X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer

Article d'un partenaire de
Protégez-Vous.ca

On assure tout, mais encore…

Par: Chambre de l'assurance de dommages, partenaire de Protégez-Vous.ca

 | 

Mise en ligne : 19 juin 2012

Si une chanteuse peut assurer ses jambes ou un pianiste ses doigts, le consommateur peut-il au moins assurer sa collection de cartes de hockey, de timbres ou de CD, voire Yoko le perroquet ou Jappy le chien? «Attention, prévient Michel Archambault, enseignant en assurance de dommages au Cégep du Vieux-Montréal. L’assurance habitation couvre tout, sauf… l’assuré!» Nos vedettes auront donc contracté une assurance invalidité et non pas une assurance de dommages. Par conséquent, si vous êtes blessé dans l’incendie de votre maison, vous ne pourrez pas réclamer une indemnité pour vos propres blessures à votre assureur de dommages. Cependant, si le voisin se blesse en tentant de vous sauver, le volet «responsabilité civile» de votre police couvrira ces dommages corporels.

Puis-je assurer mon animal de compagnie?
Si les contrats d’assurance couvrent les animaux de compagnie, M. Archambault apporte encore une fois une nuance: «Les assureurs ne couvrent jamais les risques prévisibles. Par exemple, aucun animal n’est couvert contre le choc d’un véhicule terrestre.» Donc, si Jappy s’échappe de la maison et se fait heurter par une voiture, vous ne pourrez rien réclamer à votre assureur.

Les animaux domestiques sont couverts en cas de vol, d’incendie ou de dommages causés par la fumée. Leur valeur ne dépend pas du prix d’achat – même si Jappy a coûté 2 500 $ –, mais de la limite prévue au contrat. La plupart des assureurs l’ont établie à 1 000 $, comme recommandé par le Bureau d’assurance du Canada, mais certains peuvent offrir une protection plus élevée. Informez-vous auprès de votre représentant en assurance de dommages.

Par ailleurs, il faut également valider votre protection en responsabilité civile. Par exemple, si votre chien mord un enfant, les parents de cet enfant pourraient vous poursuivre. Le cas échéant, c’est la portion «responsabilité civile» de votre police d’assurance habitation qui vous protégerait. Consultez toutefois les limites ou les exclusions de votre contrat, car les assureurs ne couvrent pas toujours les dommages causés par certaines races de chiens, tels les pitbulls.

Assurer une collection ou une cave à vin
Qu’il s’agisse d’une collection de timbres, de monnaie, de cartes de hockey ou de figurines, entre autres, l’assureur a généralement fixé une limite maximale, 1 000 $ par exemple, en cas de vol.

Si la perte est causée par un incendie, la collection est couverte à sa juste valeur. «L’assuré a tout de même un peu de travail à faire, précise Michel Archambault. Il doit prendre des photos ou conserver ses reçus, ailleurs que dans la maison, afin de prouver la perte encourue.» En fait, la Chambre de l’assurance de dommages propose de faire cet exercice pour l’ensemble de ses biens. Faire l’inventaire de ses biens permet d’évaluer à sa juste valeur l’ampleur de son patrimoine.

Dans le cas des objets ou des collections de grande valeur, l’agent ou le courtier vous aura demandé des précisions avant de les assurer. Pour les objets de plus de 1 000 $ ou pour la protection d’une cave à vin comportant des bouteilles qui prennent de la valeur chaque année, il demandera qu’une évaluation soit faite par un spécialiste autorisé à produire un certificat attestant leur valeur. Un avenant pour la protection d’objets expressément consentis sera ensuite greffé à l’assurance habitation. Rares sont les assureurs qui émettent une police individuelle pour des objets de grande valeur, mais votre représentant en assurance de dommage pourrait vous diriger vers un assureur spécialisé.

Les CD, une exception
Les disques compacts ne constituent pas une collection à proprement parler, si bien qu’ils sont traités différemment par les assureurs. Ainsi, la plupart exigent l’achat de nouveaux CD alors qu’en règle générale, un objet peut être compensé en argent si l’assuré préfère ne pas le remplacer. Au moment de souscrire l’assurance, l’agent ou le courtier demandera à son client de préciser le nombre de CD à couvrir. Par exemple, si vous avez 100 CD d’une valeur de 20 $ chacun, vous serez assuré pour 2 000 $. Si vous en achetez 50 de plus en cours d’année, vous avez tout intérêt à en informer votre représentant en assurance de dommages. Autrement, en cas de sinistre, vous ne recevrez que la valeur de la protection. «Je suis bien conscient que c’est assez complexe pour les consommateurs, admet M. Archambault, d’où l’intérêt de bien discuter avec leur représentant en assurance de dommages!» 

Chambre de l'assurance de dommages

Notre mission :

Assurer la protection du public en veillant à la formation continue obligatoire, à la déontologie et à la discipline et en encadrant de façon préventive la pratique professionnelle de plus de 14 000 agents et courtiers en assurance de dommages  et experts en sinistre.

www.chad.ca


Partenaire de Protégez-Vous.ca:
Chambre de l'assurance de dommages

À lire:

Promotion iPad