doit être de 11 po (28 cm) en sol argileux et de 9 po (23 cm) en sol sablonneux. Vous devez ensuite installer au fond de l’excavation une toile géotextile, que vous remplirez de gravier 0-¾ po. Une épaisseur de 8 po (20,3 cm) est nécessaire en sol argileux et de 6 po (15 cm) en sol sablonneux. Notez que ce gravier doit être compacté avec une plaque vibrante à chaque couche de 4 po (10 cm). Étendez ensuite un lit de poussière en vous assurant de conserver une pente de 2 %, pour une terrasse petite ou moyenne, de manière à faciliter l’égouttement de l’eau. Pour une très grande terrasse, cette pente peut-être moindre. Notez enfin que pour assurer la stabilité de votre installation, votre fondation doit dépasser de 12 po (30,5 cm) chaque côté de la surface de votre terrasse.

Si vous optez pour une terrasse en pavés, damez-les avec une plaque vibrante pour bien les installer dans le lit de pose. Par contre, n’utilisez jamais de plaque vibrante sur des dalles, car vous pourriez les abîmer. Enfin, déposez du sable polymérique dans les joints afin de sceller votre installation et d’empêcher les mauvaises herbes et les fourmis de s’y installer. Mettez la dernière main à votre terrasse en installant une bordure, en plastique non apparente si elle est à la hauteur de la pelouse ou en béton si elle côtoie une plate-bande.

    -Coût
En raison de la multitude des produits offerts sur le marché, les prix varient. Le prix des pavés et des dalles va de 1,50 à 9,50 $ le pi2 selon l’épaisseur et le motif choisis. Le prix moyen se situe entre 5,25 et 7,50 $ le pi2. Évidemment, le prix des pièces de couronnement et des marches, souvent vendues à l’unité, est nettement plus élevé. Notez enfin que des frais s’ajoutent parfois si vous n’achetez pas une palette complète de pavés ou de dalles. Prenez le temps de consulter quelques commerçants et de comparer leurs propositions avant d’acheter.

Les matériaux

Matériaux Avantages
Inconvénients Prix
Bois traité
  • Économique
  • Facile à trouver sur le marché
  • Se travaille aisément
  • Offert en un vaste choix de produits : structures, planchers, rampes, marches, treillis, etc.
  • Précautions à prendre lorsqu’on le travaille, en raison des produits chimiques qu’il contient
  • Application régulière de produits de finition et d’entretien nécessaire
À partir de 2,50 $
le pi2
Cèdre de l’Ouest
  • Produit naturel
  • Belle apparence
  • Résistance naturelle à la pourriture
  • Offert en deux qualités : avec ou sans nœuds
  • Bois tendre moins résistant aux chocs
  • Tendance à grisonner
  • Application régulière de produits de finition et d’entretien nécessaire
À partir de 4 $ le pi2
Bois torréfié
  • Produit naturel
  • Valorisation d’essences moins utilisées
  • Stable
  • Couleur uniforme dans la masse

 

  • Capacité structurale réduite
  • Tendance à éclater
  • Protection nécessaire contre les rayons UV
À partir de 6,50 $
le pi2
Ipé
  • Bois exotique naturel
  • Apparence riche
  • Très résistant et dur
  • Difficile à travailler
  • Pénétration réduite des produits de finition
  • Application régulière d’un scellant nécessaire
À partir de 9 $ le pi2
Matériaux composites
  • Coloris divers
  • Faits en partie de matériaux recyclés (bois et plastique)
  • Se travaillent comme le bois
  • Entretien facile
  • Imputrescibles
  • Produits très lourds
  • Ne peuvent être utilisés pour éléments structuraux
De 3 à 6 $ le pi2
Plastique et PVC
  • Apparence intéressante
  • Coloris divers
  • Se travaillent bien
  • Entretien facile
  • Imputrescibles
  • Choix de couleurs restreint
  • Ne peuvent être utilisés pour éléments structuraux
Environ 8 $ le pi2
Fibre de verre
  • Résistante et durable
  • Aucun produit de finition nécessaire
  • Entretien facile
  • Imputrescible
  • Doit être fabriquée sur demande et sur mesure
À partir de 8 $ le pi2

Déjà inscrit ou abonné? Connectez-vous ici

Recevez nos bulletins courriels et accédez gratuitement à du contenu exclusif! Il suffit de vous inscrire ici.


Confirmez

Recevez nos bulletins courriels. Accédez à nos nouvelles, nos chroniques, nos conseils et d'autres contenus exclusifs!

* Notez que nos tests et nos dossiers sont réservés à nos abonnés.


Achetez la version papier de ce guide pratique sur

Guide pratique Aménagement extérieur

À lire sur Protégez-Vous.ca

Guide pratique de la rénovation

Promotion iPad