X

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application iPad

Vous avez une tablette?

Vous pouvez maintenant lire Protégez-Vous directement sur notre application Android

Bulletin et alertes Fils RSS Google+ Facebook Twitter Suivez-nous

Texte normal Texte moyen Texte grand

  • Imprimer
Fermer
Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Tirages sur Internet: j'ai (encore) gagné

Par Stéphan Dussault

Mise en ligne : décembre 2009

 

On le sait tous: les courriels qui vous assurent que vous êtes l’heureux gagnant de milliers de dollars sont des fraudes.

Or, vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passe lorsqu’on entre dans le jeu?


Étape 1: L’appât

14 septembre. En arrivant au travail ce matin-là, j’apprends que je viens de remporter le quatrième prix du concours E-Lottery. Je n’ai qu ’à remplir le formulaire en pièce jointe pour encaisser mes 72 000 livres sterling. Rares sont les lundis qui commencent aussi bien !


Étape 2: L’appel
15 septembre. Surprise! Un homme avec un fort accent dit appeler d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, en Afrique. «Vous venez de remporter 72 000 livres, félicitations ! Nous vous envoyons un courriel dès ce soir. Vous signez le tout. Faites vite pour que nous puissions transférer votre argent.» Facile…


Étape 3: L’attaque
Quelques minutes plus tard, je reçois le courriel. En plus de ma signature, il faut bien entendu indiquer mon numéro de compte bancaire. Sinon, où les responsables du concours pourraient-ils déposer le chèque en toute sécurité? Bizarre, ça me rappelle plutôt les relevés mensuels qu’on vole dans les boîtes aux lettres pour obtenir ce type d’information.


Étape 4: L’appel (2)
17 septembre. Nouveau coup de fil d’Abidjan pour me rappeler qu’il me reste une journée pour retourner le courriel. Mensonge pour mensonge, je réponds: « C’est que je n’ai pas de compte bancaire.» «Pas de problème, me répond-on. Vous pouvez passer à Abidjan [!] réclamer votre prix. Sinon, pour des frais minimes, nous pouvons aussi remplir un certificat de reconnaissance de biens.»

Les frais «minimes» sont établis à 300 euros, que je peux envoyer grâce à Western Union… un moyen de transfert idéal pour ne pas retrouver mon argent ni le nom de la personne qui l’aura empoché.


Étape 5: La fin
Quelques minutes plus tard, je reçois une offre similaire par courriel. Sauf que le fraudeur, dans une crise d’amateurisme d’une rare intensité, a omis de cacher qu’il s’agissait d’un envoi de groupe.

Malheureusement pour lui, promettre le deuxième prix de 150 000 euros à 500 personnes enlève le peu de crédibilité qu’il lui restait.

Suivez ce dossier
Fermer
Suivez ce dossier par courriel

Afin de recevoir les discussions, commentaires et nouveautés en lien avec ce dossier, vous devez vous inscrire au site (gratuit) ou encore mieux vous abonner.

Si vous êtes déjà inscrit ou abonné, .

Commentaires

0

Réagissez!

Fermer
Connexion
 

L'envoi de commentaires est réservé à nos abonnés web.

Vous êtes abonné? Connectez-vous ici. Pas encore abonné? Voyez nos offres ici.

Retour à l'article


Promotion iPad